Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Quartier de Trestraou (Perros-Guirec)

Dossier IA22006173 inclus dans Ville (Perros-Guirec) réalisé en 1999

Fiche

Œuvres contenues

Appellations dit de Trestraou
Parties constituantes non étudiées casino, tennis, cabine de bain, hôtel de voyageurs, magasin de commerce, digue
Dénominations quartier
Aire d'étude et canton Côte de Granit Rose - Perros-Guirec
Adresse Commune : Perros-Guirec
Lieu-dit : Trestraou

Le quartier balnéaire de Trestraou se développe à la fin du 19e siècle autour de la grève du même nom, encaissée dans une vaste cuvette. Avant l' arrivée des touristes, les terres environnantes sont cultivées et une châtaigneraie occupe la pente de l' actuelle avenue du Casino. Une ferme et deux habitations isolées sont les seules constructions visibles. Le long de la grève passe le chemin vicinal ordinaire n°3 qui mène du bourg de Perros-Guirec à l' écart de la Clarté. En 1886 est construit le premier hôtel en front de mer de la commune, à l' initiative de Joseph Le Bihan, maître d' hôtel parisien, conseillé par l' écrivain Ernest Renan originaire de Tréguier (Côtes-d' Armor). A partir de 1892 est construite la villa de la famille Delestre, le long de l' actuelle rue du Maréchal-Foch. Entre 1893 et 1905, de nombreuses villas sont rapidement édifiées, le long des rues Maréchal-Foch, de Rohellou, et Charles-Le-Goffic. Le comblement se fait ensuite assez lentement, les meilleurs emplacements sur les coteaux étant occupés, et les terrains en fond de cuvette, vaseux, étant soumis au passage de deux ruisseaux. Vers 1879, Charles Le Gac, notaire à Tréguier (Côtes-d' Armor) acquiert des terrains en surplomb, parallèles au rivage, qu' il revendra par lots durant la première décennie du 20e siècle (autour de l' actuelle rue des Bons-Enfants) . En 1918, la construction de la route en corniche à l' arrière de la cuvette permet une extension de la zone de villégiature : à partir des années 1930, des lotissements concertés et des villas s' implantent le long de la voie. Vers 1923, la construction d' un casino en front de mer donne une nouvelle impulsion à la plage : de grands hôtels sont construits (La Roseraie, 1929-30), le front de mer est modernisé grâce à l' aménagement d' espaces pour les cabines de bain en bois. Au 2e quart du 20e siècle, le paysage, modifié par les constructions, l' est aussi par les nombreux conifères qui masquent à la fois les villas et les parcelles non construites. La période d' après-guerre est caractérisée par un comblement des parcelles vides en fond de cuvette, et par la construction d' immeubles à appartements (Résidence Roc' hellou, 1954) . Un camping est toléré à l' arrière du front de mer, avant de devenir privé. Des cabines de bain en béton sont construites à partir de 1955 puis 1965, un syndicat d' initiative, ainsi que des douches à partir de 1956. Le front de mer est totalement repensé et réaménagé à partir des années 1970. Un Palais des Congrès est construit en front de mer en 1969-70 par les architectes Christian Cacaut et André Mrowiec, tandis que le casino municipal est détruit en 1989 et remplacé par un complexe immobilier avec magasins de commerce, restaurants, immeubles à appartements et casino.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 20e siècle
Dates 1886, daté par travaux historiques, daté par source
1892, daté par source
1929, daté par source
1954, daté par source
1955, daté par source
1956, daté par source
1965, daté par source
1969, daté par source
Auteur(s) Auteur : Cacaut Christian, architecte, attribution par source
Auteur : Mrowiec André, architecte, attribution par source
Personnalité : Le Gac Charles, commanditaire, attribution par source
Personnalité : Le Bihan Joseph, commanditaire, attribution par source
Personnalité : Renan Ernest, personnage célèbre, attribution par source
Personnalité : Delestre Maurice, commanditaire, attribution par source

Terrain en pente qui permet à de nombreuses maisons de villégiature d'avoir une vue sur mer. Certaines parcelles de propriétés édifiées à la fin du 19e siècle sont de grande dimension (coteau ouest), la plupart sont cependant de taille moyenne à petite. Le tracé du cadastre napoléonien est encore visible en de nombreux points. Bâti aéré, les édifices sont le plus souvent implantés en milieu de parcelle, voire en limite de parcelle (rue des Bons-Enfants) .

Statut de la propriété propriété publique

Annexes

  • Voir aussi enquête thématique régionale (patrimoine de la villégiature) - 1999 (Elisabeth Justome) : .

  • 19992200207X : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 16 Fi.

    19992200217X : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 16 Fi.

    19992200212X : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 16 Fi.

    19992200208X : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 16 Fi.

    19992200211X : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 16 Fi.

    20002200694X : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 9 Fi 198.

    20002200707X : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 9 Fi.

    20002200696X : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 9 Fi 204.

    20002200695X : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 9 Fi 203.

    20002200701X : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 9 Fi 249.

    20002200698X : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 9 Fi.