Logo du Conseil régional de Bretagne Logo du Conseil général d'Ille-et-Vilaine Logo du service de l'Inventaire général
Inventaire général du patrimoine culturel
Inventaire préliminaire : Ille-et-Vilaine
Auteur de la notice : Orain Véronique
Année de rédaction : 2003
Bretagne
Ille-et-Vilaine
Cesson-Sévigné
Présentation de la commune de Cesson-Sévigné
Vignette
La Vilaine, le Vieux Pont, l'église
Dénomination : généralités
Numéro INSEE de la commune : 35051
Aire d'étude : Ille-et-Vilaine

Introduction

Canton de Cesson-Sévigné

Arrondissement de Rennes

Superficie : 3210 ha

Population 1999 : 15 400 habitants

Cours d´eau : La Vilaine

348 œuvres recensées

217 oeuvres documentées

Les conditions de l´enquête

Cette enquête d´inventaire fait suite à une précédente enquête de 1973 réalisée par Jeannick Le Goux sur le patrimoine de la commune. Les photos en noir et blanc prises lors de ce premier repérage ont été intégrées à ce cédérom qui privilégie aujourd´hui l´image couleur. Cet inventaire exhaustif jusqu´en 1940 est avant tout réalisé à partir de l´observation in situ et de la documentation existante, très peu de dépouillements archivistiques ont été effectués en raison du temps relativement court de cette opération. Parmi les 348 œuvres recensées, 131 ne sont pas documentées mais font l´objet néanmoins d´une cartographie précise. Il s´agit d´œuvres remaniées ou rénovées dont l´analyse est devenue difficile, même si leur ancienneté est parfois indéniable.

Géographie communale

De part sa situation géographique, la commune de Cesson-Sévigné présente aujourd´hui une double identité urbaine et rurale. Elle fait partie des nombreuses communes en extension de la couronne de Rennes. Elle est ceinturée à l´ouest par la ville de Rennes, au nord par la commune de Thorigné-Fouillard, à l´est, celle de Noyal-sur-Vilaine et au sud par Chantepie. Son territoire relativement étendu se développe sur 8 kms du nord au sud et sur 6 kms d´est en ouest. La Vilaine qui en traverse le centre constitue un élément important de son paysage. Lors de la précédente enquête en 1973 le remembrement était en cours, s´y devinait encore un paysage de bocage. La campagne a été touchée par le remembrement, mais elle a surtout souffert de l´installation progressive de voies rapides, rocades sud et est . Les matériaux extraits de son sous-sol ont servi à la construction locale, des carrières de schiste étaient exploitées, sous l´ancien Régime, dans la partie sud de la commune. L´emploi de la terre comme matériau principal est néanmoins plus largement répandu sur tout le territoire cessonnais. La bonne conservation d´une partie de ce patrimoine rural constitue cependant une surprise et offre des exemples caractéristiques de la construction en terre, très présente dans le bassin de Rennes.

Histoire et familles illustres

Les premiers seigneurs de Cesson, dont les Cesson et les Sévigné apparaissent dans les sources écrites dès les 11e et 12e siècles. La commune qui s´appelait avant 1921 Cesson est devenue, depuis cette date, la commune de Cesson-Sévigné en hommage à cette illustre famille dont les terres sont situées à l´est de la commune. La famille noble des Cucé, dont le domaine remonte à l´époque romaine, est attestée quant à elle sur la paroisse aux 13e et 14e siècles. La seigneurie de Cucé avait un droit de haute justice et une fuie ; c´était un fief important qui fut érigé en châtellenie en 1570 et en marquisat en 1644. Il appartenait aux seigneurs de ce nom en 1260, 1346 et passa par alliance aux de Montbourcher, grand et ancien lignage noble du pays rennais, qui le possédait en 1427. Il fut vendu par eux en 1458 à Gilles Bourgneuf, maître de la monnaie de Rennes, puis passa par succession aux Rogier comtes de Villeneuve en 1660. Enfin, il fut vendu en 1679 aux de Boisgeslin. Le château actuel est construit juste avant la Révolution pour cette puissante famille. Raymond de Boisgelin de Cucé, commanditaire du château est archevêque d´Aix, académicien et président de l´Assemblée nationale à la fin de 1789. Il est également célèbre pour avoir prononcé le discours du sacre de Louis XVI en 1775. Au 18e siècle, une autre figure notoire de l´histoire de France séjourne également dans la paroisse : le procureur Louis-René Caradeuc de La Chalotais, procureur général au Parlement de Bretagne, connu pour son opposition forte au pouvoir royal. Au 19e siècle, une cessonnaise, Melle Brice, épouse Paul Deschanel (1855-1922), futur président de la République française. Le couple a partiellement résidé au château de la Vallée situé au nord de la commune. C´est également dans cette même propriété que naît le sculpteur Jean Boucher dont la mairie possède des œuvres et vient de lui rendre hommage par l´ouverture d´un site Internet, le musée virtuel Jean Boucher. Cet artiste engagé profondément républicain est nommé chef d´atelier de sculpture à l´école des beaux-arts en 1919 puis est élu à l´Académie des beaux-arts en 1936. Le grand prix de l´exposition internationale de Paris couronne l´ensemble de son travail en 1937.

Un patrimoine méconnu

Si la notoriété de Cesson provient de ces illustres familles, les bâtiments qu´elles ont fait construire contribuent largement à cette renommée. Le château et l´ancienne métairie de Cucé font partie des édifices majeurs du patrimoine cessonnais et du département d´Ille-et-Vilaine. L´hôtel de ville du 16e siècle installé dans le manoir de la Chalotais et les annexes de la mairie aménagées dans le manoir de Bourgchevreuil, rénové au 18e siècle, témoignent non seulement du passé, ils participent par leur qualité architecturale et leur environnement préservé à l´identité de la ville actuelle. La dizaine de manoirs ruraux qui essaiment le territoire communal sont tous d´époques différentes et rendent compte des grands types architecturaux connus : à cour fermée comme à Champagné, aux grandes Cours de Coësmes et à Pont-Briand, à coursive tels les manoirs de la Chalotais et de la Monniais, à tour d´escalier arrière comme à Grippé et enfin les manoirs à salle basse sous charpente à Bouriande et Pont Briant. Les maisons de retenue font aussi partie des édifices à signaler de la commune. Contrairement au manoir, la maison de retenue est un lieu de résidence temporaire avec des parties réservées au maître des lieux. Noblesse et bourgeoisie d´affaires, membres du parlement de Bretagne se partagent les plus anciennes retenues de Cesson. Celle de la Frinière, récemment restaurée remonte au 16e siècle. Parmi ces demeures de notables, les maisons de villégiature champêtre, du 19e siècle et du début du 20e siècle, constituent également des exemples significatifs. Les logis de styles différents sont dans la continuité des demeures de l´ancien Régime à la Vallée, proche du néo classicisme à la Hublais, à la Moinerie et à la Fleuriais, et sous l´influence du « cottage » anglais au Taillis et à la Monniais.

Les fermes ont été pour certaines modifiées en résidence principale, mais de beaux témoins de l´architecture en terre subsistent comme la ferme du Champ Pourri qui a conservé tous ces bâtiments d´exploitation.

Documentation

Documents audio
La ville, le patrimoine cessonnais. Site web de la ville de Cesson-Sévigné, réalisation Useweb.
Le musée virtuel de Jean Boucher. Site web de la ville de Cesson-Sévigné, réalisation Elisabeth Renault, Yann le Rouzic, Useweb, 2003.
Bibliographie
BANÉAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1927.
Le patrimoine des communes d´Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic Editions, 2000, (Le Patrimoine des Communes de France).
GUILLOTIN DE CORSON. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray Libraire-éditeur. Paris : René Hatton Libraire-éditeur, 1882-1886.
OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845, .
PELERIN, Joseph, REMY, Sophie. Voyage dans le temps. Cesson-Sévigné. Dinard : éditions Danclau, 1996.
BERTONNEAU, Jacky. La vie quotidienne à Cesson sous l'Ancien Régime. Rennes : GMC, 1991.
BERTONNEAU, Jacky. Cesson de la Préhistoire à 1789. Rennes : GMC.
SORIEUX, Aurore. Inventaire topographique des châteaux du 19e siècle en pays rennais. Cesson-Sévigné, Saint-Grégoire. Mém. maîtrise : Hist. Art : Rennes 2, Université de Haute-Bretagne : 2001-2002.
BOURDE DE LA ROGERIE, Henri. Terres et seigneuries de la famille de Sévigné. Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne. Rennes : Oberthur Imprimeur, 1926, t. 7, p. 93-116.
BARDEL, Philippe et MAILLARD, Jean-Luc. Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. Rennes : Editions Apogée-Ecomusée de la Bintinais, 2002.
LE LIJOUR, Jacques. Le patrimoine architectural ancien du terroir cessonnais. Cesson-Sévigné : SARL le Gaillard, 1993.

Illustrations

Voir

Ministère de la Culture et de la Communication (Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne / Service Régional de l'Inventaire) / Conseil Général d'Ille-et-Vilaine / Association Pour l'Inventaire Bretagne. (c) Inventaire général. Renseignements : Centre de documentation de l'inventaire du patrimoine culturel (02 22 93 98 40 / 24)
Page principale
Avertissement : Toute demande motivée de retrait d'illustration sera examinée par le service.
Conception de l'application : Pierrick Brihaye, Malo Pichot, Alain Jenouvrier, Guillaume Lécuillier