Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Station de sauvetage en mer, sise dans l'extrémité sud du quai sur la rivière d'Etel (Etel)

Dossier IA56002299 inclus dans Infrastructures et édifices portuaires (Etel) réalisé en 2005

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellations Abri du canot de sauvetage
Parties constituantes non étudiées quai, cale
Dénominations poste de secours
Aire d'étude et canton Ria d'Etel - Belz
Adresse Commune : Etel
Lieu-dit : le Bourg
Cadastre : 2005 AK 298

La station de sauvetage d'Etel est créée en 1866, sous la houlette de la Société centrale de sauvetage des naufragés. Sur un plan du port daté de 1884, figure le premier abri pour canot de sauvetage, construit sur un quai au nord du bassin d'échouage (AD56, S 169). La cale de lancement sera allongée en 1894. Un deuxième abri reconstruit sur la même rive mais plus à l'ouest est achevé en 1939. C'est un édifice en béton armé fondé sur poteaux et doté d'une rampe à glissières métalliques. Il est l'oeuvre de l'entreprise Limousin de Paris qui en fournit les plans (AD56, S 3077, plans). Enfin en 1962 est achevé le troisième abri de la station doté d'un système particulier de mise à l'eau latérale par bossoirs. De fait il est implanté en un nouvel emplacement, sur les quais bordant la rivière d'Etel.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Dates 1962, daté par travaux historiques

Edifié parallèlement et à l'extrémité sud-ouest des quais bordant sur la rivière d'Etel, l'abri est construit sur le quai qui lui sert de soubassement. De plan quadrangulaire il présente côté ouest une ouverture donnant en surplomb du quai, ouvrant par une porte métallique coulissante et pivotante sur des axes horizontaux grâce à deux contrepoids. Le canot est mis à l'eau latéralement par une machine à bossoirs, sorte de palans (deux) montés sur glissières et retenus par des cables. Cette machinerie est sortie des ateliers J Paris, constructions métalliques à Nantes. L'abri est construit en béton armé et couvert en terrasse par des dalles de béton. On y accède par une porte au nord dotée d'un emmarchement extérieur. Une cale latérale aménagée parallèlement à l'est permet de pallier à un disfonctionnement éventuel du système de mise à l'eau.

Murs ciment
béton armé
béton aggloméré
Toit béton en couverture
Couvertures terrasse
Escaliers
Énergies moteur électrique

Il existe en France seulement trois abris de ce genre : Dunkerque et Oléron, inopérants depuis quelques années, et Etel dont le canot a été déclassé en 2003, pour être remplacé par un nouveau bateau qui désormais reste à flot dans le port. L'ensemble abri, machine de mise à l'eau et canot de sauvetage d'origine de 1962 sont en parfait état de marche. Entretenus par la commune et une association qui ouvre l´abri à la visite, ils font partie du patrimoine maritime d'Etel.

Statut de la propriété propriété de l'Etat
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH, 2008/08/08

Annexes

  • 20045604449NUCB : Archives départementales du Morbihan, 5Fi.

    20045604480NUCA : Archives départementales du Morbihan, 5 Fi.

Références documentaires

Documents figurés
  • AD56, S 169, (1884) : Plan du port d'Etel, accompagnant le rapport de l'ingénieur des Ponts et Chaussées sur l'état du port et les travaux à envisager. Plan signé C Baum, daté du 11 mars 1884. A noter l'absence de halles (créées) pour la vente du poisson qui se fait à ciel ouvert sur un espace noté Marché aux poissons. Les quais et perrés avec mentions particulières pour ceux qui ont été construits par des privés. Le nouveau quai et son terre-plein (noté A - F). La présence de chantiers occupant l'ancien espace maritime tel celui des Soymié. Enfin, au nord du port d'échouage, l'abri du canot de sauvetage et sa cale de lancement.

    p.
  • AD56, S 3077. Abri et cale de lancement du bateau de sauvetage, projet définitif. Rapport de l'ingénieur des Ponts et Chaussées, Charpentier, vu et approuvé par la Société centrale de sauvetage des naufragés, et contresigné par l'ingénieur en chef, le 18 février 1938. Plan d'ensemble et profil en long de l'abri et de la cale, dressé par le même Charpentier et signé le 17 février 1938. Echelle 0,005 p.m. Il s'agit du deuxième abri, construit en béton sur le nouveau remblais et achevé en 1939, par les établissements Limousin de Paris, spécialisé dans les T.P. et le béton armé.

    p.
Bibliographie
  • F. Chapelay, I. Renard, B. Ponsonnet. Sauvetage en mer, Les carnets de bord. Editions du Musée national de la Marine, 2005. Histoire des canots de sauvetage et de la Société nationale de sauvetage en mer. Peu de chose sur les abris. Carte de répartition des stations de sauvetage de la S.N.S.M. (2004), en fin d'ouvrage.

Liens web