Logo ={0} - Retour à l'accueil

Quai portuaire Gustave Toudouze (Camaret-sur-Mer)

Dossier IA29004016 inclus dans Front portuaire Toudouze (Camaret-sur-Mer) réalisé en 2006

Fiche

Précision dénominationquai portuaire
Appellationsquai Gustave Toudouze
Parties constituantes non étudiéescale
Dénominationsquai
Aire d'étude et cantonBretagne - Crozon
AdresseCommune : Camaret-sur-Mer
Adresse : quai
Gustave-Toudouze
Cadastre : non référencé (DPT)

En 1835, un projet est à l´étude aux Ponts et Chaussées pour améliorer les conditions de chargement et de déchargement des bateaux de pêche. La construction du quai débute en 1842 et s´achève en 1845. Quatre cales sont construites. Le quai reçoit son nom actuel en 1900, du vivant de l´écrivain Gustave Toudouze, auteur notamment de « Péri en mer » et du « Reboutou ». Au moment de la crise sardinière, celui-ci joua en effet un rôle important avec André Antoine dans la collecte de fonds destinés aux familles nécessiteuses. Par reconnaissance, les Camarétois donnèrent son nom au quai nouvellement achevé. La construction de ce quai va modifier profondément la physionomie du port de Camaret. En effet, l´espace compris entre le nouveau quai et les premières rangées de maison (auparavant perpendiculaires à la grève) va être remblayé et de nouvelles maisons vont être construites.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Dates1842, daté par source

Le quai est long de 350 m et large de 30 m, il est haut de 6 à 7 mètres. Il est paré et remblayé avec des pierres extraites de la Pointe du Gouin et de l´Aber. Il compte 4 cales de 25 mètres de longueur chacune inclinées alternativement en sens inverse, 3 bittes d'amarrages métalliques et 3 autres en granite. Les pierres des cales sont toujours apparentes et le parement est soigné (matériaux et assemblage de qualité). La forme des blocs de pierre, taillés de façon à ce qu´ils s´emboîtent et se maintiennent mutuellement, est remarquable. Ces ouvrages ne sont accostables qu´à marée haute. L´ensemble est composé de gros blocs de pierre, auparavant maçonnés à la chaux, qui fut ensuite remplacée par du ciment.

États conservationsremanié, bon état

Abords d´un monument historique.

Statut de la propriétépropriété de l'Etat

Annexes

  • 20082908278NUC : Archives départementales du Finistère, 2 Fl 22/23.

    20082908269NUC : Archives départementales du Finistère, 2 Fl 22/187.

    20082908279NUC : Archives départementales du Finistère, 2 Fl 22/30.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives des Ponts et Chaussées, Département du Finistère, 4S 1392/1852-1938 et 4S 1393/1930-193.

Bibliographie
  • BUREL, Marcel. Camaret sur mer, promenade dans le passé. Bannalec : Imprimerie régionale, 1984.

    p. 16-22
  • Le patrimoine des communes du Finistère (collection Le Patrimoine des Communes de France). Charenton-le-Pont : Flohic Éditions, 1998, t. I.

    p. 312-321
  • LASTENNET, Yann. La mutation de la pêche à Camaret : de la sardine à la langouste (1870-1920) . Mémoire de Maîtrise d'Histoire : Université Rennes 2, 1998.

    p. 8-10
  • TEPHANY, Joseph. Camaret-sur-Mer, courte notice. Paris : Le livre d´Histoire éditions, 2004, réédition de l´original édité en 1902.

    p. 26-27
  • AMGHAR, Julien. Les petits ports et les usages du littoral en Bretagne au XIXe siècle. Thèse d'Histoire : Université de Bretagne Sud, Lorient, 2006, 2 vol.

    p. 200-203 (thèse) et p. 33-38 (annexes Inventaire général vol. I)
  • Entretien avec Claude Le Fur, association Nautisme, arts et cultures.

Périodiques
  • KERDREUX, Jean-Jacques. Camaret en 1831. Crozon : Avel Gornog, 1995, n° 3.

    p. 4-8
  • GALIFOT, Agnès. Différentes époques, différents quais : le port de Camaret. Crozon : Le Presqu´îlien, 2002, n° 99.

    p. 22-23