Logo ={0} - Retour à l'accueil

Villa, le Chêne Sec (Montours fusionnée en Les Portes du Coglais en 2017)

Dossier IA35048843 réalisé en 2010

Fiche

Dénominationsvilla
Aire d'étude et cantonPays de Fougères - Saint-Brice-en-Coglès
AdresseCommune : Portes du Coglais (Les)
Lieu-dit : Montours, Chêne Sec (le)
Cadastre : 1833 B1
Précisionscommune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Montours

En 1833, lors de la réalisation du premier cadastre de la commune, seul un alignement de deux logis, un logis indépendant à l'ouest de l'alignement et un fournil au sud existaient à cet emplacement. Les bâtiments qui sont figurés sur ce premier cadastre existent encore aujourd'hui. Un des linteaux de baies de celui qui est situé à l'ouest porte l'inscription suivante : "ANNE DAVOINE/JOSEPH LESAGE 1797". La tradition orale nous a rapporté que ce bâtiment avait été construit au début du 20e siècle par un maçon rennais du nom de Janvier. L'architecture de ce bâtiment, qui évoque celle des villas balnéaires construites à la même époque, témoigne de cette période : usage du granite sous la forme de pierre de taille, percements organisés en travées, oculus, épis de faîtage, girouettes, crête de toit et lambrequins en zinc... La tour constitue véritablement le "chef-d'oeuvre" de cette construction, c'est-à-dire qu'il s'agit de la partie sur laquelle il existe le plus de décor : colonnes, toiture en pavillon, oculus en zinc, épis de faîtage, girouettes et crête de toit... Aujourd'hui, les baies donnant au sud et situées au rez-de-chaussée surélevé et au premier étage de la tour sont murées par des panneaux de bois. Grâce à une carte postale du début du 20e siècle, sur laquelle figure ce bâtiment, nous savons que ces baies étaient fermées à l'origine par des menuiseries, cette partie n'était donc pas à claire-voie. Comme le toit, les baies étaient à l'origine équipées de lambrequins. Cette tour abritait vraisemblablement un escalier desservant les différents niveaux du bâtiment. Sur cette carte postale du début du 20e siècle, ce bâtiment est mentionné sous l'appellation "Château du Chêne Sec".

Période(s)Principale : limite 19e siècle 20e siècle

Ce bâtiment présente une maçonnerie composée de pierre de taille de granite ; le gros oeuvre est réalisé en granite marron-roux alors que les encadrements de baies ainsi que les chaînages d'angles sont réalisés en granite gris-bleu. Les linteaux des baies sont légèrement arrondis dans les angles. Les niveaux sont marqués par des bandeaux de granite gris-bleu sur les deux façades. Ces deux façades sont rythmées par des travées ; la façade postérieure, nord-ouest, est percée de trois travées, la façade principale, sud-est, est percée d'un travée de part et d'autre de la tour centrale carrée. Le bâtiment possède un plan quadrangulaire, une tour carrée se trouve au centre de la façade principale sud-est. Ce sont les deux murs pignons qui constituent les deux façades principales. Le bâtiment s'élève sur quatre niveaux : une cave, un rez-de-chaussée surélevé, un étage et un comble. Le corps de bâtiment principal est couvert d'un toit à longs pans au bord duquel se trouve un lambrequin en zinc décoré de motifs végétaux. La tour carrée est couverte d'un toit en pavillon surmonté d'un épi de faîtage, d'une girouette et d'une crête de toit en zinc. Ce toit en pavillon est percé d'un oculus, également réalisé en zinc. Les souches de cheminée, situées au-dessus des murs gouttereaux, sont réalisées en brique. La base de la tour carrée située au centre de la façade sud-est est percée d´une porte qui donne accès au sous-sol du bâtiment. De part et d'autre de la tour, se trouvent quelques marches qui donnent accès aux portes permettant d'entrer dans le niveau de rez-de-chaussée surélevé. Le rez-de-chaussée surélevé et le premier étage de la tour sont décorés de deux colonnes qui soutiennent les linteaux de l'ouverture donnant au sud. Le deuxième étage et le comble de la tour carrée sont tous les deux percés d'un oculus, à encadrement de granite pour le second étage et en zinc pour le comble.

Mursgranite
moellon
Toitardoise
États conservationsbon état
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • BARDEL, Philippe, MAILLARD Jean-Luc. Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. Rennes : Apogée, Ecomusée du Pays de Rennes, 2002.

  • BRAND'HONNEUR, Michel. Les mottes médiévales d'Ille-et-Vilaine. Institut Culturel de Bretagne, SKOL-UHEL AR VRO, Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 1990.

  • CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne. 1380-1600. Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites/Editions du patrimoine/Imprimerie nationale Editions, 1999.

  • FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine. Plouagat : GP Impressions-Kervaux, 1994.

  • GASNIER, Marina. Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à l'histoire. Thèse : Hist. de l'art : Rennes 2, Université de Haute Bretagne : 2001.

  • GASNIER, Marina. INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE, Comission régionale Bretagne. Patrimoine industriel d'Ille-et-Vilaine. Editions du Patrimoine, 2002, (Indicateurs du patrimoine).

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA France, BARRIE, Roger, RIOULT, Jean-Jacques. Région Bretagne. Les malouinières - Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1997, (Images du patrimoine, n°8).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises d'Ille-et-Vilaine. L'architecte Arthur Regnault. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1993, (Itinéraire du patrimoine, n°34).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1996, (Indicateurs du patrimoine).

  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

  • ORAIN, Adolphe. Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire-éditeur, 1884.

  • PETITJEAN, Marc. DESORMEAUX, Ronan. CUCARULL, Jérôme Construire en Ille-et-Vilaine. Le Coglais et sa région. Rennes, Direction de l'aménagement et de l'environnement, Conseil Général d'Ille-et-Vilaine, 1993.

  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Architecture, méthode et vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des monuments nationaux/Editions du patrimoine, 2000.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).