Logo du Conseil régional de Bretagne Logo du service de l'Inventaire général
Inventaire général du patrimoine culturel
inventaire topographique (Locoal-Mendon)
Auteurs de la notice : Toscer Catherine ; Tanguy Judith
Année de rédaction : 2006
Bretagne
Morbihan
Locoal-Mendon
Présentation de la commune de Locoal-Mendon
Vignette
Branche de la rivière d'Etel : Chenal de Saint-Jean, détail d'un méandre
Dénomination : généralités
Numéro INSEE de la commune : 56119
Aire d'étude : Belz
Commentaire historique : Situation géographique
La commune de Locoal-Mendon fait partie du canton de Belz situé à l'ouest d'Auray. Elle est formée par la réunion de deux anciennes paroisses, Locoal-Auray et Mendon mais composée toujours pour le culte de deux succursales. Le territoire est limité au nord par Landaul, à l'ouest par la rivière d'Etel, au sud par Belz, Erdeven et Ploemel, à l'est par Brech. La rivière d'Etel se jette dans l'océan après s'être divisée en trois branches (le Chenal Saint-Jean, Ster en Istrec, la rivière de Landévant) au-dessus de Belz. Elle génère ainsi un lacis d'îles, de presqu'îles, de bras de mer, de marais et d'étangs. Les îles de Locoal et du Plec se sont formées dans ces bras de mer et communiquent avec le reste de la commune par d'étroites chaussées. La partie ouest du territoire est ainsi façonnée par l'omniprésence de l'eau et le voisinnage de la mer. Cette situation géographique induit une double activité, rurale et maritime de la commune. Depuis la fin du 19e siècle, l'ostréiculture en est une des ressources principales. Les rivages de l'Etel, avec ses nombreuses anses abritées et ses pointes, son faible tirant d'eau, est favorable à l'élevage de l'huître dont les bancs, naturels à l'origine, étaient déjà dragués.
Pour traverser la rivière d'Etel ou l'une de ses branches afin d'atteindre une île ou la paroisse voisine de Sainte-Hélène, des passages desservis par des passeurs étaient assurés en divers endroits. Celui du Plec et de Sainte-Hélène sont signalés sur le cadastre napoléonien de 1845. Des digues ou chaussées sont également construites pour relier les îles de Locoal et du Plec au reste de la commune. On trouve également figurés sur ce cadastre ancien des jetées comme celle de Lescouët.
Cette façade maritime contraste avec la partie est de la commune à vocation agricole. Ogée dans son Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne (1843-1853) nous parle d'un territoire coupé d'une infinité de ruisseaux, fertile en grain, surtout en froment, et très bien cultivé. Le sous-sol est granitique mais la pierre ne s'y trouve qu'à une certaine profondeur. Le relief n'est pas très accentué malgré quelques landes élevées comme celles de Mané er Loc'h. D'autres landes s'étendent du côté de Pen Pont.
L'archéologie : de la Préhistoire au Haut Moyen Age
Au Néolithique
Les rives hospitalières de l'Etel avec leur accès sans encombres à l'océan furent très peuplées dès la préhistoire comme le reste du littoral morbihannais. Les vestiges les plus anciens et les plus visibles parvenus jusqu'à nous datent du Néolithique, vers le quatrième millénaire avant notre ère. Bien que beaucoup aient été détruits, il reste encore de nombreux monuments mégalithiques à Locoal-Mendon. Leurs traces ou l'examen de ceux qui restent permettent de supposer une population importante et constante pendant cette période d'environ deux mille ans. Les allées couvertes de Mané er Loc'h dit Mané Bras, de Cleher (Le Clef) ainsi que les dolmens de Locqueltas et de Mané Bras sont classés Monuments Historiques. Le dolmen de Lescouët dont le cadastre de 1845 montre un dessin et donne les dimensions (1m20 d'élévation, 1m50 de diamètre) est détruit par des carriers dans les années 1860.
A l'Age du Fer
Beaucoup plus nombreux encore sont les monuments de l'Age du Fer dits lechs ou stèles, omniprésents sur la commune et dont la destination initiale n'est pas clairement définie : bornes votives, milliaires ou pierres funéraires. On signalera les lechs du Moustoir, de Locqueltas, du bourg de Mendon, du bourg de Locoal, du Plec... souvent situées à proximité des sanctuaires. Leurs tailles et leurs formes diffèrent d'un exemple à l'autre : en forme de fuseau circulaire haut de plus de deux mètres, de pyramide quadrangulaire, de bloc arrondi à leur sommet. Il existait, près de la chapelle Saint-Jean, plusieurs grandes stèles chargées d'inscriptions indéchiffrées qui ont été brisées vers 1860 et remployées pour faire des meules et des linteaux de porte. Au Moustoir, une des deux stèles classées monument historique a disparu depuis peu. Beaucoup de ces stèles ont été christianisées depuis le Haut Moyen Age (cf. dossier collectif croix monulentales et monuments). Les Gaulois ont également laissé leur empreinte dans le toponyme Mendon dont la dernière syllabe proviendrait du mot dunon (forteresse) et men (important, principal).
De la domination romaine, subsiste la voie de Vannes vers Quimper qui traverse le territoire en passant au nord du village de Lapaul et en longeant au sud la route royale de Vannes à Hennebont devenue route nationale.
Le Haut Moyen Age et les débuts de l'organisation du territoire
C'est durant le Haut Moyen Age, avec l'arrivée des Bretons en Armorique vers les 6e et 7e siècles que la christianisation et l'organisation du territoire, telle que nous la connaissons aujourd'hui, commence à se mettre en place. De petits monastères sont fondés au Moustoir et au Minihy dont les noms de villages gardent le souvenir lointain. De même, Locoal doit son nom à saint Goal établi dans un îlot de la rivière d'Etel au début du 7e siècle et signifie monastère de Goal. Ce monastère va connaître un développement considérable dont l'impact sur le territoire actuel de Locoal-Mendon sera considérable jusqu'à la Révolution.
La création de la paroisse de Locoal
Du 8e au début du 10e siècle, les possessions du monastère de Locoal embrassent peu à peu le territoire de la paroisse actuelle de Sainte-Hélène, la presqu'île du Plec, et les côtes de Mendon. Cette prospérité dure deux ou trois siècles, jusqu'aux ravages des Normands au début du 10e siècle (919). L'un d'entre eux, Gurky, demeuré à Locoal et converti au Christianisme, restaure le monastère et l'offre en 1037 à l'abbaye bénédictine Saint-Sauveur de Redon avec toutes ses dépendances, à savoir : la terre du Minihy qui correspond à la côte ouest de Mendon, la presqu'île du Plec et sept villages de la rive droite de l'Etel situés sur l'actuelle paroisse de Sainte-Hélène. Cette donation est confirmée par le duc Alain III, et par Judicael, évêque de Vannes, qui céde ses droits et ceux de l'église Saint-Pierre sur l'île et ses dépendances, à l'abbaye Saint-Sauveur (Cart. R, p. 327). Ainsi naît une paroisse partagée au point de vue judiciaire sur deux terres par la rivière d'Etel : le quartier de Sainte-Hélène qui dépend alors de la sénéchaussée d'Hennebont et s'appelle Locoal-sous-Hennebont ; le reste dépend de la sénéchaussée d'Auray et se nomme Locoal-sous-Auray.
En 1790, Locoal perd le quartier de Sainte-Hélène, territoire de la rive droite qui se détache et devient une commune indépendante. Depuis, la paroisse de Locoal ne comprend plus que l'île de Locoal et la presqu'île du Plec. Par décision autoritaire de Napoléon, Locoal est ensuite rattachée à Mendon en 1806 et prend pour ce fait le nom de Locoal-Mendon.
Mendon et le doyenné de Ponbelz
Sur les neuf circonscriptions ecclésiastiques qui se partageaient le diocèse de Vannes, une englobait la sénéchaussée d'Auray et celle de Nostang-Hennebont. C'était l'ancien doyenné dit de Ponbelz calqué sur l'ancien "pagus" ou pays de Belz et mentionné dès le 11e siècle. Son siège d'abord situé sur l'île de Riec en Belz fut transféré à Mendon au début du 14e siècle, de sorte que le recteur de Mendon devint en même temps doyen de Ponbelz. Une quittance de l'an 1306, conservée aux archives de Nantes, est scellée du sceau de l'officialité de Ponbelz, et ce sceau représente le buste de saint Pierre, patron de Mendon. Ce doyenné comprenait dix-huit paroisses, à savoir toute la partie du littoral vannetais comprise entre la rivière d'Auray et le Blavet. Locoal était tout entier du doyenné de Ponbelz, dont le titulaire résidait à Mendon.
En 1790, Mendon fut érigé en commune et en chef-lieu de canton du district d'Auray, et eut dans sa circonscription Locoal et Belz. En 1800, à la suppression des districts, Mendon passa à l'arrondissement de Lorient, et en 1801, au remaniement des cantons, il perdit son titre de chef-lieu, qui fut donné à Belz. En compensation, il acquit Locoal, et prit la dénomination de Locoal-Mendon, qui lui est resté, même depuis le rétablissement de Locoal en paroisse, parce que s'il y a deux paroisses, il n'y a qu'une commune.

Introduction

L'enquête

L'inventaire topographique du patrimoine architectural et mobilier de la commune de Locoal-Mendon a été réalisé entre 2006 et 2007 ; l'opération a été soutenue par le Conseil général du Morbihan. L'inventaire a porté sur l'ensemble des édifices bâtis avant 1940.

La méthode

L'étude et la connaissance du patrimoine sont des missions à la fois d'intérêt national, régional et local. A l'heure où une attention particulière est portée sur des projets de développement durable, elles constituent une démarche préalable et utile à toute démarche d'aménagement et de mise en valeur du territoire. En instituant en 1964 l'Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, l'Etat s'est doté d'un outil de recherche, basé sur une méthodologie rigoureuse, qui constitue aujourd'hui le socle d'une documentation patrimoniale. Dès son origine, l'Inventaire général a été conçu comme un programme à la fois national dans sa méthodologie et sa coordination, afin de garantir l'homogénéité des données, et régional dans sa mise en oeuvre ; sa tâche fondamentale consiste à "recenser, étudier et faire connaître", donc à constituer un ensemble documentaire pérenne et accessible à tous dont l'exploitation scientifique et la publication sous des formes diverses sont les prolongements logiques.

Le territoire

L'approche topographique, en considérant avant tout l'oeuvre dans son territoire, fait de l'Inventaire un interlocuteur privilégié des organismes et des responsables locaux chargés de la gestion du patrimoine et de l'aménagement du territoire. Partout, la richesse et les particularismes du patrimoine constituent des leviers de développement. Les travaux de l'Inventaire permettent non seulement d'accompagner une démarche de reconnaissance culturelle tant dans des secteurs ruraux qu'urbains, mais aussi de fournir un outil d'aide à la décision en livrant des arguments essentiels à la compréhension historique et esthétique du territoire.

La restitution des données

La restitution des données découle de la méthode d'analyse. A chaque élément repéré correspond une notice. Chacun de ces éléments fait partie d'une famille d'édifices (maisons et fermes, moulins, manoirs et châteaux, églises et chapelles, écoles ...) ou d'édicules (croix, fontaines et lavoirs, ponts) représenté par un dossier collectif qui en restitue les caractères communs. Certains de ces éléments particulièrement bien conservés, représentatifs d'une famille ou au contraire uniques, sont sélectionnés et font, en général, l'objet d'une notice plus approfondie.

Les dossiers qui suivent sont classés du général ou du thématique (dossiers collectifs), au particulier (par lieu-dit). Parmi les 1089 logements et immeubles recensés par l'INSEE en 1999, 220 habitations (maisons et fermes, moulins, manoirs et châteaux) sont repérés par l'Inventaire et font l'objet d'une illustration légendée. A ces habitations s'ajoutent les écoles et les édifices religieux (17 repérés). Sur ces 237 édifices, 47 sont sélectionnés pour étude et portent la mention "sélectionné" : ce sont des bâtiments uniques ou au contraire représentatifs de l'architecture communale. Sur les 51 édicules repérés (croix, ponts, colombier, monument, fontaines et lavoirs), 26 sont sélectionnés pour étude.

Parmi les 171 objets mobiliers religieux recensés (mobilier, vases sacrés, statues ...), conservés dans les églises paroissiales et les chapelles de la commune, 71 font l'objet d'un dossier individuel. Les autres objets, produits en série ou à l'état de vestige, sont simplement mentionnés dans des listes supplémentaires.

L'ensemble des notices communales est consultable selon deux modes de lecture : l'accès topographique (notices illustrées) et l'accès cartographique (cartographie et notices illustrées).

Documentation

Documents d'archives
Archives départementales du Morbihan. Cadastre ancien, série 3P.
Archives départementales du Morbihan. Série O, travaux communaux : 20 119/ 993, 994, 995, 996.
Archives départementales du Morbihan. Série S, travaux publics et transports : S/59.
Archives départementales du Morbihan. Série O, travaux communaux 1802-1910 : 20 119/ 998, .
Archives départementales du Morbihan. Série 3ES 119/160, série O Petite voirie. Pont de Lesdour. Travaux 1833-1834.
Archives départementales du Morbihan. Série 3ES 119/150, série M Edifices publics. Projet de construction de la mairie et de l'école 1837-1839, .
Archives départementales du Morbihan. Série S 2403 Mer, ports, transports maritimes 1854-1863. Parcs à huîtres. Etablissements, autorisations, correspondances.
Archives départementales du Morbihan. Série S 2404 Mer, ports, transports maritimes 1864-1869. Etablissements, autorisations, correspondances.
Archives départementales du Morbihan. Série S 2405 Mer, ports, transports maritimes 1870-1877. Etablissements, autorisations, correspondances.
Archives départementales du Morbihan. Série S 2406 Mer, ports, transports maritimes 1878-1882. Etablissements, autorisations, correspondances.
Archives départementales du Morbihan. Série S 2407 Mer, ports, transports maritimes 1883-1892. Etablissements, autorisations, correspondances.
Archives départementales du Morbihan. Série S 2408 Mer, ports, transports maritimes 1893-1901. Etablissements, autorisations, correspondances.
Archives départementales du Morbihan. Série S 2408 Mer, ports, transports maritimes 1893-1901. Etablissements, autorisations, correspondances.
Archives départementales du Morbihan. Série S 1455 Mer, ports, transports maritimes. Délimitation du domaine maritime. Locoal-Mendon. 1917-1932.
Archives départementales du Morbihan. Série S 59 Travaux publics, Transports. Délimitation du rivage maritime. Locoal-Mendon. 1854-1858, .
Archives départementales du Morbihan. Série S 2396 Transports, Travaux publics. Pêche maritime côtière. Instructions. Locoal-Mendon. 1917-1932.
Bibliographie
CAYOT-DELANDRE. Statistiques communales du canton de Baud. Dans : Annuaire statistique historique et administratif du département du Morbihan. Vannes, 1836, .
CHAUVEAU, J. Cochelin à travers les siècles. Patrick Bertrand, éditeur d'art, Société d'éditions de Sainte-Hélène, 1996.
DALIDO, Pierre. L'huître du Morbihan, étude économique et sociale. Paris, 1948.
DANIGO, Joseph. Eglises et chapelles du doyenné de Belz. Imprimerie Régionale 29114 Bannalec, 1986.
DUBUISSON-AUBENAY. Itinéraire de Bretagne.
DU HALGOUET, Hervé. Considérations archéologiques sur les édifices religieux du diocèse de Vannes. Vannes, 1951.
DUHEM, Gustave. Les églises de France, Morbihan. Paris, 1932.
GALZAIN, Michel deChâteaux, manoirs, gentilhommières du Morbihan. Vannes, 1887.
LAIGUE, René, comte de. Mémoire et réformation de la noblesse, p. 62-67.
LE GUEN, Annick.La rivière d'Etel et ses mystères....
LE MAITRE, Alain. La misère dans l'abondance au XVIIIe siècle. Le rapport de l'intendant des Gallois de La Tour, 1733. Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, 1999.
LE MENE, Joseph-Marie. Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. Vannes : Imprimerie Galles, 1894, t. II, p. 521-525, 469-474.
Le Patrimoine des Communes, le Morbihan. Paris : Flohic. Editions, 1996, 2 t. (Collection Le Patrimoine des Communes de France), p. 160-163.
LE TALLEC, Frédéric. HENRIO, Mériadec. Locoal-Mendon, "L'île du bonheur". Imprimerie de la Rivière, Belz, 1994, .
LUCO, Abbé. Pouillé historique de l'ancien diocèse de Vannes. Bénéfices séculiers. Vannes : imprimerie Galles, 1884.
OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Rennes : Molliex, libraire-éditeur, 1843-1853, p. 27, 513, 514.
RIO, Joseph. Les Echos de Locoal-Mendon. Bulletins minicipaux n°1, 3, 13, 14, 17, 19, 23, 24.
RIOULT, Jean-Jacques. VERGNE, Sophie.Cahiers du Patrimoine. Les orfèvres de Haute Bretagne.. Presses universitaires de Rennes, 2006, .
ROSENZWEIG, Louis. Répertoire archéologique du département du Morbihan. Paris, 1863.
THOMAS-LACROIX, P. Bretagne. Orfèvrerie des églises du Morbihan. Malestroit, Imprimerie moderne, 1977.

Illustrations

Voir

Ministère de la Culture et de la Communication (Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne / Service Régional de l'Inventaire). (c) Inventaire général ; (c) Conseil général du Morbihan. Renseignements : Centre de documentation de l'inventaire du patrimoine culturel (02 22 93 98 40 / 24)
Page principale
Avertissement : Toute demande motivée de retrait d'illustration sera examinée par le service.
Conception de l'application : Pierrick Brihaye, Malo Pichot, Alain Jenouvrier, Guillaume Lécuillier