Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Site archéologique : allée couverte du Mélus (Ploubazlanec)

Dossier IA22010932 réalisé en 2008

Fiche

Le promontoire de Roc'h an Evned et l'allée couverte de Mélus témoignent de l'occupation humaine de la partie aval de l'estuaire du Trieux de la période du Néolithique à l'Age du bronze. L'allée couverte datée du Néolithique récent, découverte en 1933, a été étudiée. L'éperon barré, daté de l'Âge du Bronze, a été fouillé en 1952, mais le site a été transformé. D'autres sites d'habitat plus anciens (Paléolithique moyen et Paléolithique supérieur) ont été repérés et étudiés par les archéologues : la Roche Tonnerre, en contrebas de Beg an Enez à Loguivy-de- la-Mer (anse du Ouern), la roche Cornec ('Karreg ar Yelan', le 'rocher de l'épeautre'), près du double tombolo de galets, l'estran de la pointe de l'Arcouest (pierres taillées), la Pointe de la Trinité, au pied du promontoire de la chapelle actuelle et sur Roc'h ar Menou, récif au large et enfin la côte Nord-Ouest de l'île Saint-Riom.

L'industrie lithique était en silex et en microgranite et en dolérite. Les nombreux ateliers de taille de pierre ont laissé de nombreuses traces :

hache polie en dolérite, poids de filet, racloirs, burins, lames de silex et petits objets taillés.

En 1926, une pointe de lance brisée fut découverte dans une tourbière de Loguivy, celle de l'Ouern. L'analogie de cet objet avec des pièces semblables découvertes en Bretagne, le situe en -1400 ans -1200 ans avant JC.

L'allée couverte de Mélus a été classée le 6 juin 1941. L'éperon barré 'Roc'h an Evened' a été classé le 7 janvier 1959.

La plupart des sites repérés dominent des promontoires rocheux, comme l'éperon barré du Trieux et l'allée couverte de Mélus ou sont situés sen contrebas des falaises entre Loguivy et la Pointe de la Trinité. L'éperon barré est constitué d'une paroi verticale, fortifié sur ses arrières, d'où le terme 'barré', par un talus de limon argileux (aujourd'hui écrasé). Ce limon, rapporté du bas de la falaise, a 2 mètres de hauteur et 10 mètres de largeur hors tout. Il était précédé d'un petit fossé, aujourd'hui comblé.

Dénominations site archéologique
Aire d'étude et canton Bretagne - Paimpol
Adresse Commune : Ploubazlanec
Lieu-dit : Lan-Merdy
Cadastre : 1080 AB 68

Le monument du Mélus appartient à la famille des tombes mégalithiques du Néolithique récent, bâties et utilisées entre 3000 et 2500 avant J.C. Il est situé sur le plateau dominant l'estuaire du Trieux, à proximité de l'éperon barré de 'Roc'h an Eved'. Cette sèpulture fait partie d'un petit groupe réparti pour l'essentiel du Nord de la Bretagne à la Mayenne. Il se distingue des véritables allées couvertes par la position de son entrée, latérale et non pas axialée. Cette allée couverte a été fouillée en 1933 par G. Fournier. L'acidité du sol avait dissout les restes humains. Cependant, on y a recueilli une douzaine de grandes lames de silex taillé (dont deux provenant du Grand-Pressigny, en Touraine), huit lames de haches en pierre dure polie et de nombreux débris de poteries dont quatre vases quasi complets. On a pu identifier deux gobelets 'campaniformes' et une 'bouteille à colerette'. La présence de ces lames et de ces poteries révèle des contacts économiques et culturels à l'échelle de l'Europe occidentale. En 1989, lors du pré-inventaire de la commune, l'allée couverte n'était accessible qu'en passant par un chemin privé. La mise en valeur et l'accessibilité de l'allée couverte du Mélus est récente (début des années 1990). Aujourd'hui, une signalétique appropriée et un panneau d'interprétation valorisent ce site archéologique.

Période(s) Principale : Néolithique

Le nom du site de l'allée couverte mégalithique pourrait être dérivé de l'amas de terre qui le recouvrait un temps ou de l'énormité ('mell') de l'entassement de grosses pierres ; ou encore de l'aspect de celles-ci rappelant un tas de douze gerbes ('mell'). L'édifice, long de 14, 50 mètres, est constitué d'un assemblage de blocs bruts de granite, choisis et assemblés avec soin, face la plus plane vers l'intérieur. Elle comprend une chambre très allongée, à laquelle on accède par une étroite ouverture protégée par un court vestibule. Cette ossature mégalithique était à l'origine recouverte par un tertre en limon, maintenant érodé. Il n'était donc pas visible de l'extérieur.

Murs granite
États conservations bon état

L'allée couverte du Mélus mérite d'être signalée comme unicum sur la commune. Classé 6 juin 1951.

Statut de la propriété propriété d'une personne privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections classé MH, 1951/06/06

Annexes

  • 20082207546NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 4 Num 1/25.

Liens web