Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ville de Trébeurden

Dossier IA22007408 réalisé en 1999

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiées manoir, maison, ferme, école, mairie, poste, voirie, hôtel de voyageurs, magasin de commerce, chapelle, église, croix de chemin, ensemble du génie civil, fontaine de dévotion
Dénominations ville
Aire d'étude et canton Côte de Granit Rose - Perros-Guirec
Adresse Commune : Trébeurden

Trébeurden est issue de la grande paroisse de Pleumeur-Bodou démembrée au 12e siècle, et devient commune le 8 février 1790. Le territoire comprend dix mégalithes de l'époque néolithique qui témoignent d'une présence humaine ancienne. Au 13e siècle, une abbaye (disparue), est construite à Penlan par les religieux de l'abbaye de Bégard (Côtes-d' Armor). L'église paroissiale Sainte-Trinité est reconstruite au milieu du 19e siècle et son clocher sert d'amer. Le territoire comprend trois chapelles : Notre-Dame de Bonne-Nouvelle, Notre-Dame de Citeaux (à Penvern) et Notre-Dame de Pitié (à Christ) autour desquelles se développent des hameaux. Deux manoirs du 17e siècle subsistent : Kerariou et Trovern. A la fin du 19e siècle, la population vit de la culture de céréales, plantes fourragères et textiles, et pommes de terre. Quelques pêcheurs qui habitent le quartier Bonne-Nouvelle pratiquent la pêche côtière et surtout la pêche au goémon, objet de commerce avec Lannion. Le bourg, qui se développe autour de l'église paroissiale, est éloigné de la mer. Il est le centre administratif et commerçant, situé sur la route qui mène à Lannion. En 1909 y sont construits une mairie et un bureau de poste par l'architecte Claude-Joseph Lageat, installé à Lannion. L'apparition du tourisme à la fin du 19e siècle et les constructions de villas en front de mer entre Trozoul et Lan Kerellec fait apparaître un nouveau pôle d'activité balnéaire. A Crech-Héry se développe un quartier commerçant qui ne rivalise cependant pas avec le bourg, jusqu' à ce que la route en corniche s'y implante en 1933. Le bourg reste de nos jours le centre administratif de la commune.

Période(s) Principale : Néolithique
Principale : 12e siècle
Principale : 13e siècle
Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Dates 1909, daté par travaux historiques, daté par source
Auteur(s) Auteur : Lageat Claude-Joseph, architecte, attribution par source
Statut de la propriété propriété publique
propriété privée

Annexes

  • Voir aussi enquête thématique régionale (patrimoine de la villégiature) - 1999 (Elisabeth Justome) : .

  • Les premiers syndicats d'initiative de la Côte de Granit Rose : (Guy Prigent)

    Le premier syndicat d'initiative, dans cette région à vocation touristique, est fondé en 1900, intitulé : "Syndicat d'initiative des plages de Perros-Guirec, Trégastel, Trébeurden, et des eaux minérales de Lannion". Il demeure jusqu'en 1920, année où Perros-Guirec constitue son propre syndicat, le seul groupement destiné à attirer les touristes vers cette région. En 1927, il devient le "Syndicat d'initiative des Plages de Lannion", mais il comporte pour quelque temps encore les stations de Trébeurden et Trégastel.

    En 1924, le SI de Perros-Guirec s'oppose à l'extraction de granit sur la côte de Ploumanac'h et à la mutilation, par conséquent, de l'un des plus beaux sites naturels de Bretagne. Il fait l'acquisition avec le concours de la Chambre d'Industrie Climatique, en accord avec la municipalité, des terrains permettant ainsi de protéger les rochers de Ploumanac'h et la lande avoisinante du Squéwel. Il invoque comme ultime recours, la loi du 14 mars 1919, autorisant les villes et stations climatiques, dans le cadre de leur politique d'agrandissement et d'embellissement, à créer un parc dans un endroit jugé utile au développement de la station. Ainsi se constitue le "Parc municipal de Ploumanac'h", qui couvrira une superficie de 75000 m2, unique en France.

    En 1932, la fréquentation de la côte de Granit Rose équivaut à la moitié de la fréquentation des Côtes-du-Nord. Ce chiffre se stabilisera à 30% à partir de 1936, malgré le boom attendu des Congés payés". .Perros-Guirec représentant la 1ère station du département avant la seconde Guerre (+ 60% du flux touristique) et l'une des trois premières stations de Bretagne avec Dinard et Saint-Malo. Trébeurden et Trégastel représentent des stations plus modestes, accueillant un tourisme plus populaire.

    Le Syndicat d'initiative de Trébeurden est fondé en 1929 par des hôteliers de la commune. Son objet est "d'étudier les mesures qui peuvent contribuer à développer la prospérité de Trébeurden et provoquer les améliorations susceptibles d'y attirer les touristes".

    Le Syndicat d'initiative de Trégastel est créé en 1930. En 1935, le SI de Trégastel fait éditer une affiche, représentant la plage pittoresque de Coz-Pors, qui est envoyée dans les associations touristiques du pays et éditée dans certains journaux nationaux : "Le Petit Parisien", "Le Matin", "L'Illustration". Le SI de Trégastel participe à l'Exposition Internationale, qui se déroule à Paris en 1937. En 1930, il dispose de son propre local, installé près de la corniche, sur la route des plages.

  • 20032200045XB : Archives communales de Trébeurden

    20032200049XB : Archives communales de Trébeurden

    20032200050XB : Archives communales de Trébeurden

    20032200048XB : Archives communales de Trébeurden

    20032200044XB : Archives communales de Trébeurden

    20032200046XB : Archives communales de Trébeurden

    19992200252XB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 16 Fi.