Logo ={0} - Retour à l'accueil

Quais et cales du Pouldu (Clohars-Carnoët)

Dossier IA29004336 inclus dans Front portuaire du Pouldu (Clohars-Carnoët) réalisé en 2008

Fiche

Dénominationsquai, cale
Aire d'étude et cantonBretagne - Quimperlé
AdresseCommune : Clohars-Carnoët
Lieu-dit : le Bas Pouldu
Cadastre : DPM

Le port du Pouldu est situé au sud-est de la commune de Clohars-Carnoët, sur la rive droite de la Laïta, proche de l´embouchure. Le service de bac reliant les deux rives de la Laïta (entre Le Pouldu et Guidel) existerait depuis l´époque médiévale. A partir du début du 19e siècle, le trafic maritime local est difficile à cause de la présence d´une barre (banc de sable) de l´entrée de la rivière : pour pénétrer dans le port, les navires doivent suivre un étroit chenal. Le Pouldu reste toutefois un port de relâche, pour de nombreux navires fuyant le gros temps ou remontant vers Quimperlé, et, à partir des années 1850, devient un port de débarquement pour les touristes venus fréquenter la plage voisine des Grands-Sables. A la fin du 19e siècle, le port du Pouldu compte douze chaloupes de pêche. Le cabotage est devenu une activité mineure (quelques importations d´épiceries). Au début du 20e siècle, quatre bateaux-sabliers sont attachés au port, prenant du sable riche en silice sur la plage du Pouldu avant de le décharger à Quimperlé pour servir à la préparation d´enduits. Les ingénieurs constatent à l´époque « qu´aucun travail n´a été exécuté par l´Etat ». Les quelques navires qui viennent prendre ou décharger de la marchandise (épiceries, fer...) accostent « sur un quai en pierres sèches construit par des particuliers » et qu´« une rampe d´accès à la grève sert au bac charretier qui circule entre le Pouldu et Guidel. Le passage est souvent délicat à cause du ressac ». Les particuliers qui ont construit les premières infrastructures portuaires dans la seconde moitié du 19e siècle sont d´ailleurs les passeurs successifs (MM. Goulven et Jacob), ainsi qu´un riverain (M. De Polignac). Ces infrastructures sont construites suite à des occupations illégitimes du domaine public maritime dont se plaint le service des Ponts-et-Chaussées. Ainsi, en 1852, Pierre Goulven achète 314, 52 m² de grève mais en occupe 145 m² de plus. Afin de régulariser la situation, il est invité dans les années 1870 à formuler une demande d´occupation du domaine public maritime. En mai 1873, alors qu´il est en charge du service du bac, il aménage un quai d´une largeur de 40 m complété d´une cale large de 5 m « en compensation et pour sa régularisation ». Ce quai complète le quai construit en 1871 par Louis Jacob, pilote de Clohars-Carnoët et précédent passeur, qui avait été autorisé à construire un quai de 35 m par 10 m avec un terre-plein pour accéder à sa propriété. A ces deux quais s´ajoute à la fin des années 1880 un nouveau quai, construit par le comte de Polignac. Entre 1889 et 1892, il obtient la concession définitive d´un lais de mer d´une superficie de 570 m² « à sa charge l´endiguement et le remblaiement... pour établir un débarcadère avec une partie inclinée formant cale et un terre-plein de forme irrégulière, le tout en pierres sèches ». Le dossier des Ponts-et-Chaussées précise qu´il possède à cet endroit « un magasin », qui s´avère être une remise pour son bateau de plaisance. Aucun aménagement important n´est ensuite réalisé avant la fin des années 1960. En 1969, la commune de Clohars-Carnoët obtient l´installation de bouées sur corps-morts couvrant une superficie de 1 400 m². Cette autorisation est accordée pour une durée de quinze ans à compter du 1er janvier 1969. C´est la seule mention d´amélioration du port, avant la réalisation par l´Etat du quai en béton actuel. Aujourd´hui, l´ensemble des ports de Clohars-Carnoët (Doëlan, Pouldu, Grands Sables) appartiennent à la commune. Ils ont été rétrocédés par le département du Finistère à la fin des années 1990.

Période(s)Principale : 2e moitié 19e siècle
Secondaire : 2e moitié 20e siècle
Dates1871, daté par source

Le port est composé à l´ouest d´un quai en béton de 16 m par 50 m complété d´une cale de 20 m par 10 m et à l´est d´un quai irrégulier construit par les riverains. Ce quai irrégulier long de 30 m permet le passage et l´accès au « quai Polignac », long de 20 m et large de 5 m, avec une rampe et un escalier pour descendre sur la grève lors des basses mers (l´ensemble est réalisé en beaux moellons assemblés au mortier). Il se prolonge à l´est par un chemin submersible long de 45 m et protégé de la rivière par des pierres grossières.

États conservationsremanié
Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • 20082908693NUCB : Collection Pierre Le Thoër

    20082908691NUCB : Collection Pierre Le Thoër

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales du Finistère. 4 S 14. AOT (Domaine maritime et littoral) : Clohars-Carnoët.

  • Archives départementales du Finistère. 4 S Supplément 1309. Bacs.

  • Archives départementales du Finistère. 1009 W 8. Travaux portuaires : ports du Finistère des années 1950 à 1970.

  • Archives départementales du Finistère. 45 J 25. Fonds Savina (Le Pouldu, 1836).