Logo ={0} - Retour à l'accueil

Tombe en coffre, près de Kerven (Primelin)

Dossier IA29131278 réalisé en 2018

Fiche

Dénominationstombeau
Aire d'étude et cantonCap Sizun - Pont-Croix
AdresseCommune : Primelin
Lieu-dit : Saint-Théodore
Cadastre : 2018 BE 198

Dans la nouvelle édition revue et augmentée en 1843 du dictionnaire historique et géographique de Jean Ogée, les auteurs signalent un « singulier monument » à proximité de la chapelle Saint-Théodore : « C’est une espèce d’auge en pierre, enfoncée en terre et recouverte d’une pierre plate. Les paysans nomment cette pierre l’Autel de saint Théodore ; quelques antiquaires y ont vu un monument druidique. Nous ne saurions dire qui a tort ou raison, mais nous croyons que ce monument n’a aucun caractère de l’époque chrétienne. »

En 1907, P. Le Chatelier signale à 40 mètres à l’ouest de la chapelle Saint-Théodore un « dolmen bien conservé ».

Selon le rapport de la fouille qui eut lieu sur le site en 1975, ce « dolmen » est en fait un coffre à rainures, type de sépulture attribué en Bretagne à l’âge du bronze.

En 1945, le monument est considéré comme perdu. Il est en fait recouvert d’un épais rideau de ronces et d’arbustes. Ce sont les travaux de voirie réalisés à cette époque qui ont remis en mémoire l’existence du monument.

Une enquête réalisée en 1975 nous apprend que la dalle qui recouvre la tombe gisait au sud du monument, ce qui permettait aux pèlerins, lors du pardon de la chapelle voisine, de s’introduire dans la cavité, ce qui pouvait faire baisser la fièvre. On apprend aussi que l’une des dalles de couverture a été utilisée en 1952 pour recouvrir la fontaine attenante à un lavoir situé à l’ouest de Kerlazen.

La fouille de 1975 a permis de constater que le monument a été fréquemment visité au cours des décennies précédant sa disparition sous les ronces, sa dernière utilisation ayant été celle de dépotoir.

Depuis l’intervention, le monument a été est recouvert et est bien entretenu.

Période(s)Principale : Age du bronze moyen , daté par travaux historiques

Situé aux abords de la chapelle Saint-Théodore, sensiblement orienté sud-ouest – nord-est, le monument semble quelque peu isolé sur le bord de la route qui mène à Kerhas Bis.

La cavité, très régulière, est constituée de quatre dalles de granite dont l’ajustage parfait assure une bonne étanchéité. L’ensemble mesure environ 2m 10 de long sur 1m 20 de large. Le rapport de la fouille de 1975 décrit l’intérieur de la tombe, tel qu’il était à l’époque :

« Le remplissage, constitué d’un humus très noir, épais de 8 à 15 cm, reposait sur un cailloutis, au même niveau que la base des dalles longitudinales (les dalles transversales étant enterrées plus profondément). Ce cailloutis devait supporter un dallage constitué de plaquettes de granite, de taille moyenne (0,15 x 2,20 cm) dont quelques-unes ont été trouvées, mêlées aux détritus composant l’actuel remplissage. »

Aujourd’hui, le monument a retrouvé sa dalle de couverture posée sur deux « linteaux », comme décrit par Ogée et Le Chatelier. Ces trois pierres sont en granite monolithe d’extraction locale.

Mursgranite
Typologiestombe en coffre sous tumulus
États conservationsrestauré
Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Bibliographie
  • OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de Bretagne, nouvelle édition augmentée par Marteville et Varin. Rennes, 1843.

Périodiques
  • Du CHATELIER Paul, Les époques préhistoriques et gauloises dans le Finistère. 2ème édition , Plihon et Hommay, A. Le Prince, Rennes-Quimper, 1907.

(c) Région Bretagne (c) Région Bretagne ; (c) Communauté de communes Cap Sizun - Pointe du Raz - Serre Fabien