Logo ={0} - Retour à l'accueil

Sémaphore, Cap Fréhel (Plévenon)

Dossier IA22004544 réalisé en 2005

Fiche

Dénominationssémaphore
Aire d'étude et cantonCommunes littorales des Côtes-d'Armor - Matignon
AdresseCommune : Plévenon
Lieu-dit : le Cap Fréhel
Cadastre : 2004 A 0005

En 1860, la commune de Plévenon vendait 60 francs une parcelle de 50 ares au service de la Marine pour la construction du poste électro-sémaphorique, en liaison avec celui de Saint-Cast-Le-Guildo. Cependant, en 1800, le télégraphe était déjà indiqué sur le cadastre napoléonien. Il semblerait que la construction du sémaphore soit antérieure à la date de 1806. Situé à côté d'une petite chapelle, le sémaphore est indiqué dans l'ensemble des documents cartographiques et plans dressés par le service des Phares et Balises dans la 2ème moitié du 20ème siècle. Le sémaphore fut détruit (brûlé) pendant la seconde guerre mondiale par les soldats français, avant l'arrivée des Allemands. Il ne restait plus que les murs durant l'Occupation. A la Libération, les FFI qui gardaient le cap, dormaient dans les vestiges du sémaphore dans l'attente d'une invasion allemande via Jersey (témoignage de Charles Lévêque).

Période(s)Principale : 1er quart 19e siècle

Bâtiment ayant un plan en forme de T, sans étage, avec de nombreuses ouvertures.

Mursmoellon
Toitardoise
Couverturestoit à deux pans
États conservationsdétruit
Statut de la propriétépropriété de l'Etat

Annexes

  • 20042208836NUCB : Collection particulière

    20042208837NUCB : Collection particulière

    20042208877NUCB : Collection particulière

    20042208817NUCB : Collection particulière

    20042208818NUCB : Collection particulière

    20042208816NUCB : Collection particulière

Références documentaires

Bibliographie
  • MAILLET, Olivier, GUILLAMET Roger. Un oeil sur l'océan, les sémaphores de l'arrondissement de Brest. Saint-Thonan : Cloître Imprimeurs, 1995.