Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Stèle funéraire, dit Lech de Langombrac'h (Landaul)

Dossier IA56007569 inclus dans Chapelle Saint-Maurille, Langombrac'h (Landaul) réalisé en 2010

Fiche

Dénominations monument sépulcral
Aire d'étude et canton Ria d'Etel - Pluvigner
Adresse Commune : Landaul
Lieu-dit : Langombrac'h
Cadastre : 2010 ZD domaine public

La stèle porte une inscription latine partiellement tronquée en caractères onciaux, déchiffrée par divers auteurs. Wendy Davies propose : "CROX BRIT (OU) ET MULIER (IS) DRILEGO FILI CONB (RI) TI HOC OPU (S) (E) ORUM QUICUMQUE LIGAUIRIT (..) ". Cette inscription (Croix de Britou, fils de Conbritus et de son épouse Drilego) la désigne en tant que monument sépulcral, sans exclure la réutilisation d'une stèle de l'Age du fer comme l'imaginait Rosenzweig, mais aussi les chercheurs actuels. La forme des lettres onciales permettraient de dater l'inscription du 8e ou 9e siècle.

Période(s) Principale : Age du fer , (?)
Principale : Haut Moyen Age

Pierre pyramidale de granite rose établie au carrefour des routes de Landévant à Locoal-Mendon et de Landaul à Larmor. Il s'agit d'une stèle en granite monolithe dont l'angle nord-est est brisé. Une inscription en latin partiellement lisible et inachevée placée sous une croix ancrée gravée orne sa face est.

Murs granite
Techniques sculpture
Représentations croix
Précision représentations

Croix ancrée profondémment gravée sur la face est de la stèle.

Mesures h : 167.0
l : 64.0
la : 41.0

Remarquable stèle qu'il faut rapprocher, par sa fonction plus que par sa forme, de la stèle de Prostlon à Penpont en Locoal-Mendon.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections classé MH, 1942/06/17

Annexes

  • DAVIES, Wendy, GRAHAM CAMPBELL, James, HANDLEY, Mark et al. The inscriptions of early médiéval Britanny. Celtic studies publications, Oakville, Connecticut and Aberystwyth, 2000.

    Dans ce livre sur les inscriptions du Haut-Moyen-Age en Bretagne, les auteurs signalent que la première mention de cette pierre intervient en 1856 par C. de Keranflec'h. Les dimensions données par les érudits au 19e siècle, autour de 2m. de hauteur, suggèrent qu'elle aurait pu être réinstallée. La possibilité d'une stèle de l'Age du Fer réutilisée est évoquée par les auteurs.

    Ils suggèrent que la pierre ait pu être localisée dans le cimetière qui entourait la chapelle jusqu'à la Révolution et ait pu indiquer une sépulture. Il est possible que le village de Langombrac'h tire son nom du nom inscrit sur la pierre (Conbracus au lieu de Conbriti).

  • 20095606037NUCB : Archives départementales du Morbihan, 3 P 134.

    20105601565Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 096_56_69_bande_13/7.

Références documentaires

Bibliographie
  • DAVIES, Wendy, GRAHAM CAMPBELL, James, HANDLEY, Mark et al. The inscriptions of early medieval Britanny. Celtic studies publications, Oakville, Connecticut at Aberystwyth, 2000.

    p. 201-211
  • DANIGO, Joseph. Eglises et chapelles du pays de Lanvaux. Vannes, 1983.

    p. 152
  • ROSENZWEIG, Louis. Répertoire archéologique du département du Morbihan Paris, 1863.

    col. 45
  • Le patrimoine des communes du Morbihan, collection le patrimoine des communes de France, s.l., Editions Flohic, 2 t., 1996.

    p. 824
Périodiques
  • KERANFLEC'H, C. de. Les inscriptions lapidaires de l'époque carolingiennes découvertes en Bretagne. In : Bulletin archéologique de l'association bretonne, 1856.

    p. 238
  • MARSILLE, Louis. Le menhir et le culte des pierres. Extrait de Bulletin de la société polymathique du Morbihan, 1936.

Liens web