Logo ={0} - Retour à l'accueil

Quai Carnot (Châteaulin)

Dossier IA29005694 inclus dans La ville de Châteaulin (Châteaulin) réalisé en 2013

Fiche

Á rapprocher de

Parties constituantes non étudiéesmaison, quai, cale
Dénominationsquai
Aire d'étude et cantonParc Naturel Régional d'Armorique - Châteaulin
AdresseCommune : Châteaulin
Adresse : quai Carnot

Situé sur l'axe de communication Quimper-Brest, le quai Carnot était loti bien avant la construction des quais et la régularisation de l'Aulne.

Il y avait des constructions au pied de la falaise de schiste et en bord de berges. La communication entre les deux rives se faisait par un pont habité-détruit en 1821-remplacé en 1822 par le pont actuel.

L'alignement des façades que l'on peut observer aujourd'hui est la résultante de deux phénomènes. La construction du nouveau pont en 1822 a eu pour conséquence de modifier l'axe de circulation. Cela a entraîné la destruction d'une partie du bâti situé sur la rive gauche de l'Aulne. D'autre part, suite à la modification du tracé de la route royale n°170, l'alignement du bâti a été décrété par ordonnance royale du mai 1838.

Un plan de la ville dressé en 1811 permet de se rendre compte de l'étroitesse de cette voie de communication n°170 : 13 pieds aux endroits les plus étroits.

Ainsi, les permis de construire demandant l'alignement des façades sont nombreux dès 1837. En 1837 et 1838 se sont les façades des n°2, 4 et 20 qui sont élevées.

Se met alors en place une typologie, devenue par la suite récurrente sur la ville de Châteaulin, avec l'utilisation de motifs architecturaux qui apportent une impression de régularité aux façades alignées sur les quais : corniches, encadrement des ouvertures en kersantite, bandeaux sous l'assise des fenêtres. Les travaux d'alignement perdurent jusqu'au tout début du 20e siècle puisque les n° 10 et 12 sont construits en 1902.

C'est lors de ces travaux que le nom de rue Neuve est donné à cette partie de l'axe qui deviendra le quai Carnot.

Le recensement de la population en 1836 (soit avant la destruction d'une partie des maisons), dénombre 343 personnes, soit 80 ménages, dont les métiers sont les suivants : carrier, cordonnier, aubergiste, peintre, crêpière, maçon, chapelier, tailleur, boucher. La mixité des fonctions (habitat et commerce) est toujours d'actualité sur le quai Carnot.

Période(s)Principale : 1er quart 19e siècle, 2e quart 19e siècle

L'implantation du bâti du quai Carnot est extrêmement dense, implanté au pied de la falaise de schiste et aux bords des berges canalisées.

L'essentiel du bâti du quai Carnot, présente 2, 3, 5 travées et de 2 étages avec parfois un étage de combles. Ces étages ont souvent été modifiés au cours du 20e siècle : suppressions des fenêtres hautes, ou, à l'inverse création d'un étage. Une seule maison possède un balcon (n°54).

Quelques façades sont rythmées par des bandeaux et corniches (n°2, 4, 16, 18, 20), comme sur le quai Charles de Gaulle.

Les pierres utilisées pour les bandeaux et encadrements sont de la microdiorite quartzique, du granite et de la kersantite.

Toutes ont en rez-de-chaussée une fonction commerciale. Celles qui, selon le cadastre de 1847, possédaient des cours intérieures, sont aujourd'hui couvertes.

Mursschiste moellon enduit
pierre pierre de taille
microdiorite quartzique pierre de taille
kersantite pierre de taille
Toitardoise
Plansplan régulier
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré, 2 étages carrés, étage de comble
Couvrements
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
Typologiesarchitecture urbaine, typologie ternaire
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales du Finistère. Populations, économies, statistiques. Série 6 M.

Documents figurés
  • Archives départementales. Fonds de Silguy.

    Archives départementales du Finistère : 49 J