Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Promenades sur la commune de Dinard

Dossier IA35000404 réalisé en 1998

Le départ d'une partie de la clientèle anglophone, après le krach boursier de 1929, est à l'origine de nouveaux équipements publics à vocation touristique, afin d'attirer une clientèle métropolitaine et régionale. À Dinard, les digues-promenades sont prolongées sur l'ensemble du littoral de la commune. Celle du Clair de Lune, inaugurée en 1931, longe sur plus de deux kilomètres la baie du prieuré jusqu'à l'embarcadère du Bec-de-la-vallée. Au plus près des eaux mais abritée, elle permet de profiter de l'iode marine tout en appréciant les plus beaux panoramas sur la ville historique de Saint-Malo, l'ancienne cité d'Alet et Saint-Servan. Sur son parcours sont installés le yacht-club (1932), puis le musée de la mer (1935) transformé récemment en hôtel.

Aires d'études Côte d'Emeraude
Dénominations promenade
Adresse Commune : Dinard

Dinard possède 14 km de promenades côtières de la Vicomté à l'anse de la Roche Pelée. L'étendue de ce parcours rend compte de la diversité des paysages de la station situés sur la Rance et sur la haute mer. La plupart de ces chemins de ronde ont été aménagés par les municipalités successives. Néanmoins, vers les années 1895, l'architecte Alexandre Angier et le député Michau se proposent de prendre à leur charge une partie des travaux à exécuter sur le chemin de ronde de la Malouine. En 1900, le service du Génie cède à la ville de Dinard le chemin menant à la cale, au sud de la batterie du Moulinet, et en 1903 s'ouvre la promenade Robert Surcouf d'où l'on découvre l'un des plus beaux panoramas de Dinard. En 1907, le conseil municipal vote le projet dû à l'architecte Neerman de la corniche des Deux Rives, qui s'est transformé en une digue promenade, prolongée en 1914 par la digue de l'Ecluse qui est inaugurée par le président de la République Raymond Poincaré. En 1921, la ville acquiert un nouveau terrain domanial qui lui permet de réaliser en 1928-1929 un chemin public menant de la grève de l'Ecluse à la pointe du Moulinet, permettant ainsi aux promeneurs de faire le tour de l'isthme. Quant aux grands travaux d'endiguement, ils sont réalisés dans les années 1930, époque de la construction de la promenade au Clair de lune, et de l'aménagement du chemin de ronde de la Malouine. Sur la promenade au Clair de lune ont été érigés un bas-relief d'Armel Beaufils sur le débarquement de Jean IV de Bretagne à Dinard en 1379 et un buste de Paul Crolard, maire de Dinard du 17 mai 1908 au 10 décembre 1919 et du 29 janvier 1927 au 25 août 1930, par L.H Nicot. Sur la promenade de la pointe du Moulinet se trouve un panoramique sur les îles aperçues de la pointe du Moulinet, signé P.Briand et Bernard, Volvic. Sur la promenade des Alliés se trouve une plaque commémorative du centenaire de l'arrivée à Dinard de ses premiers résidents britanniques, oeuvre en bronze de C.E Poirier.

Période(s) Principale : limite 19e siècle 20e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle
Auteur(s) Auteur : Angier Alexandre, architecte
Auteur : Neerman, architecte
Décompte des œuvres bâti INSEE 6
repéré 5
étudié 1

Annexes

  • Informations complémentaires :
  • Côte d´Emeraude, les promenades de Dinard

    Dinard possède 14 kms de parcours côtier de la Vicomté à l'anse de la Roche Pelée. Ces promenades publiques, commencées à la fin du 19e siècle et achevées dans les années 1930, rendent compte de la diversité des paysages et des ambiances marines de la station. Ainsi se conjuguent pour le plaisir des sens, la douceur légendaire de l´estuaire de la Rance et l´apprêté de la Manche océane. Ces déambulations littorales décidées par les municipalités successives participent à la mise en scène du site balnéaire, dans une volonté toutefois commune, d´être au plus près des eaux, et de rendre accessible à tous le rivage autrefois privatif. Lieux de rencontres et de paraître, elles contribuent à la notoriété de Dinard et deviennent de véritables atouts de propagande touristique.

    Côte nord sur la Manche, le chemin de ronde de la Malouine

    Les premiers aménagements littoraux ont lieu vers 1895 lorsque l´architecte Alexandre Angier et le député Michau se proposent de prendre à leur charge une partie des travaux à exécuter sur le chemin de ronde de la Malouine. Surplombant ce parcours se dressent sur des pointes rocheuses les plus grandes villas de Dinard. Postes avancés face à la mer, elles sont spectaculaires par leurs dimensions et le développement de leurs soutènements qui magnifient le site et le rapport au rivage. Cette appropriation forte du lieu conduit leurs architectes à décliner le vocabulaire de l´architecture militaire en référence à Vauban : enceintes fortifiées, murs étayés par une file de contreforts en arcs brisés à l´aplomb de la villa Belle Assise. Ainsi, au pied de ces remparts de fortune, la promenade de la Malouine offre aux promeneurs des découvertes paysagère et architecturale des plus insolites. Au gré des anses, à même le rocher, se mêle une variété de plaisirs parfumés d´embruns. Contrairement à la promenade au Clair de lune, accessible en tous temps, ici aux grandes marées la mer reprend ses droits.

    Côte est sur la Rance, la digue-promenade du Clair de Lune

    La digue promenade du Clair de Lune est terminée en 1931 pour reconquérir une clientèle affaiblie par la crise de 1929. Son tracé sinueux, qui suit les rochers situés en contrebas des villas, relie sur plus de deux kilomètres les différents embarcadères. Afin d´atténuer la rudesse du béton coulé, de palier aux protestations des propriétaires privés, des structures ludiques ou pittoresques vont s´y greffer et créer une animation, telle la piscine d´eau de mer sur la plage du Prieuré ou la palmeraie implantée sur le quai de la Perle et achetée à l´exposition coloniale de Paris. Sur ces abords se construiront progressivement de nouveaux équipements, le Yacht Club et le Muséum d´histoire naturelle, œuvres de l´architecte Yves Hémar. Conçue comme un véritable circuit, cette promenade aménagée est en outre ponctuée de quelques bas reliefs en bronze, réalisés par des artistes bretons de renoms : Louis Henri Nicot et Armel Beaufils, qui rappellent insidieusement aux promeneurs les noms de quelques personnalités illustres et les principaux faits historiques de la station.

  • 19963500133X : Fonds privé P. Morgand, Nantes

Liens web