Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Edito

« Recenser, étudier, faire connaître » André Malraux

Plus de 130 000 dossiers ont été constitués depuis la création du service régional de l'Inventaire en Bretagne en 1964 : textes, photographies, plans, cartes, reproductions de documents anciens alimentent un fonds de données patrimoniales exceptionnel, véritables archives architecturales et formidable outil de connaissance des territoires. 

Compétence de la Région depuis 2004, les enquêtes d'Inventaire sont conduites par des historiens de l'architecture accompagnés de photographes, dessinateurs, documentalistes...

Parce qu'il est essentiel de rendre largement accessible la connaissance produite, le portail patrimoine.bzh permet à chacun d'accéder à ces dossiers. Ceux-ci regroupent des données historiques ainsi que de nombreuses observations relatives à la datation, aux matériaux, au statut de la propriété, à la nature de la protection des édifices répertoriés, à l'intérêt de l’édifice ou de l'objet, et sont abondamment illustrés... Si la méthodologie de l'Inventaire du patrimoine est commune à tous, ces 130 000 dossiers ont été réalisés à des périodes et dans des contextes différents ; la richesse de leur contenu peut donc être variable.

Certains d'entre eux, encore au format papier (avec toutefois des notices succintes dans les bases nationales) feront - dès que possible - l'objet d'une conversion en dossiers électroniques et diffusés sur ce site. 

Focus sur :

 

La statuaire du Christ aux outrages

Présentation de la commune de Saint-Hélen

Présentation de la commune de Coatréven

Inventaire du patrimoine culturel maritime des estuaires de Tréguier et du Trieux

Lycées de Bretagne (enquête thématique régionale en cours...)

Patrimoine des sports (enquête thématique régionale en cours...)

Présentation du patrimoine dansé et vestimentaire de Bretagne

Présentation du patrimoine bâti maritime du Parc naturel régional du Golfe du Morbihan

Présentation de la commune de Tréguier (enquête d'Inventaire en cours)

Les fortifications littorales du milieu du 19e siècle dans les îles de Bretagne Sud (1830-1870)

Inventaire du patrimoine des communes de Rennes Métropole

Inventaire des commanderies templières et hospitalières de Bretagne

Les moulins à marée de Bretagne

Inventaire des fours de goémoniers de Bretagne

Les patrimoines maritimes et estuariens du Pays de Morlaix

Postes d'aiguillage de la gare de Rennes

Yvonne Jean-Haffen et l'Inventaire du patrimoine : regards croisés

Lumière sur

Abattoir public municipal, rue du Guindy (Tréguier)

L'abattoir public municipal de Tréguier a été construit ex nihilo en 1908 pour répondre aux besoins des bouchers et charcutiers alors que la ville compte plus de 3000 habitants. Son implantation en périphérie de la ville permet de bénéficier d'un espace important pour parquer les bêtes tout en évitant les nuisances de bruit et d’odeurs. L'abattage des animaux dans un établissement public permet de le soumettre à la surveillance constante de l'autorité administrative.

L'architecte de la Société générale des abattoirs municipaux de France a puisé dans le vocabulaire classique les formes de ces bâtiments. Ces derniers sont à la fois fonctionnels - par le souci de la distribution du bâti ou de l’écoulement des fluides par exemple - et rendus beaux par la symétrie de la composition – halle et logement administratif dans une cour fermée, ou encore par la polychromie revendiquée qui s’installe entre les briques rouges et les pierres de taille de granite clair d'une part, et l'enduit couleur sable du bâtiment administratif d'autre part.

Les archives de l'abattoir conservées dans le fonds des archives municipales de Tréguier apportent une connaissance précise de l’histoire de cet équipement, des projets d’implantation de 1907 à la fermeture de l'abattoir en 1986 en raison de sa vétusté. Les bâtiments et la cour de l'ancien abattoir public de Tréguier abritent aujourd'hui les ateliers municipaux. A l’intérieur de l'abattoir subsistent des vestiges du matériel de second œuvre, à savoir, des portes métalliques, des potences et un monorail pour le transport des carcasses, des treuils et des ensembles de crocs de boucher.

En savoir plus…