Logo du Conseil régional de Bretagne Logo du service de l'Inventaire général
Inventaire général du patrimoine culturel
inventaire topographique (Erdeven)
Auteurs de la notice : Herbaut Claudie ; Berthou Marie ; Toscer Catherine ; Pierre L. et M.
Année de rédaction : 2004
Bretagne
Morbihan
Erdeven
Présentation de la commune d'Erdeven
Vignette
Moulin du Narbon, restauré après la tempête de 1987.
Dénomination : généralités
Numéro INSEE de la commune : 56054
Aire d'étude : Belz
Commentaire historique : De nombreux sites mégalithiques, dont le plus remarquable est sans aucun doute les alignements de Kerzerho, témoignent de l´occupation ancienne du territoire de la commune. Selon J. Danigo (Danigo, 1996), le nom d´Erdeven apparaît pour la première fois dans une charte du Cartulaire de Quimperlé, non datée, mais qui remonte à la fin du 11e siècle. Il est alors fait allusion à la paroisse, son église et son prêtre.
Des 6 seigneuries mentionnées à la fin du Moyen Âge, 3 subsistent à l´époque de la réformation du Domaine (vers 1679-1685), puis 2 au 18e siècle, les plus importantes : Kercadio et Keravéon, dont dépendent la majorité des hameaux et des fermes de la paroisse.
A la fin de l´Ancien Régime, l´activité maritime du village d´Etel, l´unique port d´Erdeven, s´affirme avec le développement de la pêche côtière, puis au siècle suivant avec celui de la pêche au thon. Le plan cadastral de 1845 confirme son développement urbain au détriment du bourg paroissial. Tandis que la D 781 est aménagée dans la première moitié du 19e siècle, le pont Lorois inauguré en 1842, Etel, Keréven et quelques écarts alentours, sont détachés de la commune d´Erdeven en 1851.
Dans la seconde moitié du 19e siècle, l´économie rurale prend définitivement le pas, sur l´ouverture maritime. Les fermes sont rénovées, agrandies, et ce phénomène perdure jusqu´à la Seconde Guerre mondiale. Céréales et surtout cultures maraîchères (oignons et carottes) font la réputation d´Erdeven dans toute la région.
En 1909 un projet de station balnéaire devant s'implanter sur la plage de Kerhillio ne verra pas le jour. Dans la seconde moitié du 20e siècle, l´attrait des plages et du pittoresque des mégalithes, engendrent un développement important du tourisme. De fait, vers 1975, le projet de création d´une centrale nucléaire dans la dune est (assez) vite abandonné. Sans que l´on puisse établir un lien de cause à effet directe, le phénomène de résidences secondaires a doublé depuis cette époque.

Introduction

Superficie : 3064 hectares. Population totale : 2606 habitants (recensement 1999) ; mais plus de 15.000 l'été.

La commune d´Erdeven est située en bordure littorale, entre Plouharnel au sud-est et la rivière d´Etel au nord-ouest. En breton on dit Ardeuen qui se décompose d´après une note de M. Croizer, repris par Cayot-Delandre en 1847, de Are (en breton : du côté de) et Teuenn (en breton : la dune). Elle est traversée suivant la même direction, par la D781 qui relie Carnac à Plouhinec, via le pont Lorois sur la rivière d´Etel, et passe par le centre du bourg.

La commune est constituée d´une bande côtière de dunes, nommées falaises dans la région, et d´étangs (Loperhet, Kergrosse, Poulbé, Len-er-Gaulec, Keravéon, le Raz, Kerminihy), à l´arrière de laquelle s´étend un territoire peu accidenté où alternent les cultures, les landes et bois de pins. Ces pinèdes particulièrement nombreuses dans le secteur est de la commune, ont été plantées au 19e siècle, et sont toujours entretenues.

L´altitude moyenne est de 10 à 20 m, avec un point culminant à 31m à la lande de Mané-Braz.

En face de la pointe de Porh-Lineneu, l´îlot inhabité de Roëllan, d'une superficie de 18750 m², est un lieu de reproduction des oiseaux.

Le sous-sol est principalement formé de granite ou granulite grenue. Entre les dunes et la granulite s´intercale la zone d´étangs dont le sous-sol est constitué d´alluvions modernes, terre légère particulièrement propice au maraîchage.

La commune d´Erdeven a fait l´objet par le passé :

- de missions ponctuelles d´étude réalisées en 1969 par le Service régional de l´Inventaire,

- d´un inventaire topographique réalisé par ce même service entre 1975 et 1976, avec retour occasionnel sur le terrain lors de l´archivage réalisé en 1979.

L´étude de 2004 est à la fois une enquête comparative de l´état actuel et des précédents travaux, et un archivage informatique sous Renabl de l´ensemble des données 1969, 1975-1976, 2004.

GEOGRAPHIE ET RAPPEL HISTORIQUE

Les plans cadastraux de 1811 et 1845 confirment l´existence d´un réseau de routes et de chemins, distribuant de façon dense les nombreuses fermes et hameaux du territoire.

Des 4 moulins à vent figurés sur ces plans, il n´en subsiste plus qu´un, celui du Narbon. Sur la maison du meunier sont placées les armes de Kercadio et de Keravéon, les deux plus importantes seigneuries de la paroisse sous l´Ancien Régime. Le manoir et château de Kercadio (ISMH) est restauré, celui de Keravéon d´origine de la fin du 16e siècle (enceinte à échauguettes) augmenté au 19e siècle d´un remarquable donjon est aujourd´hui très menacé (colombier ISMH. détruit, porte d´entrée du parc ISMH). Un troisième manoir remontant au 16e siècle, non documenté et malheureusement remanié, subsiste à Kergaire, au nord de la commune.

Cinq des hameaux les plus importants conservent actuellement une chapelle d´origine ancienne. Deux, Sainte-Brigitte à Loperhet et celle des Sept-Saints, ont fait l´objet d´une reconstruction partielle ou totale dans la seconde moitié du 20e siècle. Il n´en subsiste qu´une sur deux au bourg près de l´église paroissiale. Bien que partiellement protégée (porte sud ISMH), le mobilier de cette chapelle dite de la Vraie-Croix, a subi depuis l´enquête de 1976, de nombreuse altérations et destructions.

Enfin de nombreuses croix de chemin et fontaines jalonnent les carrefours et les alentours des hameaux d´Erdeven.

La majorité des dossiers concerne l´habitat (maisons, fermes), dans une fourchette chronologique étendue à 1949 (elle était arrêtée à 1860 lors de l´enquête de 1975-1976).

Les blockhaus construits sur la frange littorale ont fait l´objet d´un dossier ensemble.

Les mégalithes et l´orfèvrerie religieuse n´ont pas été traités.

ANALYSE

Cette synthèse qui reprend l´analyse déjà élaborée en 1979 lors de l´archivage du dossier d´inventaire de la commune, est complétée par les informations de l´enquête 2004 et les mises à jours du dernier recensement INSEE pour l´année 1999.

1 - STATISTIQUES

Superficie de la commune : 3066 ha.

Nombre d´écarts (lieux-dits) : 77

Population : 2523 habitants, soit une densité de 82 habitants au km².

La population est en hausse par rapport au recensement précédent. En 24 ans, depuis 1975, la commune a gagné 537 habitants.

Evolution de la population vers 1845 à 1999 :

1843 à 1845 (d´après Ogée) : 1550 habitants, Etel compris.

en 1936 : 1863 habitants

en 1954 : 1736 habitants

en 1962 : 1864 habitants

en 1968 : 1910 habitants

en 1975 : 1977 habitants, dont 1382 en écart

en 1999 : 2523 habitants

Logements :

La commune comprend en 1999, 2137 logements (749 immeubles au recensement de 1975).

Il y a 1003 résidences principales, 1067 résidences secondaires ou occasionnelles et 67 logements déclarés vacants.

Le parc de logements est dans l´ensemble récent : 92,7% construits après 1945. Ce chiffre s´explique largement par l´attrait touristique des plages d´Erdeven, qui n´a fait qu´augmenter ces 30 dernières années. Ainsi, en 1975, on recensait dans le parc de logements de la commune 21,5% de résidences secondaires, en 1999 elles approchent les 50%.

2 - PATRIMOINE ARCHITECTURAL ETUDIE (51 dossiers)

Religieux : 1 église, 6 chapelles, 11 croix monumentales, 3 fontaines de dévotion, soit 21/51 dossiers.

Public : 2 fontaines, soit 02/51 dossiers.

Technique et industriel : 1 moulin à vent, soit 01/51 dossiers.

Châteaux et manoirs : 2 châteaux, 2 manoirs, soit 04/51 dossiers.

Maisons et fermes : 5 maisons urbaines*, 3 maisons rurales, 16 fermes, soit 24/51 dossiers.

* une maison de type urbain dans le quartier de Croix-Izan, 4 au bourg d´Erdeven.

Le patrimoine le plus significatif en nombre de dossiers constitués (en 2004) concerne les maisons et les fermes : 24 dossiers de sélection dont 16 pour les fermes. Bien évidemment, le patrimoine religieux a fait l´objet d´un nombre important de sélection, y compris les chapelles rénovées, reconstruites ou fortement dénaturées dans la seconde moitié du 20e siècle.

3 - LOGIS : PATRIMOINE ARCHITECTURAL RECENSE : Châteaux, manoirs, maisons, fermes

Evolution de la construction d´après l´INSEE :

Avant 1871 : 50

De 1871 à 1914 : 0170

De 1915 à 1948 : 0097

De 1949 à 1968 : 0197

De 1969 à 1975 : 0255

De 1976 à 1999 : 1388

Soit un total de 2137 logements existants sur la commune en 1999, dont 67 logements déclarés vacants.

Recensement Inventaire des logis en 2004 (maisons, fermes, châteaux, manoirs) :

En village : 46 repérés et 5 sélections,

En écart ou isolé : 163 repérés (dont 21 isolés) et 19 sélections (dont 5 isolés),

Soit un total de 233 RECENSES, dont 209 REPERES et 24 SELECTIONS pour étude.

Ce chiffre de 233 recensés correspond à 10,9 % du parc de logements de la commune, en 1999. Il était de 20,8 % d´un parc de 749 logements, lors de l´enquête de 1976.

Ce même nombre de logis recensés par l´inventaire (233), pour une période allant de la fin du Moyen Âge à 1950, correspond, d´après les chiffres de l´INSEE, à 73,5 % du parc de logement de la commune en 1948.

Depuis l´enquête de1976, la pression touristique sur le territoire de la commune a engendré non seulement la création de nouveaux espaces de camping caravaning (problème de l´impact des mobile-homes sur l´environnement), de quelques lotissements (Keranroué) et centres de vacances (Kergouet), mais surtout, et de façon accrue, le développement de gîtes ruraux et de résidences secondaires dans les anciens bâtiments de fermes. Ce dernier phénomène a vu le remaniement irréversible de nombreux bâtiments, de façon particulièrement sensible par exemple dans le village de Kerhillio.

Cependant, certaines fermes, par exemple à Kergrosse ou à Kerbernesse, bien que très dénaturées après inventaire de 1976, ont été sélectionnées pour étude, au regard de la documentation et de l´analyse faite lors de la précédente enquête de l´Inventaire.

Documentation

Document d'archives
DU HALGOUËT, Hervé. Notes archéologiques sur le département du Morbihan , 2t., dactylographié, vers 1942-1952.
Descriptions architecturales de l'église, des chapelles, des châteaux de Kercadio et Keravéon.
Quelques mots sur le village de Keroret où il note la présence de fermes aux murs appareillés et couvertes en chaume, anciennes demeures des tenanciers du fief de Keravéon, p. 102-105.
Documents figurés
A. D. Morbihan. 2O 53/3, aliénation de portions de la dune d'Erdeven.
1909-1910 : Projet de station balnéaire à Kerhillio. Pleyber architecte à Vannes. Plan du 1er décembre 1909.
Ce projet dont le fondement était la création d'un boulevard de 620 m. de long en front de mer, n'eut pas de suite, p. .
Service départemental de l'architecture et du patrimoine du Morbihan (S.D.A.P.56).
Fonds photographique René Guillaume (commencé par) 1921-1939.
Photographies et cartes postales anciennes conservées dans les classeurs marrons, par ordre alphabétique des communes.
Erdeven : château de Keravéon et dépendances (orangerie, colombier), manoir de Kercadio (logis-tour du 17e siècle), église et chapelle du bourg, p. .
Bibliographie
OGEE, J. -B. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nouvelle édition revue et augmentée, Rennes, 1845.
Réed. Mayenne, 1979.
CAYOT-DELANDRE. Le Morbihan, son histoire, ses monuments. Editions du Bastion, 1847, réed. 1990.
Donne l'étymologie du nom Erdeven : "Ar-téven", sur la dune ou près de la dune, improprement appelée "falaise" en français local.
Reproduit la description des mégalithes d'Erdeven que fit P. Mérimée, lors de sa visite en 1836, p. 517.
ROSENZWEIG, Louis. Répertoire archéologique du département du Morbihan , Paris, 1863.
Décrit les mégalithes, le lech près du cimetière du bourg, la chapelle de la Vraie-Croix également au bourg, col. 20.
LE MENE, J.-M. Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes , 2t., Vannes, 1891-1894.
Réed. Coop Breizh, 1994, p. 219-224.
LAIGUE, René, comte de. La noblesse bretonne aux XIVe et XVe siècles, réformations et montres, Rennes, Plihon, 1902, p. .
DUHEM, Gustave. Les églises de France, Morbihan, Paris, 1932.
Cite : Eglise Saint-Pierre-Saint-Paul, du 18e siècle ; Chapelle de la Vraie-Croix du 16e siècle, remaniée au 19e siècle ; Chapelle de la Congrégation au bourg, du 19e siècle ; Chapelle N.-D. à Loperhet, jadis dédiée à Sainte-Brigitte, du 17e siècle ; Chapelle Saint-Germain reconstruite au 17e siècle ; Chapelle Saint-Sauveur du 18e siècle.
Avec beaucoup d'imprécisions et erreurs de datation. Ne cite pas Saint-Guillaume à Lisveur, ni la chapelle des Sept-Saints (son enquête remonte au milieu des années 1920 pour certaines communes), p. 36.
DANIGO, Joseph. Eglises et chapelles du doyenné de Belz , Bannalec, 1986, p. .
DANIGO, Joseph, LE TALLEC, F. Si Erdeven m'était conté, Priziac, 1971, p. .

Annexe

OGEE J. -B. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, Nouvelle édition revue et augmentée, Rennes, 1845.

Réed. Mayenne, 1979.

Extraits de la première édition : ERDEVEN, 1550 habitants ; agriculture, beaucoup d'oignons et de céréales ; mer, le fanal de Kerouriec et la croix de Kervenhir à l'entrée de la rivière d'Etel.

Extraits de l'édition de 1845 : Eglise paroissiale + deux chapelles au bourg, Trois autres chapelles dans la commune, Saint-Sauveur, Saint-Germain, N-D à Loperhet, celle des Sept-Saints est en ruine. Agriculture : presses à sardines à Etel, beaucoup d'oignons que l'on exporte, récolte de goëmon, étangs forts poissonneux près des villages de Kerouriec et de Loperet. Beaucoup de gibiers dans les mares des landes de la commune.

Illustrations

Voir

Ministère de la Culture et de la Communication (Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne / Service Régional de l'Inventaire). (c) Inventaire général ; (c) Conseil général du Morbihan. Renseignements : Centre de documentation de l'inventaire du patrimoine culturel (02 22 93 98 40 / 24)
Page principale
Avertissement : Toute demande motivée de retrait d'illustration sera examinée par le service.
Conception de l'application : Pierrick Brihaye, Malo Pichot, Alain Jenouvrier, Guillaume Lécuillier