Logo ={0} - Retour à l'accueil

Station balnéaire de Perros-Guirec

Dossier IA22006168 inclus dans Ville (Perros-Guirec) réalisé en 1999

Fiche

AppellationsPerros-Guirec
Dénominationsstation balnéaire
Aire d'étude et cantonCôte de Granit Rose - Perros-Guirec
AdresseCommune : Perros-Guirec

A partir des années 1870, des membres de la bourgeoisie lannionnaise prennent l'habitude de se rendre sur les plages perrosiennes pour un repos dominical. Puis, lorsque le train arrive à Lannion en 1881, les premiers touristes se rendent à Perros-Guirec pour visiter les chaos granitiques de Ploumanac'h. En 1886, un premier hôtel en front de mer est édifié sur le bord de la grève de Trestraou, il permet aux touristes de venir profiter des bains de mer, de façon spontanée, aucun établissement de bains n' étant construit avant l' aménagement d'une cabane de bois en 1907. Les premières maisons de villégiature de Trestraou sont édifiées à partir de 1892, date à laquelle le commissaire-priseur parisien Maurice Delestre construit sa villa et acquiert de nombreux terrains qu'il revend par la suite. En 1895, la totalité des terrains bordant la seconde plage de Perros-Guirec, Trestrignel, est achetée par une Société immobilière parisienne. Un hôtel en front de mer y est édifié en 1896. La Société est dissoute en 1898, mais les terrains sont lotis en 1902 par l'unique acquéreur des terrains, le parisien René Du Pré de Saint-Maur. Outre les abords de plages, certains sites attirent les premières villas : les pentes de Pors-Nevez, les alentours du phare de Ploumanac'h et le long des voies principales menant au bourg, telle la rue du Maréchal-Joffre. Les maîtres-de-l'ouvrage sont alors en majorité des Parisiens. En 1906, le train départemental dépose les voyageurs en gare de Perros-Guirec, située à la rade. Les touristes viennent moins au bord de la mer pour les bains thérapeutiques que pour l'air iodé, le dépaysement, les plaisirs du sport (nautisme, tennis) et les promenades. Après 1918, la plupart des terrains en front de mer sont construits et la vue sur mer reste la condition pour toute implantation de villa. La construction de la route en corniche en 1918 offre de nouvelles vues sur mer et de nouvelles implantations, le plus souvent par lotissements concertés issus de la spéculation locale. La ville est érigée en station climatique en 1921, la taxe de séjour permet de financer les travaux d' urbanisme : réseaux d' eau, d' égout et d' électricité, réfection de voies, constructions de bâtiments communaux. Vers 1923 est construit un casino municipal à Trestraou (détruit en 1989). Le 26 mai 1926, la station se dote d' un Syndicat d' Initiative indépendant de celui de Lannion. Le 11 avril 1933 est approuvé par décret le Plan d'aménagement d'extension et d'embellissement (PAEE) de la ville. La période de l'Entre-deux-guerres est une période de développement intense, tant du point de vue des constructions municipales que des constructions privées. La période 1939-1945 marque une fracture avec la suspension du tourisme, l' occupation des villas et des hôtels de voyageurs par l'armée allemande, et des destructions d' infrastructures maritimes (phares). La période 1945-1950 est une période où les maîtres-de-l' ouvrage sont des Perrosiens qui ont subi la perte de leurs biens. A partir de 1950-55, les constructions de villas reprennent, au sein de lotissements de grandes propriétés démembrées et de quelques parcelles encore libres en bord de mer. Un nouveau type d'hébergement se développe en front de mer, essentiellement à Trestraou : l'immeuble à appartements permet sur un espace restreint de loger un maximum de touristes.

Période(s)Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Dates1886, daté par travaux historiques, daté par source
1907, daté par source
Auteur(s)Personnalité : Delestre Maurice commanditaire attribution par source
Personnalité : Du Pré de Saint-Maur René commanditaire attribution par source
Statut de la propriétépropriété publique

Annexes

  • Voir aussi enquête thématique régionale (patrimoine de la villégiature) - 1999 (Elisabeth Justome) : .

  • 20002200258X : Archives municipales de Perros-Guirec, T 2.

    20002200249X : Archives municipales de Perros-Guirec, T.2, carton 269.

    20002200243XAB : Archives municipales de Perros-Guirec, T.2, carton 269.

    20002200251X : Archives municipales de Perros-Guirec, T.2, carton 269.

    20002200250X : Archives municipales de Perros-Guirec, T.2, carton 269.

    20002200244XAB : Archives municipales de Perros-Guirec, T.2, carton 269.

    20002200252X : Archives municipales de Perros-Guirec, T.2, carton 269.

    20002200245X : Archives municipales de Perros-Guirec, T 2.

    20002200255X : Archives municipales de Perros-Guirec, T 2.

    20002200256X : Archives municipales de Perros-Guirec, T 2.

    20002200257X : Archives municipales de Perros-Guirec, T 2.

    20002200246X : Archives municipales de Perros-Guirec, T.2, carton 269.

    20002200253X : Archives municipales de Perros-Guirec, T 2.

    20002200254X : Archives municipales de Perros-Guirec, T 2.

    19992200202X : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 12 Fi 64.

    19992200293XA : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 12 Fi 64.

    20002200699X : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 9 Fi 226.