Logo du Conseil régional de Bretagne Logo du Conseil général d'Ille-et-Vilaine Logo du service de l'Inventaire général
Inventaire général du patrimoine culturel
Inventaire préliminaire : Ille-et-Vilaine
Auteur de la notice : Quillivic Claude
Année de rédaction : 2003
Bretagne
Ille-et-Vilaine
Acigné
Présentation de la commune d'Acigné
Vignette
La densité du bâti : en bleu et rouge, les éléments recensés
Dénomination : généralités
Numéro INSEE de la commune : 35001
Aire d'étude : Ille-et-Vilaine

Introduction

Le recensement préliminaire à l'étude du patrimoine mobilier et architectural de la commune d'Acigné a été réalisé, concernant l'architecture, durant les mois de mai et juin 2003 ; il a porté sur l'ensemble des oeuvres bâties avant le milieu du 20e siècle. Les dossiers qui suivent sont classés du général, ou du thématique, au particulier. Près de la moitié des 420 immeubles de l'architecture domestique ou agricole recensés par l'Insee en 1946 est documenté individuellement, l'autre collectivement. Certaines oeuvres uniques ou au contraire représentatives portant la mention "oeuvre sélectionnée" ou "étude souhaitable" dans les observations peuvent signaler un intérêt supplémentaire à l'échelon communal avant qu'une étude comparative à une échelle plus large vienne étayer ce choix. Cependant leur sélection qui découle d'une problématique documentaire ne réunit pas tous les critères propres à constituer une valeur patrimoniale intrinsèque ; des oeuvres simplement recensées peu ou pas commentées ici peuvent revêtir des intérêts singuliers.

La note de synthèse ci-dessous a été rédigée par Jeannick Le Goux à l'occasion d'un pré-inventaire du patrimoine architectural et des sites réalisé en avril-mai 1974 sous la direction de Jean-Claude Menou secrétaire de la Commission régionale de l'Inventaire ; elle offre une bonne synthèse des caractéristiques patrimoniales locales. Cependant seules 22 oeuvres furent documentées individuellement en fonction de caractères d'unicité, d'état de conservation et de grande ancienneté souvent antérieure au 19e siècle (Les photographies datées 1974 portent témoignage de ce choix). La présente enquête élargit le champs chronologique du recensement jusqu'au milieu du 20e siècle -toutefois la carte annexée présente en gris, l'architecture contemporaine édifiée après les années 1950 jusqu'à nos jours- et restitue aussi exhaustivement que possible une information même sommaire sur chacun des ensembles bâtis, édifices ou édicules susceptibles de constituer un élément du patrimoine.

NOTE DE SYNTHESE

La commune d´Acigné est située à une dizaine de kilomètres à l´est de Rennes. Son territoire de 2955 hectares fait partie intégrante du bassin de Rennes : en effet, tout le territoire communal repose sur les schistes primaires qui constituent la base des terrains du bassin de Rennes. Des limons jaunes et fins recouvrent cette formation primaire sur les interfluves. Les forêts sont installées sur ces limons.

Des alluvions modernes tapissent le fond des vallées ; elles sont particulièrement développées dans la vallée de la Vilaine, atteignant une largeur de 1 kilomètre environ de part et d´autre de la vallée, de même que pour la vallée de la Voeuvre compte tenu de l´importance actuelle du ruisseau.

Le paysage rural

La commune d´Acigné, commune du district de Rennes, a conservé un paysage rural de qualité. Elle est, il est vrai, une des communes les plus éloignées de Rennes et n´a pas encore été atteinte par la vague massive de l´habitat pavillonnaire, ou du moins a-t-il été contenu à peu près dans la zone périphérique du bourg.

Ce paysage rural est celui du bocage, aux mailles plus ou moins lâches selon les zones : la zone nord-ouest est bien remembrée ainsi que la vallée de la Vilaine en aval du bourg, notamment le domaine des Onglées.

Les talus sont en général plantés d´arbres, mais souvent ce sont de beaux arbres bien développés. La haie de châtaigniers est très répandue.

Les chemins ruraux sont nombreux bien que quelques uns aient été appropriés et mis en culture. Certains sont des chemins très anciens qui ont gardé leurs caractères de chemins creux : tel le chemin menant de Basses-Escures au nord du lieu-dit la Chesnaie ; de même que le chemin situé au sud de l´ancien manoir du Haut Forge.

Acigné est situé aux confins des grandes forêts du nord-est de la région rennaise. L´orée de la forêt de Rennes, marquée par un très beau chemin bien praticable, forme la limite nord-ouest de la commune tandis que la forêt de Chevré pénètre sur la commune d´Acigné vers le nord-est. De plus, des lambeaux de forêt de quelques hectares - souvent liés à la présence d´un habitat noble ancien - se sont maintenus dans la zone septentrionale de la commune : bois de Basses-Escures, bois situé au nord-est de Breyon, et celui situé à l´est de la D. 92.

Le relief de la commune est un relief vallonné. Deux vallées découpent le plateau qui se situe à une altitude de 80 m environ : la Vallée de la Vilaine, formant la limite sud de la commune et la vallée de la Voeuvre. Les dénivellations sont de 40 à 50 mètres, mais les pentes sont extrêmement douces, sauf au niveau du bourg et dans la zone nord-est de la commune ; dans cette dernière, le paysage rural traditionnel, dense, s´est maintenu, plus qu´ailleurs.

La vallée de la Vilaine

La Vilaine, vallée de première importance pour bon nombre de communes du district, l´est aussi pour Acigné ; elle coule d´est en ouest formant un large méandre dans le lobe duquel s´est édifié le bourg, sur la rive concave moins sujette aux inondations car plus abrupte.

La vallée est ample, à fond plat, particulièrement en aval du bourg : il s´agit de la rive convexe de la boucle faisant suite à celle du bourg et en sens contraire. C´est dans cette boucle qu´est situé le grand domaine des Onglées. La vallée sinue au travers des prairies permanentes, peu de chemins y descendent, il est donc difficile de l´atteindre. On remarque de loin sa présence par le rideau d´arbres, plus ou moins important, qui accompagne son cours.

La vallée de la Voeuvre conflue avec la Vilaine à l´ouest du bourg. C´est une petite rivière très sinueuse, aux rives également plantées d´arbres. Dans les secteurs qu´elle traverse, le paysage rural est particulièrement bien conservé : grandes haies plantées de beaux arbres, chemins ruraux plus ou moins bien conservés.

Le patrimoine architectural

Manoirs et anciens manoirs

Parmi eux on trouve la Boissellerie, petit château moderne au coeur d´un très beau parc. La Havardière est un manoir ancien qui comporte une tourelle octogonale ; malgré des réfections qui bouleversent l´harmonie de sa façade, celle-ci a tout de même conservé une belle porte à encadrement de granite et une fenêtre décorée d´une grille à deux galbes. La Ville Aubrée, joli manoir du 17e siècle (?), de plan rectangulaire flanqué à l´arrière d´une tourelle circulaire. De très belles couvertures, façade sud, ont échappé au crépi blanc qui recouvre le mur.

L´habitat rural de la commune ne présente pas dans l´ensemble un intérêt majeur. Beaucoup de maisons ont été remaniées, les ouvertures agrandies, les façades entièrement crépies.

L´ensemble le plus intéressant est certainement Vernay qui constitue deux alignements successifs de maisons de schiste gris. Les façades postérieures, aveugles, donnant sur la rue sont bien conservées, cependant les façades principales, orientées au sud, ont été remaniées de vilaine façon. Il reste une belle porte cintrée, à demi murée.

Epargé est une maison au plan en « L », en schiste et grès. Elle a conservé tous ses caractères de maison rurale ancienne (18e s.) à l´exception des fenêtres du rez-de-chaussée. D´autres maisons ont été répertoriées : la Béraudière, Bout-de-Lande, Cours-Hamon, la Lande-Guérin, la Piverdais. Toutes ces maisons n´ont conservé d´ancien que les ouvertures (portes cintrées ou en arc brisé, quelquefois les fenêtres).

L´alignement rural de la Ville Aubrée, petites maisons servant de remise, présente sur la route les façades aveugles d´un très bel appareillage de petits moellons très fins de schiste gris. Certaines ouvertures sont des remplois.

L´habitat rural est rarement accompagné de fours, ils ont disparu de même qu´une grande partie des puits. Les fours, de section circulaire, sont grands et recouverts d´un toit plat.

Les puits circulaires sont surmontés de montants de bois supportant le treuil recouvert d´un petit toit en bâtière.

La vallée de la Vilaine

La Vilaine forme la limite sud de la commune d´Acigné, la séparant des communes de Brécé au sud-est et Noyal/Vilaine à l´ouest.

Elle roule d´est en ouest formant un grand méandre depuis le lieu-dit Montcorps en Noyal/Vilaine au lieu-dit Haut Sévigné (en Cesson-Sévigné).

Le bourg se trouve situé au fond du méandre sur la rive concave, ce qui explique le caractère abrupt de la pente du versant au niveau du bourg. Par contre, vers l´est du bourg, la vallée est large, à fond plat ; la zone inondable est large de 200 à 300 mètres. Les habitations sont alignées sur la courbe de niveau des 40 mètres. Vers l´ouest, la vallée est encore plus large (500 mètres environ). Elle n´est occupée par aucune habitation sinon le château des Onglées situé dans la boucle formée par la courbe de niveau des 40 mètres. Ainsi la rivière coule au milieu des prés ; elle est difficilement accessible car les chemins qui y descendent sont rares. Dans la majeure partie de son cours, elle a une largeur de 15 à 20 mètres ; les rives sont plantées d´arbres variés (chênes, frênes, aubiers..) qui forment une bordure touffue qui déborde le cours de la rivière. Ce paysage naturel est resté intact.

La vallée de la Voeuvre

La Voeuvre parcourt la commune d´Acigné du nord au sud dans la partie occidentale de son territoire. C´est une petite rivière au cours très sinueux dans le détail. Partout où l´on peut l´atteindre, à partir des routes (D 29) ou des chemins sinueux (chemin de la Basse Cour), on remarque que le paysage rural change dans les zones qu´elle traverse ; on note la présence de grands arbres (peupliers, chênes..) le long de ses rives et sur les talus des pins souvent petits, peu remembrés.

Bois et forêt

La commune d´Acigné est située dans la zone périphérique des grandes forêts du nord-est de Rennes (forêt de Rennes, forêt de Chevré, de la Mancellière).

Ceci explique que l´on trouve sur le territoire de la commune, dans sa partie nord principalement, de nombreux lambeaux de forêts et de bois ; certains sont liés de plus à l´existence d´un habitat ancien noble. Les essences qui dominent sont les chênes, hêtres, châtaigniers. La zone boisée la plus importante est formée par l´amorce de la forêt de Chevré au nord-est de la commune, traversée par la D 100 et sillonnée de beaux chemins de forêt. Les bois qui se sont maintenus sont : le bois situé au sud de la Bonnaudière, le bois de Basses-Escures, le bois situé au nord-est de Brayon.

Routes et allées bordées d´arbres

Sur la commune d´Acigné se sont maintenus nombre de chemins ruraux. Certains sont de simples chemins pierreux serpentant entre les prés et limités par deux clôtures. D´autres sont limités par des haies. On note une présence importante de châtaigniers et de frênes dans ces haies. L´un des plus beau chemins de la commune est celui qui forme la limite nord-ouest de la commune ; il s´agit en fait du chemin de l´orée de la forêt de Rennes. Le chemin vicinal n° Z 01 menant aux Basses-Escures longe également cette forêt pendant un moment, ce qui lui donne un joli caractère de route bordée d´arbres de qualité (hêtres et autres).

Routes et chemins bordés d´arbres

Les zones de forêts offrent les plus beaux chemins de promenade. La forêt de Chevré est traversée par la D 100. L´habitat situé à l´orée même de la forêt (les Sapins, Ruisselée, Bel Air) est desservi par un réseau de chemins de forêt agréables et bien entretenus. Lorsqu´ils s´enfoncent dans la forêt ils sont de moins en moins praticables. Les essences d´arbres sont variées : châtaigniers, bouleaux, frênes, sous-bois de fougères. Il s´agit d´arbres à feuilles caduques traditionnels de la région, sans reboisement de résineux comme cela se fait beaucoup actuellement.

Documentation

Documents figurés
Tableau d'assemblage du plan cadastral parcellaire de la commune d'Acigné. Plan par Naylies ingénieur vérificateur, Beuscher ainé géomètre, 1819, échelle 1/10000e. (A. D. d'Ille-et-Vilaine : 3 P 5234).
Carte de la France, feuille 128, Rennes. Plan de César-François Cassini de Thury, levée vers 1783, échelle : 1/86 400.
Bibliographie
BARDEL, Philippe, MAILLARD, Jean-Luc. Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. Rennes : Editions Apogée, Ecomusée du Pays de Rennes, 2002.
BANÉAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1927, t. 1, p. 19-32.
Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic Editions, 2000. (Le patrimoine des communes de France).
OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. par MM. A. Marteville et P. Varin. Rennes : Molliex, 1845, p. 36-37.
RACINEUX, Alain. Histoire d'Acigné et de ses environs, 2e édition revue et augmentée. Rennes : imprimerie Média Graphic, 2000.

Illustrations

Voir

Ministère de la Culture et de la Communication (Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne / Service Régional de l'Inventaire) / Conseil Général d'Ille-et-Vilaine / Association Pour l'Inventaire Bretagne. (c) Inventaire général. Renseignements : Centre de documentation de l'inventaire du patrimoine culturel (02 22 93 98 40 / 24)
Page principale
Avertissement : Toute demande motivée de retrait d'illustration sera examinée par le service.
Conception de l'application : Pierrick Brihaye, Malo Pichot, Alain Jenouvrier, Guillaume Lécuillier