Logo ={0} - Retour à l'accueil

Secteur urbain : zone d'activités du Sillon (Camaret-sur-Mer)

Dossier IA29004029 inclus dans Espace portuaire de Camaret-sur-Mer réalisé en 2006

Fiche

Précision dénominationzone d'activités
AppellationsLe Sillon
Parties constituantes non étudiéescale, cale de construction, atelier
Dénominationssecteur urbain
Aire d'étude et cantonBretagne - Crozon
AdresseCommune : Camaret-sur-Mer

Ce sillon de galets est une formation naturelle résultant du remaniement des éboulis de falaises, des dépôts périglaciaires ou d´anciens dépôts marins par les vagues et la dérive côtière. Les galets et graviers, bloqués dans leur dérive littorale par le saillant qui limite la partie sud de la plage du Corréjou, se sont accumulés progressivement en droit de ce cap jusqu'à un îlot rocheux (Roch' a ma dour), formant un tombolo. Une flèche à pointe libre, se terminant par des crochets dans sa partie distale, prolonge ce tombolo. Long de 900 m, le sillon ferme le port de Camaret et le protège des houles. En raison de sa localisation, il a souvent servi d´abri pour les nombreux marins fréquentant la mer d´Iroise. Une première chapelle est construite au cours du Moyen-Âge sur la roche Roch'a ma dour. La Chapelle Notre-Dame-de-Rocamadour est construite au même emplacement entre 1610 et 1683. Six ans plus tard, Vauban fait construire une tour polygonale équipée de 11 pièces d'artillerie et aménagée pour croiser ses feux avec ceux de la pointe du Gouin. Le sillon est alors aménagé en voie carrossable au moyen de remblais pour y acheminer hommes et matériel. Au cours du 19e siècle, la face interne du sillon fut le lieu de plusieurs activités : aire d´échouage ou d´hivernage des bateaux de pêche à la sardines amarrés aux bittes de granite, débarquement des sardines, récolte du goémon, chantiers de construction navale et station de sauvetage (fermée en 1987). Pour protéger le Sillon lors des tempêtes hivernales, le Génie Militaire construit un mur de défense sur la face nord du sillon entre 1813 et 1815. Une cale est également réalisée en 1874 pour les chantiers de construction navale ainsi qu´un môle, de 1842 à 1846, pour limiter le ressac dans le port. Aujourd´hui, quelques chantiers de construction subsistent (présence d´un slipway) et des pontons pour la plaisance ont été aménagés à l´extrémité du Sillon et à son enracinement, à proximité de la grève d´échouage utilisée comme cimetière à bateaux.

Période(s)Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle

Ensemble de bâtiments et de constructions relativement hétérogènes d'époques différentes (cabanes, abris, infrastructures portuaires, tour militaire, chapelle).

États conservationsbon état, mauvais état

Abords d´un monument historique.

Sites de protectionzone naturelle d'intérêt écologique faunistique et floristique

Annexes

  • 20082908276NUC : Archives départementales du Finistère, 2 Fl 22/13.

    20072908581NUC : Collection particulière, Non coté.

Références documentaires

Bibliographie
  • BUREL, Marcel. Camaret sur mer, promenade dans le passé. Bannalec : Imprimerie régionale, 1984.

    p. 18-19 ; 59-62
  • AMGHAR, Julien. Les petits ports et les usages du littoral en Bretagne au XIXe siècle. Thèse d'Histoire : Université de Bretagne Sud, Lorient, 2006, 2 vol.

    p. 200-203 (thèse) et p. 33-38 (annexes Inventaire général vol. I)
Périodiques
  • MOREL, Valérie & JÉGU, Olivier. Le sillon de Camaret. Crozon : Avel Gornog, 1995, n° 3.

    p. 28-30
  • LESCOP, Valérie. La construction navale à Camaret. Crozon : Avel Gornog, 1995, n° 3.

    p. 38-43
  • TOUDOUZE, Georges-Gustave. Le sillon de Camaret. Brest : Les Cahiers de l'Iroise. 1957, n° 3.

    p. 27-28