Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Rivière aménagée : l'Arguenon (Créhen)

Dossier IA22010835 réalisé en 2008

Fiche

Dénominations rivière aménagée
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Plancoët
Adresse Commune : Créhen

L'Arguenon prend sa source auprès de Saint-Huriel entre Jugon et Broon et se jette dans la mer au-dessous du Guildo. En 1865, sa partie amont est canalisée. En 1911, elle est classée 'rivière flottable', mais elle perd en 1957 officiellement sa qualité de voie navigable En 1921, une société privée envisagea d'y construire une usine marémotrice avec un barrage à vannes dans l'embouchure entre les pointes de l'Anglais et du château parlant sur la commune de Créhen. Ce barrage à turbines devait mesurer 454 mètres de long. Ce projet dépendant de financements privés sur souscriptions ne fut jamais réalisé.

Période(s) Principale : 4e quart 18e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle

L'estuaire de l'Arguenon (rive droite) est bordé en aval, sur son front de mer, par la pointe de la Pépinais et la pointe du Château Parlant, qui descend à la plage de Vauver (rives bordées de marais et vasières, coteaux boisés ou cultivés). A l'opposé de ces rives, sur la commune de Saint-Cast, le pointe de Tiqueras et la plage des Quatre-Vaux succèdent au port de Notre-Dame-du Guildo. En aval du pont, sur les rives de la commune de Créhen, on peut découvrir un hameau de maisons datés des 17ème et 18ème siècles (l'ancien couvent des Carmes), à proximité d'un chantier naval et de l'ancien port de débarquement du Guildo Poudouvre. En amont du nouveau pont, on peut encore remarquer les vestiges des piliers et de la culée de l'ancien viaduc, les murs de soutènement des berges et la zone artisanale. L'estuaire se rétrécit ensuite dans ses méandres pour rejoindre le moulin de Montafilan (rive gauche) et les sites plus ruraux que littoraux des Salles, de la Ménardais et de la Touche (activités et bâti agricoles). Sur la rive gauche, le château de l'Argentaye domine les coteaux de Saint-Lormel. La rivière poursuit son cours jusqu'au port de Plancoët en traversant un paysage agricole peu urbanisé (polders, habitat diffus). On peut constater que le paysage littoral estuairien du Guildo Poudouvre a peu évolué au niveau du bâti. Les bords de rives se sont envasés mais le front de mer s'est relativement peu urbanisé.

Annexes

  • Les conditions de navigation sur l'Arguenon entre le 1_ème et le 19ème siècle

    Un texte daté de 1775, traitant des rivières de Bretagne, présente ainsi l'Arguenon : Rivière d'Argouesnon ou du Guildo : cette rivière Son cours est d'environ 8 à 10 lieües. Elle passe par Plancoët, Jugon et Le Guildo, elle se jette dans la mer à une lieüe au-dessous du Guildo.

    Avant 1865, date de la canalisation de la partie amont de l'Arguenon (AD 22 2 N 4), le trajet était sensiblement plus long, parce que le lit serpentait dans la plaine de Saint-Lormel. Une barque de plus de 9 pieds de tirant d'eau ne devait pas s'y aventurer. Il était impératif de quitter le port du Guildo avec le 'prime flot' pour remonter la rivière en moins de 2 heures, en veillant à noter le niveau d'eau sur l'échelle de marée du port. Lors des petites marées, la rivière n'était navigable que jusqu'au 'Coude de la Ménardais'. Les gabarriers ne pouvaient alors accoster qu'à la cale de la Nouette, où se trouvait un bon terre-plein desservi par un charroi. A marée plus importante, les marins pouvaient user des avirons ou pratiquer le halage à partir de la Ménardais, avec touline et harnais (longe appelée naeche), parfois aidés par leurs femmes. Les ménagères du Guildo avaient aussi l'habitude d'aller faire leur marché en doris jusqu'à Plancoët.

    La tradition rapporte que lorsque les marins arrivaient au pied du château, au confluent du ruisseau de Montafilan et de son moulin à marée, ils devaient, sous peine de rappel à l'ordre, carguer leurs voiles, tirer le canon et crier fort Dieu garde M. et Mme de l'Argentae (Argentaye) ou plus tard Honneur, salut et joie à M. de l'Argentae.Au début du 20ème siècle, les gabarriers se contentaient de sonner la corne.

  • 20082206788NUCB : Collection particulière

    20082206852NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 43 Fi.

    20082206851NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 43 Fi.

    20082206813NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 43 Fi.

    20082206817NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 43 Fi.

    20082206815NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 43 Fi.

    20082206812NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 16 Fi.

    20082206811NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 16 Fi.

    20082206810NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 16 Fi.

    20082206808NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 16 Fi.

    20082206807NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 16 Fi.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Côtes-d'Armor : 84 S 34-13. Projet d'usine marémotrice dans l'estuaire de l'Arguenon.

  • AD Côtes-d'Armor : 2 N 4. Canalisation de l'Arguenon, 1865.

Bibliographie
  • BIHR, Jean-Pierre. Le château du Guildo, dans Les Amis du Vieux Saint-Jacut, juin 1984, n° 5.

    p. 3
  • BIHR, Jean-Pierre. Regards d'Emeraude. St-Jacut-de-la-Mer : Editions Bihr, 1988.

    p.
  • DUEDAL, Michel. Arguenon et gabarres, dans Les Amis du Vieux Saint-Jacut, juin 2001, n°39.

    p.
  • LADOUCE (docteur). Le site du Guildo, dans Les Amis du Vieux Saint-Jacut, juillet 1993, n°23.

    p. 1
  • LE CHAPELIER, Michel. Le passage du Guildo, Les Amis du Vieux Saint-Jacut, décembre 1998, n° 34.

    p. 9

Liens web