Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Village de Saint-Carné

Dossier IA22018056 réalisé en 2012

Fiche

Le village de Saint-Carné présente une structure ancienne, composée de plusieurs alignements de logis formant des « ruettes rurales ».

.

Dénominations village
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Saint-Carné

Saint Carné est ignoré de tous les hagiographes et comme le propose Dom Lobineau dans sa vie des saints de Bretagne, il peut s’agir d’une déformation très ancienne cachant le nom primitif du saint patron, peut-être saint Hern ou Hernin, anachorète qui vécut dans la forêt de Carnoët en Côtes d’Armor. La paroisse est mentionnée dès la fin du 13e siècle, Seint Karnay en 1291, S. Karnetus vers 1330, elle est un démembrement de l’ancienne paroisse primitive de Plumaudan.

L’église reconstruite au 17e siècle conserve de cette période la tour clocher datée de 1666. Plusieurs maisons du 17e siècle reconnaissables à leurs portes cintrées et leurs pignons pentus sont toujours en place, elles formaient anciennement par leurs mitoyennetés des « ruettes rurales ». La rue Josse est indiquée dans un aveu de 1697 où il est fait mention de la prestimonie de la rue Josse. Ce terme désigne un revenu ou bénéfice pour les prêtres de la paroisse. Les biens ecclésiastiques de Saint Carné vendus lors de la Révolution consistaient en un clos dit le Clos aux Prêtres d’une contenance d’un journal et le Chauchix, trois quarts de journal. Ils furent achetés par Joseph Briard, le 26 avril 1791, avec une maison de la rue Josse, un courtil, une pièce de terre et le Champ Perot qui dépendaient de la prestimonie de la rue Josse.

Au nord est de l’église un ancien logis avec des remplois du 16e siècle reconnaissable par ses niveaux de toiture décalés abritait jusqu’en 1835 la perception de Saint Carné, Lanvallay, Quévert, Aucaleuc, Trélivan et Léhon qui fut transférée ensuite à Dinan.

Dans la première moitié du 19e siècle, l’église est presque entièrement refaite, une mairie école est édifiée à proximité au

sud sous l’investiture du recteur GOURDEL et du mandat de JULIEN FOUTEL, maire, telle que nous l’indique l’inscription. Plusieurs belles maisons sont construites à la fin du 19e siècle au nord du bourg menant à la nouvelle école qui se distingue par sa composition à pavillons et ses toitures débordantes avec aisseliers de bois.

Période(s) Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Les plans des cadastres de 1809 et 1843 rendent compte du regroupement du bâti formant plusieurs alignements de logis. L’église au centre du village est entourée de son enclos paroissial plus étendu au sud et à l’est. La voirie n’entoure pas la façade nord de l’église

en 1843. A cette date le plan masse indique la construction de la chapelle sud et la présence d’un porche en façade ouest qui a été détruit ainsi que l’ancien logis presbytéral avec sa tour d’escalier situé à l’arrière.

Murs

Références documentaires

Bibliographie
  • Le patrimoine des Communes des Côtes d'Armor. Paris : Flohic éditions, 1998.

  • LEMASSON Auguste, abbé. Histoire du Pays de Dinan de 1789 à 1815. Le Pays de Dinan : Dinan, 1989

Liens web