Logo du Conseil régional de Bretagne Logo du service de l'Inventaire général
Inventaire général du patrimoine culturel
enquête thématique régionale (fortifications littorales)
Auteurs de la notice : Douard Christel ; Toscer Catherine ; Lécuillier Guillaume
Année de rédaction : 2004
Bretagne
Finistère
Rosnoën
Ile d'Arun
Magasin à poudre (poudrière)
Vignette
Vue générale de l'île d'Arun à marée basse

Désignation

Dénomination : poudrière ; édifice logistique
Destinations successives et actuelle : demeure
Partie(s) contituante(s) : jardin ; enclos ; logement

Précisions sur la localisation

Numéro INSEE de la commune : 29240
Aire d'étude : Bretagne Nord
Milieu d'implantation : isolé
Cours d'eau : Brest (rade de) ; Aulne (fleuve de l') ; Faou (rivière du)
Latitude : 48.2916916
Longitude : -4.2403175

Eléments de description

Matériau(x) du gros-oeuvre et mise en oeuvre : schiste ; moellon sans chaîne en pierre de taille ; tuffeau ; microdiorite quartzique ; kersantite ; enduit partiel
Matériau(x) de couverture : pierre en couverture
Parti de plan : plan rectangulaire régulier
Vaisseau et étage : 2 étages carrés
Type et nature du couvrement : voûte en berceau brisé
Type de la couverture : toit à longs pans
Typologie : Magasin à poudre vaubanien.
Etat de conservation : état moyen ; inégal suivant les parties

Eléments d'historique

Datation(s) principale(s) : 4e quart 17e siècle
Datation(s) secondaire(s) : 2e quart 19e siècle
Datation(s) en années : 1692 ; 1693 ; 1694
Justification de la (des) datation(s) : daté par travaux historiques
Auteur(s) de l'oeuvre : Vauban (ingénieur militaire) ; Mollart (ingénieur militaire)
Personne(s) liée(s) à l'histoire de l'oeuvre : Louis XIV (personnage célèbre, commanditaire) ; Vauban (personnage célèbre)
Justification de la (des) attribution(s) : attribué par travaux historiques
Commentaire historique : Fonction : édifice logistique servant au stockage des poudres. "Poudrière construite au fond de la rade de Brest sur un îlot d'environ 4000 m2 entre 1693 et 1694 sur l'ordre de Desclouzeaux, Intendant de la Marine à Brest, peut-être d'après les plans de l'ingénieur Mollart. L'édifice servait au séchage, au stockage et à la protection de la poudre neuve fabriquée dans la poudrerie de Pont-de-Buis. Logement de gardien construit peu avant 1845. La voûte en pierre, à l' origine apparente, a été couverte d'une charpente et d'un toit d'ardoises au 19e siècle. Désaffectée en 1914, l'îlot et les bâtiments ont été vendus aux enchères en 1927. Lambris de chêne démontés, transférés à Brest et détruits en 1944".

Statut juridique

Statut de la propriété : propriété privée

Intérêt et protection

Intérêt de l'oeuvre : vestiges de guerre ; à signaler
Nature de la protection MH : édifice non protégé MH
Site, secteur ou zone de protection : site inscrit ; parc naturel régional
Observations : "Site inscrit des Monts d'Arrée (Site pluricommunal) : arrêté du 10/01/1966. Situé en face de Landévennec, au confluent de la rivière du Faou et de l´Aulne, cet îlot d´environ 4000 m2 occupe un site naturel et stratégique exceptionnel. L´installation de la poudrerie royale de Pont-de-Buis à la fin du 17e siècle conduit à la construction de cette poudrière, grand magasin à usage militaire comportant trois niveaux étayés de quatre contreforts de chaque côté. Il était destiné à sécher, à stocker et à protéger les poudres et explosifs avant leur transport vers Brest et les autres ports français. Les manoeuvres par chalands se faisaient à marée haute et aujourd´hui encore, un canon, debout, fixé au sol de la grève inondable, témoigne du lieu d´amarrage des bateaux. Pour certaines baies, on utilise le tuffeau, un matériau importé. Des photographies anciennes montrent le lieu avant la plantation d´arbres près des abords. C´est un des rares édifices de ce type conservé en Bretagne". Maison, îlot accessible à marée basse.

Synthèse

De la forêt du Cranou aux canons en passant par l'île d'Arun : le chemin de la poudre en rade de Brest.

Guillaume Lécuillier, 2006.

"Les forêts sont nécessaires aux arsenaux. Outre le bois de coupe pour les constructions navales, le charbon de bois est l´une des composantes de la poudre à canon. Vauban dans ses écrits (octobre 1701) s'intéresse de près à la culture et à l'exploitation des forêts, parlant de "la grande quantité de vaisseaux et de galères et autres ouvrages de marine qu'on a bâtis et qu'on continue à bâtir". L'arsenal de Brest est approvisionné en bois (bois tors et de scie) par la forêt du Cranou toute proche. Le bois venant à manquer à la fin du 17e siècle, de nombreuses forêts de France prennent le relais notamment pour la fourniture des mâts.

La crique dite du Moulin à poudre (aujourd'hui porte de la Brasserie) était un lieu important puisqu'on y fabriquait la poudre de manière artisanale jusqu'à la création des moulins à poudre de Pont-de-Buis en 1687, (au sud de Brest, de l'autre côté de la rade). Cette année-là, François Berthelot, commissaire général des poudre et salpêtre était autorisé à construire un nouvel ouvrage sur les rives de la Douffine. Un second moulin à poudre est construit en 1692 portant la capacité de production à près de 20 tonnes par mois ! Avant la construction des moulins à poudre de Pont-de-Buis, la poudre arrivait par mer de Saint-Jean-d'Angély en Charente-Maritime (1656-1818).

Rappelons que la poudre est composée de 3 éléments : le souffre, le charbon et le salpêtre. Les ingrédients étaient mis dans un mortier et battus à coups de pilon. Plus l'opération était longue, meilleure était la poudre... Grainée et tamisée, elle était ensuite séchée et conditionnée en baril.

Prenant ensuite la voie maritime par la Douffine et l'Aulne, les barils de poudre étaient conservés dans la grande poudrière de l'île d'Arun face à Landévennec. De forme rectangulaire, le magasin à poudre voûté a été construit en 1692-1693 sur des plans de l'ingénieur Mollart. Il est doté de trois niveaux de stockage et de contreforts. De l'île d'Arun, la poudre était acheminée ensuite par chaloupe au port arsenal de Brest pour l'armement des navires en Penfeld ou stockée dans les magasins à poudre des batteries et forts de la rade".

Illustrations

Voir

Voir aussi

juxtaposé : Bretagne, Finistère, Brest, Ville-port (document hors requête)
Ministère de la Culture et de la Communication (Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne / Service Régional de l'Inventaire). (c) Inventaire général ; (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne, APIB. Renseignements : Centre de documentation de l'inventaire du patrimoine culturel (02 22 93 98 40 / 24)
Page principale
Avertissement : Toute demande motivée de retrait d'illustration sera examinée par le service.
Conception de l'application : Pierrick Brihaye, Malo Pichot, Alain Jenouvrier, Guillaume Lécuillier