Logo du Conseil régional de Bretagne Logo du service de l'Inventaire général
Inventaire général du patrimoine culturel
recensement du patrimoine balnéaire (Côte d'Emeraude)
Auteur de la notice : Orain Véronique
Année de rédaction : 1997
Bretagne
Ille-et-Vilaine
Dinard
16, boulevard de la Mer
Maison dite Greystones
Vignette
Vue sur mer de la façade est, terrasse et départ d'escalier d'accès au chemin.

Désignation

Dénomination : maison
Appellation et titre : dite Greystones
Partie(s) contituante(s) : jardin ; bassin ; fabrique de jardin ; terrasse en terre-plein ; conciergerie ; enclos

Précisions sur la localisation

Numéro INSEE de la commune : 35093
Aire d'étude : Côte d'Emeraude
Canton : Dinard
Milieu d'implantation : en ville
Latitude : 48.6402312
Longitude : -2.0607892

Eléments de description

Matériau(x) du gros-oeuvre et mise en oeuvre : granite ; moellon ; ciment
Vaisseau et étage : étage de soubassement ; 1 étage carré
Parti d'élévation extérieur : élévation à travées
Type de la couverture : terrasse
Emplacement, forme et structure de l'escalier : escalier de distribution extérieur : escalier en fer-à-cheval ; escalier dans-oeuvre : escalier en vis avec jour
Commentaire descriptif : Implantation forte de la villa située en front de mer, orientée à l'est face à la Manche et à la ville de Saint-Malo. Gros oeuvre en granite, encadrements des baies en pierre reconstituée avec technique mise au point par l'entreprise Laford. Conception d'ensemble néo-classique, jardin à la française, bassin, ordonnancement de la façade. Selon son architecte Michel Roux-Spitz, trois éléments articulent la maison : le jardin, l'escalier intérieur et la fresque.
Technique du décor des immeubles par nature : peinture ; sculpture
Représentation : humain fabuleux ; scène profane

Eléments d'historique

Datation(s) principale(s) : 2e quart 20e siècle
Datation(s) en années : 1938
Justification de la (des) datation(s) : daté par source
Auteur(s) de l'oeuvre : Roux-Spitz Michel (architecte)
Justification de la (des) attribution(s) : attribution par source
Commentaire historique : La villa Greystones reprend l'appellation d'une ancienne demeure élevée à cet emplacement pour la famille Michaut vers 1896. Commencée en 1938, elle est achevée en 1950. Dans le salon existait une fresque de Louis Bouquet, en cinq tableaux, représentant le périple imaginaire d'un homme vêtu de blanc dont une explication symbolique, accompagnée de quelques vues, nous est donnée dans l'ouvrage consacré à son architecte Michel Roux-Spitz par Michel Raynaud. Le bassin de Neptune situé au sud de la parcelle renferme deux sculptures de Janniot.

Statut juridique

Statut de la propriété : propriété privée

Intérêt et protection

Elément(s) remarquable(s) : mur de soutènement ; escalier ; élévation
Nature de la protection MH : édifice non protégé MH
Observations : En 1938, après nombre de commandes publiques, Michel Roux-Spitz conçoit à Dinard sa propre villa. Il l´habitera jusqu´à sa mort en 1957. L´unicité de cette oeuvre exceptionnelle pose encore question dans sa brillante carrière, tant elle se distingue de ses réalisations précédentes. Il abandonne ici les surfaces blanches et lisses employées dans ses immeubles parisiens, pour une construction en moellons équarris de granite et pierre reconstituée, mieux intégrée au site. Le maintien de l´appellation Greystones, qui provient de l´ancienne villa élevée à cet emplacement, y fait indéniablement référence. De cette ancienne construction, il gardera d´autres éléments, enceinte et gloriette du bassin de Neptune, pour la composition de son jardin. Testament architectural de l´auteur, cette belle demeure est à la fois un havre de paix tourné vers l´intérieur et une citadelle face à la mer. Le porte-à-faux du grand salon fait figure de proue et renvoie à l´architecture navale, aux voyages au long cours. Elle marque également un retour vers un nouveau clacissisme architectural, un besoin d´ordre, nourri de références savantes. La maison et le jardin forment un tout. Les escarpements de la parcelle, loin d´être un désavantage en deviennent un attrait essentiel. Il en utilise les moindres reliefs et souligne les pentes par des emmarchements de manière à donner une logique et une fonction à ce qui n´était qu´un simple accident. Le parterre dessiné comme un jardin à la française en conjugue tous les éléments, le minéral, le végétal et l´eau. Cette recherche de composition idéale est adjointe d´un décor, allégorie de la mer, sculpté par Alfred Jeanniot qui expose à l´exposition internationale de Paris en 1937.

Annexe

Informations complémentaires (lien dossier vert) : URL .

Illustrations

Voir

Ministère de la Culture et de la Communication (Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne / Service Régional de l'Inventaire). (c) Inventaire général. Renseignements : Centre de documentation de l'inventaire du patrimoine culturel (02 22 93 98 40 / 24)
Page principale
Avertissement : Toute demande motivée de retrait d'illustration sera examinée par le service.
Conception de l'application : Pierrick Brihaye, Malo Pichot, Alain Jenouvrier, Guillaume Lécuillier