Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ville de Cesson-Sévigné

Dossier IA35027874 réalisé en 2003

Fiche

Œuvres contenues

Aux abords de la voie romaine

Située au nord de la Vilaine, aux abords de la voie romaine de Rennes au Mans, la ville de Cesson était un Centre actif dès l´époque gallo-romaine. Plusieurs beaux vestiges de cette période y ont été découverts et certains sont conservés au Musée de Bretagne comme une statuette de Vénus sortant des eaux dite la Vénus anadyomène. Cette figurine a été découverte en 1857 près du vieux pont du bourg. Un four de potier a été également mis à jour laissant supposer la présence d´un atelier de fabrication de figurines.

Installation des moines de Saint-Melaine

A la fin de l´Empire romain Cesson est évangélisé et la paroisse dépend de l´abbaye bénédictine de Saint-Melaine de Rennes. La première mention sûre provient du cartulaire de cette abbaye qui en confirme la possession en 1152.

Le moulin du bourg, une donation d´Anne de Bretagne

En aval du premier pont, le moulin du bourg est mentionné dès le 13e siècle. Il a été donné à l´abbaye Saint-Georges de Rennes en 1491 par la duchesse Anne de Bretagne en dédommagement du préjudice fait à cette abbaye lors de la construction de la deuxième enceinte de fortifications de Rennes. Vendu par la suite, il appartient en 1658 à Renée de Bourgneuf, dame de Cucé. Cette dernière déclare également dans un acte de 1679 la présence près du moulin d´un hôpital qui avait été fondé au 16e siècle par les seigneurs de Cucé. Aucune trace visible n´apparaît aujourd´hui sur le site.

Des manoirs périurbains

Des maisons médiévales du centre bourg, il ne reste plus que quelques vestiges, une habitation, Cours de la Vilaine, avec une tour hors oeuvre témoigne modestement de cette période. La première église paroissiale Saint Martin construite principalement aux 15e et 16e siècles a été détruite au début du 20e siècle lors de l´édification de la nouvelle église paroissiale. Sous l´ancien Régime se situait dans le bourg un auditoire, une prison, les ceps et collier de Cucé. L´élévation de l´auditoire de 1573 nous est restituée dans l´ouvrage de Jacky Bertonneau, la vie quotidienne à Cesson sous l´ancien Régime. Celui-ci était attenant de la halle et formait un ensemble de bâtiment dont la majorité du gros oeuvre était en pan de bois. Du 16e siècle remonte également la construction des manoirs de Bourgchevreuil et de la Chalotais qui forment aujourd´hui les bâtiments historiques du coeur de Cesson. Ils ont été habités par de puissantes familles. François Bonnier est le premier propriétaire connu du manoir de Bourgchevreuil, il est en 1620 conseiller au Parlement de Bretagne. Au milieu du 18e siècle le manoir de la Chalotais appartient à Sébastien de Caradeuc, procureur général au Parlement de Bretagne, connu pour son opposition forte au pouvoir royal.

La reconstruction de l´église paroissiale saint Martin

L´ancienne église paroissiale était située près des vieux-pont, elle a été détruite après l´achèvement de la nouvelle église paroissiale Saint-Martin en 1900 qui est édifiée plus au nord de la place. Cette dernière plus grande de style néogothique est l´oeuvre d´Arthur Regnault. Cet architecte talentueux a construit de nombreuses églises dans le département d´Ille-et-Vilaine, il témoigne à Cesson de son attachement au néogothique d´école. Il dessine également le mobilier intérieur de l´église dont le maître autel. Une nouvelle place est ainsi crée afin de donner de la perspective à ce nouvel édifice.

La ville neuve

Le cadastre de 1820 mentionne un bourg peu étendu ramassé autour de la place de l´église. Des modifications importantes vont survenir au 19e siècle mais surtout au 20e siècle. Tout d´abord, le tracé de la rue de Rennes va être déterminent sur l´urbanisme de la ville. Le Cours de la Vilaine va peu à peu se transformer et les parcelles alors vides de constructions vont être loties entre 1880 et 1884 pour former un alignement de maisons de style très homogène. La transformation du réseau routier, l´installation d´une ligne de tramway va inciter les promoteurs à construire sur Cesson. Les premiers lotissements tel celui de la Hublais sont implantés vers 1930. A partir de cette date, et surtout après la dernière guerre, la ville va s´étendre de façon surprenante et des fermes autrefois isolées vont être noyées dans cette urbanisation tentaculaire. De nombreux lotissements pavillonnaires vont agrandir la ville qui accueille par ailleurs des entreprises et des technopoles spécialisées. Elle est aujourd´hui la cinquième ville d´Ille-et-Vilaine avec 160000 habitants.

Dénominations ville
Aire d'étude et canton Ille-et-Vilaine - Cesson-Sévigné
Adresse Commune : Cesson-Sévigné
Découvertes gallo-romaines près du vieux-pont du bourg. La paroisse est attestée en 1152. Proche de Rennes, la ville s'est récemment étendue par de nombreuses zones pavillonnaires.
Période(s) Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Données complémentaires architecture IP35

SCLE1 16e siècle ; 17e siècle ; 18e siècle ; 19e siècle ; 20e siècle
IAUT sans objet
ICHR nsp
IESP nsp
ICONTX autre
SEL repéré

Références documentaires

Documents figurés
  • Les Environs de Rennes. Cesson (I-et-V). La Vilaine. Lieu de pêche. Carte postale, Rennes : A. Donias photographe (A. privées).

  • L'auditoire de Cesson en 1573. Dessin de L.M. Gohel. In : BERTONNEAU, Jacky. La vie quotidienne à Cesson sous l'Ancien Régime. Rennes : GMC, 1991.

    p. 101
  • Le bourg au 18e siècle et situation des principaux bâtiments. In : BERTONNEAU, Jacky. La vie quotidienne à Cesson sous l'Ancien Régime. Rennes : GMC, 1991.

    p. 114
  • 23. Cesson. La Grande Rue. In : PELERIN, Joseph, REMY, Sophie. Voyage dans le temps. Cesson-Sévigné. Dinard : éditions Danclau, 1996.

    p. 72
Bibliographie
  • PELERIN, Joseph, REMY, Sophie. Voyage dans le temps. Cesson-Sévigné. Dinard : éditions Danclau, 1996.

  • BERTONNEAU, Jacky. La vie quotidienne à Cesson sous l'Ancien Régime. Rennes : GMC, 1991.