Logo ={0} - Retour à l'accueil

Secteur urbain : zone d'activité portuaire artisanale du quai Peyron (Clohars-Carnoët)

Dossier IA29004351 inclus dans Espace portuaire de Doëlan (Clohars-Carnoët) réalisé en 2008

Fiche

Parties constituantes non étudiéesmaison, quai, conserverie, hôtel
Dénominationssecteur urbain
Aire d'étude et cantonBretagne - Quimperlé
AdresseCommune : Clohars-Carnoët
Lieu-dit : Doëlan

Sur le plan cadastral de 1823, un important bâtiment est représenté à cet endroit, appelé la « Presse de Doëlan », sur la rive droite du port de Doëlan, en aval de l´anse de Kersimon. La toponymie semble indiquer qu´avant le 19e siècle, il existait à cet endroit des bâtiments pour la préparation de sardines salées et pressées en tonneaux. Il s´agit probablement du noyau primitif du développement du port de Doëlan. Au début du 19e siècle, il n´y a qu´une simple rampe, un corps de garde pour la douane et des magasins, pouvant servir autant à préparer le poisson qu´à entreposer du matériel de pêche. En 1836, le négociant Raymond Guillou-Penanros, domicilié à Concarneau, s´associe à Sylvain Peyron, négociant de Quimperlé, pour construire à la « Presse de Doëlan » des maisons, des magasins et une « fabrique de sardines et de conserves alimentaires ». Le développement de cette activité de pêche et de transformation du poisson nécessite la construction d´équipements portuaires importants à partir de la seconde moitié du 19e siècle. La conserverie reste en activité jusqu´au milieu du 20e siècle. Après la Seconde Guerre mondiale, elle est partiellement rasée pour en faire un parking et les bâtiments qui restent sont transformés (résidence Capitaine Cook, coopérative maritime). Les bâtiments de cette zone d´activité portuaire artisanale sont progressivement dévolus à l´activité résidentielle.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Secondaire : milieu 20e siècle

La zone d'activité portuaire artisanale du quai Peyron reste encore aujourd'hui la zone d'activité de pêche, en lien avec le quai Sancéo (construit en 1982). Elle a subi plusieurs transformations, dont la plus importante est la disparition quasiment complète de la conserverie Peyron, remplacée par un parking automobile. Seuls demeurent deux bâtiments qui ont fait partie de cette conserverie : les bâtiments de la Coopérative maritime et la résidence Capitaine Cook. Le quai Peyron a été plusieurs fois agrandi, jusqu'à permettre son accès routier en 1952. La zone d'activité conserve toutefois des éléments importants qui donnent à Doëlan son aspect de petit port breton. Un alignement de maisons descendant sur le port et se terminant par l'ancien Café du Port a conservé l'homogénéité architecturale des constructions du 19e siècle. Cet alignement apparaissait déjà sur le plan cadastral de 1823 (même s'il a été prolongé à l'ouest). La transformation d'un des bâtiments de la conserverie Peyron en résidence a permis la conservation de l'aspect architecturel extérieur d'un bâtiment industriel tel qu'il apparaît sur les cartes postales du début du 20e siècle. Sur le quai subsistent toujours les deux corps de garde de douanes. Le quai Peyron a été rénové dans les années 2000 dans l'esprit de sa construction (reprise des matériaux).

Annexes