Logo ={0} - Retour à l'accueil

Voirie (Trégastel)

Dossier IA22007209 réalisé en 1999

Fiche

  • Impression
  • Agrandir la carte
Dénominationsvoirie
Aire d'étude et cantonCôte de Granit Rose - Perros-Guirec
AdresseCommune : Trégastel

Au 19e siècle, la voirie de Trégastel est peu développée, elle consiste en une voie principale, le chemin vicinal ordinaire n°2 qui mène de Lannion à Sainte-Anne en passant par le bourg situé à deux kilomètres des plages. A partir de cette voie, un réseau de chemins ruraux irrigue les divers hameaux et fermes de la commune. Depuis le quartier Sainte-Anne, près de la chapelle, le chemin vicinal ordinaire n°5 mène à la Grève-Blanche et le chemin vicinal ordinaire n°2 se prolonge vers le port de Coz-Pors (actuelle rue du Général-de-Gaulle) . A la fin du 19e siècle, cette voie Lannion-Trégastel est en très mauvais état, en raison du passage des charrois de goémon que l' on transporte vers les ports de Lannion et de Perros-Guirec, puis en raison du nombre croissant de touristes à partir des années 1880. De 1884 à 1909, la commune demande au département de prendre en charge le financement des travaux en classant la voie en chemin d' intérêt commun. En 1913 est finalement tracée la route de Lannion qui se détache de la route du bourg au lieu-dit Trémarche et aboutit à Sainte-Anne. Pendant le 1er quart du 20e siècle, la commune est financièrement incapable de créer de nouvelles voie. Elle est même dans l' obligation de refuser en 1916 le don gracieux d' une digue et d' une voie menant à l' Ile Renote, entièrement financée par Charles Gadala vers 1898. En 1909, elle demande à un entrepreneur de payer une taxe proportionnelle aux dégats causés par ses déplacements sur les voies communales. La portion de route en corniche passant à Trégastel est achevée en 1918, elle aboutit à Sainte-Anne. En 1927 débutent les travaux de prolongement vers Trébeurden à partir de ce même point. Cette voie nouvelle, en même temps qu' elle permet la liaison directe avec Perros-Guirec, permet le développement urbain du quartier balnéaire au détriment du bourg. Mais, la municipalité craignant que cette voie empêche les touristes de s' arrêter au Coz-Pors, décide de percer l' actuel boulevard du Coz-Pors perpendiculairement à la corniche, et parallèlement à la rue du Général-de-Gaulle devenue dangereuse car ancienne et trop étroite. La voie est achevée en 1930-31, irrigant une large bande de terrain jusqu' alors privée et non construite. Cette initiative se double d' un projet de deux transversales entre la rue du Général-de-Gaulle et le boulevard du Coz-Pors, dont une seule est réalisée vers 1932-33, l' actuelle rue des Sept-Iles, d' ailleurs prévue au Plan d' aménagement, d' extension et d' embellissement (PAEE) . Parmi les sept autres voies envisagées sur le plan d' aménagement, aucune n' est réalisée. La création des autres voies dépend des initiatives privées, notamment grâce aux lotissements concertés qui se développent à partir de 1925 perpendiculairement à la route en corniche créant de nouveaux quartiers constructibles tels Tourony et La Grève-Blanche. Ces voies sont ensuite incorporées dans la voirie publique.

Période(s)Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Auteur(s)Personnalité : Gadala Charles propriétaire attribution par source
Statut de la propriétépropriété publique

Annexes

  • Voir aussi enquête thématique régionale (patrimoine de la villégiature) - 1999 (Elisabeth Justome) : .