Logo du Conseil régional de Bretagne Logo du Conseil général d'Ille-et-Vilaine Logo du service de l'Inventaire général
Inventaire général du patrimoine culturel
Inventaire préliminaire : Ille-et-Vilaine
Auteurs de la notice : Orain Véronique ; Pichot Malo
Année de rédaction : 1999
Bretagne
Ille-et-Vilaine
Cancale
Houle (la)
Port
Vignette
Le port à marée basse

Désignation

Dénomination : port
Partie(s) contituante(s) : cale ; phare ; front de mer

Précisions sur la localisation

Numéro INSEE de la commune : 35049
Aire d'étude : Ille-et-Vilaine
Canton : Cancale
Milieu d'implantation : en ville
Latitude : 48.6677216
Longitude : -1.8617632

Elément d'historique

Datation(s) principale(s) : 18e siècle ; 19e siècle ; 20e siècle

Intérêt et protection

Nature de la protection MH : édifice non protégé MH

Synthèse

Comme le quartier de la Houle, le port ne prend réellement son essor qu'au 19e siècle. Très enclavé, il est peu porté au commerce et la venue du tramway reliant Cancale à Saint-Malo sur les quais entre 1898 et 1947 - il arrivait par l'actuelle route panoramique au sud - ne change rien. L'activité portuaire est essentiellement tournée vers la pêche, celle de l'huître d'abord. Le mollusque, abondant de la baie du Mont-Saint-Michel, permet aux armateurs cancalais de s'enrichir suffisamment dans la première moitié du 19e siècle pour se lancer dans la grande aventure de la pêche sur les bancs de Terre-Neuve. Le port compte 12 navires terre-neuviers en 1891, 43 en 1912. Entre 1850 et la Première Guerre mondiale, il vit une sorte d'apogée durant laquelle il connaît de nombreuses améliorations. On accroît la sécurité : un phare est construit en 1862 pour réglementer un trafic grandissant. On réforme la circulation terre-mer. Les anciennes rampes d'accès à la grève (courantes dans les ports d'échouage) sont remplacées par des ouvrages maçonnés : la cale du quai de l'administrateur en chef Thomas entre 1848 et 1852 ; très fréquentée par les fermiers pour récolter goémons et varechs, la cale de la Ville-ès-Gidoux au sud en 1862 (reconstruite en 1968) ; la cale des Parcs au nord en 1862 (reconstruite dans les années 1970). On augmente les structures de débarquement : prolongement de la cale de l'Épi en 1884 ; construction d'une cale sur le rocher de la Fenêtre en 1871, remplacée par une jetée en 1897. On développe les structures industrielles et artisanales : érection d'une halle à poissons en 1898 ; installation d'une cale de construction en 1845 (sur la grève au niveau du parking entre la place de la Chapelle et la halle à marée).

Les années 1910 marquent un tournant du port de pêche de la Houle. Les terre-neuvas préfèrent ses concurrents de Saint-Malo et Saint-Servan plus modernes (meilleurs services, plus grand tirant d'eau, facilité d'accès, etc.) et l'huître se raréfie. Parallèlement, l'industrie touristique prend son essor imposant des changements radicaux. Les régates, commencées dans la baie dès 1842, attirent la foule mais les chantiers navals sont jugés néfastes. Cantonnés jusqu'en 1898 sur la cale de construction et au pied de la cale de l'Épi, ils ont peu à peu envahi le quartier. Fragilisés par le déclin de la pêche, le tourisme achèvera de les faire disparaître à la fin des années 1920.

Le port a trouvé aujourd'hui un équilibre entre ces trois activités : la pêche (le port compte quelques chalutiers et caseyeurs), l'ostréiculture (débutée dès 1880) et le tourisme.

Observations

Le port de la Houle est le principal havre de la commune et l'un des plus importants de la baie du Mont-Saint-Michel. Port d'échouage, il niche au fond d'une rade foraine où se développe un quartier de pêcheurs. Les quais protégeant les habitations des assauts de la mer sont construits en plusieurs étapes entre 1773 et 1862. Le môle le plus ancien est la "cale de l'Épi" bâtie en 1838 et prolongée en 1884. Ouvrage unique composé de 21 voûtes en tas de charge à ressauts, elle est protégée au titre des Monuments Historiques depuis 1995. Fermant le port à son extrémité nord, la "jetée de la Fenêtre" est une belle construction mixte (pierre, bois et métal) achevée en 1897 et prolongée en 1936. Construit en 1862, le "phare" est en bon état de conservation malgré son déclassement dans les années 1930. A noter : au sud de la halle, la "cloche des marins" qui annonçait le départ de la Caravane et les naufrages dans la baie ; elle porte les inscriptions : "COMMUNAUTE DES PECHEURS DE CANCALE / 1898 / A. HAVARD A VILLEDIEU"

Documentation

Documents figurés
Port de Cancale : La Houle, extrémité nord. Plaque de verre, par Lefrançois, collection Adam, antérieure à 1930. (S.R.I. Basse-Normandie).
Cancale. Vue de la baie. Lithographie. In : Souvenirs des vues de Bretagne. s.l. : Impr. Becquet, s.d.
Port de Cancale : La Houle, vue depuis le Moulin du Tertre à la Caille au sud. Plaque de verre, par Lefrançois, collection Adam, antérieure à 1930. (S.R.I. Basse-Normandie).
Cancale et la Houle (Ille-et-Vilaine) . Lithographie, par Félix Benoist del., Sabatier lith., fig. par Bayot. In : La Bretagne contemporaine.
Cancale. Les parcs, le port. Dessin, par Daniel Dervaux. In : FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine. Plouagat, 1994, p. 48.
Cancale, vue de la digue. Plaque stéréoscopique, par Nourry, vers 1900. (A.D. Ille-et-Vilaine : 12 Fi 49, Coll. Nourry).
Cancale-La Houle ou Port, vue prise sur le côteau des Crôles. Dessin. In : OBERTHUR, Geneviève. Aperçus sur l'histoire de Cancale. Société d'histoire et d'archéologie de l'arrondissement de Saint-Malo, 1977, p. 129.
Cancale. La Houle. Départ du tramway. Carte postale, [s.l. ; s.n. ; s.d.]. (Coll. privée).
Bibliographie
HUCK, Thierry. Les mouvements portuaires à Cancale de 1686 à 1720. Les Cahiers de la vie à Cancale, 1996, n° 20, p. 15-21.
SIOC'HAN-MONNIER, Françoise. Cancale la cale de l'Epi. Les Cahiers de la vie à Cancale, 1994, n° 18, p. 12-16.
PICHOT-LOUVET, Joseph. La Houle. Les Cahiers de la vie à Cancale, 1987, n° 11, p. 15-28.
Activité du port de Cancale à la fin du XIXème siècle. Les Cahiers de la vie à Cancale, 1995, n° 19, p. 36.
MINDEAU, Guy. Travaux du port de la Houle. Les Cahiers de la vie à Cancale, 1992, n° 16, p. 29-34.
PICHOT, Malo. Le port, l'ingénieur et le patrimoine. Mém. D.E.A. : Hist. Art : Rennes 2, Université de haute-Bretagne : 1996, t. 1, p. 19 à 21.
PICHOT, Malo. Sur les quais de la Houle-sous-Cancale. Etude d'un patrimoine maritime. Mém. Maîtrise : Hist. Art : Rennes 2, Université de Haute-Bretagne : 1995.
DIEULEVEULT de, Alain, EDOM, Jean. Petits trains d'Ille-et-Vilaine. Le Mans : Editions Cénomane, 1986, p. 75-77, 186-187.

Illustrations

Voir

Voir aussi

Ministère de la Culture et de la Communication (Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne / Service Régional de l'Inventaire) / Conseil Général d'Ille-et-Vilaine / Association Pour l'Inventaire Bretagne. (c) Inventaire général. Renseignements : Centre de documentation de l'inventaire du patrimoine culturel (02 22 93 98 40 / 24)
Page principale
Avertissement : Toute demande motivée de retrait d'illustration sera examinée par le service.
Conception de l'application : Pierrick Brihaye, Malo Pichot, Alain Jenouvrier, Guillaume Lécuillier