Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Vannes

Dossier IA56002963 réalisé en 1999

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Voir

  • Statue : Vierge à l'Enfant

Conditions de l'enquête

Cette enquête sur la ville de Vannes envisagée à partir de 1997 est le résultat d'un partenariat établi entre l'Etat (service Régional de l'Inventaire, Direction régionale de Affaires culturelles) et la ville de Vannes fixé par une convention.

Elle a pour objet le recensement systématique du patrimoine architectural de la ville dans le cadre d´un inventaire topographique, à la fois outil de connaissance et de gestion du territoire. Elle concerne l´ensemble du territoire communal y compris les secteurs périphériques et suburbains, à l'exception dans cette première étude, du secteur sauvegardé, prévu à partir de 2009.

Sur la base d'une nouvelle convention avec la Région dont dépend aujourd'hui le Service de l'Inventaire, l'étude du secteur sauvegardé a été réalisée entre 2009 et 2014.

L'étude s'est déroulée selon la chronologie suivante :

1998 : recensement du quartier historique du port (y compris les éléments inclus dans le périmètre du secteur sauvegardé).

1999 : recensement des écarts ruraux.

2000 : recensement du quartier Jeanne d'Arc.

2003-2004 : recensement des quartiers de la gare et du Mené (y compris la rive sud de la rue du Mené incluse dans le secteur sauvegardé).

2005 : recensement des quartiers ouest.

2006 : recensement des quartiers sud, est et du quartier des casernes.

2007 : recensement du faubourg de la Boucherie, ainsi que des rues Thiers, de la Loi, du 4 août 44, et de la place de la Libération.

La limite chronologique de l'étude s'est établie à 1950 pour les édifices, 1980 pour les ensembles et lotissements.

Une documentation rapide a été établie à partir de la bibliographie existante, complétée par une recherche en archives qui a concerné dans un premier temps les documents figurés généraux : cartes, plans, ainsi qu'en premier lieu les plans cadastraux anciens (qui ne concernent cependant les secteurs étudiés que comme base foncière des lotissements et rues). A mesure de l'avancement de l'enquête, des recherches plus précises ont été effectuées dans les fonds d'archives municipales et départementales du Morbihan. Pour le quartier du Port, sont intégrés en annexe une partie des textes dépouillés par Julien Danielo pour sa thèse soutenue en 2008 "Les ports d'Auray et de Vannes aux 17e et 18e siècles".

L'étude architecturale s'est faite à partir de la rue, à l'aide de plans anciens et plans cadastraux actuels. Elle a donné lieu à des prises de vues extérieures. Quelquefois une prise de contact avec les propriétaires a permis l'accès et l'étude de certains édifices ; dans le quartier du port, les maisons ont presque toutes été visitées.

A la suite de cette enquête terrain, outre les ensembles (rues, lotissements) et les édifices majeurs (la gare, par exemple), chaque édifice, rue, lotissement repéré a fait l'objet d'une fiche individuelle illustrée et documentée, reliée à la rue où l'édifice se trouve ; les ensembles repérés sont comme les maisons reliés aux rues dans lesquelles ils sont localisés. L'étude des édifices sélectionnés est actuellement en cours.

La base de données comprend en mars 2009 : 2652 dossiers Mérimée (édifices ou ensembles) et 5 dossiers Palissy (les objets ne sont pas pour l'instant compris dans cette étude), illustrée par 8200 photographies.

Pour la consultation, la hiérarchie s'établit comme suit :

-- Dossier Présentation de l'aire d'étude

-------Dossiers collectifs, c'est-à-dire dossiers de familles d'oeuvres regroupant l'ensemble des oeuvres repérées appartenant à cette famille (maison, croix, rues, lotissement, architecture artisanale etc..)

-------Ecarts (ou hameaux)

-------Dossiers sélectionnés individuels hors ville non rattaché à un écart

-------Ville

-------Faubourg. Au dossier individuel faubourg sont reliés les édifices et ensembles sélectionnés dépendant de ce faubourg

-------Quartiers. Au dossier individuel quartier sont reliés les édifices et ensembles sélectionnés dépendant de ce quartier

-------Dossier individuel : maison, lotissement, reliés à la rue (ou à l'écart) où il se trouve, rue reliée au quartier.

Quelques cas particuliers peuvent ne pas s'intercaler dans la hiérarchie.

La constitution de cette documentation normalisée est intégrée conjointement à la base de données de la Région Bretagne, aux bases de données nationales Mérimée et Palissy du Ministère de la Culture et de la Communication, ainsi qu'au SIG de la ville.

L'étude sur le port réalisée en 1998 s'est faite à l'occasion de l'exposition "Vannes une ville un port" qui a donné lieu à l'édition d'un catalogue. Une publication sur le quartier de la gare est sortie en décembre 2005 ; une autre en 2007 sur les quartiers ouest de la ville.

L'opération du secteur sauvegardé

L'opération d'inventaire du secteur sauvegardé programmée à partir de 2009 avec la Région Bretagne dont dépend aujourd'hui le service de l'Inventaire s'est contractualisée dans une nouvelle convention. L'opération est conduite sur les mêmes bases de partenariat que celles posées pour l'inventaire des quartiers périphériques : un agent recruté par la ville, intégré au service patrimoine et encadré scientifiquement par un chercheur (conservateur du patrimoine) de la Région Bretagne. L'opération a donné lieu à la publication d'un ouvrage fin 2014 "Vannes, logis en pierre, maisons en bois, l'architecture du secteur sauvegardé".

L'opération comprend les extensions du secteur sauvegardé.

Depuis le début de l'année 2013, Gertrude est le nouveau dossier électronique de l'Inventaire général. Le bloc Étude de chaque dossier qui comprend la rubrique Contributions permet de renseigner le ou les auteur(s) du dossier dont il est possible de préciser le rôle à travers trois choix possibles ; le contributeur est l'auteur principal du dossier (enquête et rédaction), le rédacteur n'intervient qu'au moment de la saisie du dossier, l'enquêteur n'a fait que le terrain et n'intervient pas dans la rédaction du dossier. Deux enquêteurs figurent pour l'opération du secteur sauvegardé

Julien Danielo, docteur en histoire de l'art sur "Les ports d'Auray et de Vannes aux 17e siècle et 18e siècle : ville, architecture et identité portuaire sous l'Ancien Régime" (diplômé en 2008) a été sollicité pour des recherches d'archives.

En raison des nombreux documents conservés et de la multiplicité des sources à consulter, son travail s'est porté d'abord sur les archives de la réformation, série B2340 et B2341 des Archives départementales de Loire-Atlantique, puis des séries B, G, 6E et 17c des Archives départementales du Morbihan et enfin sur la série 1O216 des Archives municipales de Vannes.

Concernant le rentier ducal de Vannes de 1455-1458, la transcription de ce document d'archive exceptionnel utilisé pour les dossiers du secteur sauvegardé, a été réalisée par Marion Mauvais. Ce travail de transcription a fait l'objet de son master 1 sous la direction de Marie Casset (Lorient : Université de Bretagne sud. 2012). Dans un travail complémentaire en master 2 "La topographie de Vannes au 15e siècle, à partir des données du livre rentier de 1455-1458", Marion Mauvais a appliqué ces données aux surfaces cadastrales de la ville émanant du premier cadastre de 1807-1809. Elle figure à ce titre comme enquêteur dans l'opération d'inventaire du secteur sauvegardé.

INTRODUCTION

Darioritum, nom correspondant à la notion de gué, est une ville gallo-romaine créée après la victoire de César sur les Vénètes en 56 Av. J.C. Elle s'établit sur deux sites séparés par le port : la colline de Boismoreau, urbanisée entre le Ier et le IIIe siècle avec forum et basilique, et la colline du Méné, escarpée et plus facile à défendre, sur laquelle est construit à la fin du IIIe siècle, le castrum de forme triangulaire d'environ cinq hectares qui sera la base de la ville médiévale. Le château de la Motte, plus ancienne résidence du pouvoir civil et militaire (détruit), occupait le nord de l'enceinte. Au cours du Moyen-Age, la ville devenue siège d'un évêché (Saint-Patern, 1er évêque en 466) semble prospère sous la domination franque. Elle est malmenée par les normands en 919. Son histoire est ensuite liée à la Bretagne : domination des Comtes de Vannes et de Largoët, puis domaine ducal. La ville s'étend hors les murs à partir du XIII siècle vers les faubourgs du Méné, Saint-Patern, Saint-Salomon et le quartier du port. Siège de la Chambre des Comptes et des réunions des Etats de Bretagne, Vannes devient en 1379 résidence ducale jusqu'au milieu du XVe siècle : le duc Jean IV y fait construire son château de l'Hermine (détruit) et agrandit l'enceinte urbaine vers le sud. A partir du XVIe siècle, la Maison commune dotée d'un beffroi occupe l'ancienne chambre des Comptes. Au XVIIe siècle, malgré l'arrivée des congrégations religieuses à la périphérie la ville stagne et perd son rôle stratégique. Entre 1675 et 1689, l'exil du Parlement à Vannes dynamise la construction dans la rue Saint-Vincent (parlementaires) et sur le port (marchands). Axes routiers principaux, aménagement du port et plan d'embellissement dessinés au cours du XVIIIe siècle. Il en résulte l'aménagement de la place Gambetta par les architectes de la ville, Philippe Brunet-Debaines de 1834 à 1836, puis Marius Charier, après 1838. La ville décline jusqu'à l'arrivée du chemin de fer et des casernes (routes de Rennes et Pontivy) à partir de 1860 : on constate alors le transfert de l'activité économique autour de la gare, et une forte poussée constructive dans ce quartier ainsi que dans le nouveau quartier résidentiel Jeanne d'Arc-Albert Ier.

Vers 1930, puis après la seconde Guerre mondiale, on assiste à une explosion des lotissements qui occupent petit à petit l'espace entre les voies de communications. Dans les années 60, la crise du logement, générale en France, est en partie résolue à Vannes par la création de la zone d'aménagement de Kercado, puis de la ZUP de Menimur.

L'activité industrielle de la fin du 19e siècle sera éphémère, la plupart des entreprises (fonderie de Kerino, tannerie Douaud, scierie Ducroquet, la Boulonnaise) touchées par les difficultés économiques lors de la première Guerre mondiale et la crise de 1929, ferment avant la seconde Guerre mondiale. Elle ne reprendra que dans les années 60 avec la création de la Z. I. du Prat pour accueillir l'usine de production Michelin. Pourtant le secteur tertiaire reste aujourd'hui le principal secteur d'activité de la ville. Ville administrative, commerçante et résidentielle, Vannes tire aujourd'hui partie d'un potentiel touristique important, en lien avec le Golfe du Morbihan.

Aires d'études Vannes
Adresse Commune : Vannes

Annexes

  • Sources iconographiques

    20075605795NUCA : Plan aquarellé, milieu du 18e siècle - Bibliothèque de Rennes-Métropole

    20075601248NUCA : Carte, vers 1780 - Archives départementales du Morbihan

    19975601135X : Plan aquarellé, 99,5 x 67,41 cm, 1807-1809 - Archives municipales de Vannes - 21 Fi.

    19975601237X : Plan aquarellé, 99,5 x 67,4 cm, 1807-1809 - Archives municipales de Vannes

    19985600335XA : Plan aquarellé, 1844 - Archives municipales de Vannes - 21 Fi.

    19985600213XA : Plan, 1847 - Archives municipales de Vannes

    19985600191XA : Plan, 58,7 x 43,4 cm, 1869 - Archives municipales de Vannes

    19985600197XA : Plan, 75,4 x 56,1 cm, 1898 - Archives municipales de Vannes

    19985600202XA : Plan, 84,7 x 99,4 cm, 1897 - Archives municipales de Vannes

    19985600207X : Carte, 4e quart 19e siècle - Archives municipales de Vannes - 21Fi.

    19985600211XA : Plan, 2e quart 20e siècle - Archives municipales de Vannes

    19985600418XB : Dessin, 18e siècle - Archives départementales du Morbihan - 2 Fi 477.

    19985600404XB : Dessin, 1859 - Archives départementales du Morbihan - 2 Fi 530.

Références documentaires

Documents figurés
  • La carte du Morbihan. Faict par moy Legrain. 1637. 6 feuilles vélin. Ms. Enluminées, assemblées en une carte, 1050 X 1390, échelle env. 1/75000. B.N.F. Cartes et plans. S.H. Archives 16. Composée de six feuilles vélin assemblées, la Carte de Morbihan représente à l´échelle approximative de 1/75000 les côtes du Morbihan, de l´Isle de Quiberon à la pointe de Penerif, Belisle, Houat et Haydic. En haut, à gauche figurent les armes de France ; à droite, les armes de Bretagne et celles du sieur d´Estampes-Valençay. Les différents cartouches contiennent la longue légende de la carte, l´explication des signes conventionnels, et un calendrier des phases lunaires. Outre la forêt de Rhuys et le château de Suscinio, Sainte-Anne d´Auray, le moulin de Campen et de nombreux autres villages, le document livre les vues cavalières des villes d´Auray et de Vannes, d´une extrême précision. Sur ce qu´il convient de considérer comme le plus ancien plan de Vannes sont en effet représentés la cathédrale, la croix de la Poissonnerie, les remparts dont les deux tours de l´Hermine, les bastions de la Ligue, la porte Saint-Vincent, le quai au vin inachevé, l´église Saint-Patern, la place du Marché, les couvents des Ursulines et des Carmes Déchaux, etc. Ce plan rapproché sur Vannes permet de découvrir une représentation figurée très ancienne de la ville close. Malgré quelques erreurs liées à des problèmes d´échelle et de perspective, le dessin illustre avec précision non seulement l´enceinte urbaine mais, au delà des fossés, les faubourgs et les principales voies d´accès. Au sud, la vue du quartier du port telle qu´elle est présentée confirme ce que les archives décrivent à la même époque. La porte Saint-Vincent dessert le pont en Y, de part et d´autre les douves sont profondes, et il n´y a pas d´habitation devant les trois bastions situés à l´ouest. Par contre la rue des Douves du Port est nettement visible grâce à l´alignement de maisons ; alignement qui se prolonge jusqu´au couvent des Carmes pour former la « grande rue de Kaër ». Au sud-ouest des douves, devant le bastion de Gréguennic, une maison symbolise sans doute les îlots rapprochés du four de Kaër, de la Grande Maison et de celui qu´on appelle aujourd´hui « Moulin du Roi » ; à moins que ce dernier îlot ne soit figuré légèrement plus bas, par ce petit bâtiment au bord du rivage, le long de ce qui est l´ancien quai. Au sud, toujours sur cette même rive on discerne successivement la chapelle Saint-Julien, l´enclos de la Santière puis le hameau de Trussac. Le Grain représente également le nouveau quai au Vin, construit à partir de 1604. Il s´avance depuis l´ancien quai dans la rivière, parallèlement à la grande rue de Kaër. Lors de son passage à Vannes, en 1636, soit l´année précédant celle de ce document, Dubuisson-Aubenay en donne cette description : « Vous passez le pont à six arcardes qui est devant (la porte Saint-Vincent), et prenant à droite, vous allez le long de la rivière et du quay sur lequel il y a un petit môle de cent pas, avancant dans la rivière, qui sert de promenoir aus marchands et à tous ceux de Vennes... » . Même si ce « môle » sert à la promenade, il s´agit tout d´abord d´un quai dont l´aménagement n´est pas tout à fait achevé en 1636-1637 puisqu´il reste à combler les vasières situées à l´arrière de l´ouvrage. Sur la rive gauche Le Grain n´a pas dessiné la chapelle du Fety devant le pont Saint-Vincent. On devine toutefois une maison isolée qui peut être est celle du Petit Paris, au bas de la rue de Calmont-Haut. Cette rue est repérable à son double alignement de maisons, parallèle à la voie. A Calmont-Bas, par contre, une simple rangée de maisons borde une partie du rivage où il n´y a pas de quai. Plus loin se trouve la croix des Capucins à l´entrée du chemin qui mène au couvent du même nom.

    Bibliothèque nationale de France : Cartes et plans. S.H. Archives 16
  • A. D. Morbihan 1 Fi 88/1. Vannes en 1785, avec indication des alignements projetés. Copie du plan d'embellissement de Maury : quartier du centre.

    Archives départementales du Morbihan : 1 Fi 88/1
  • A. D. Morbihan 2 Fi 477. Vue de la ville de Vannes du costé du port, dessin de Robien, milieu 18e siècle.

    Archives départementales du Morbihan : 2 FI 477
  • A. M. Vannes. 21 Fi. Plan cadastral 1807-1809. Tableau d'assemblage de la commune et plan par sections. Delavau (ingénieur) ; Dreuslin (géomètre). Plan aquarellé, 99,5 x 67,41 cm.

    Archives municipales de Vannes : 21 FI
  • A. D. Morbihan. 1 Fi 84. Plan des ville port et faubourgs de Vannes (dit plan de Robien). Dessin : plan, [ Robien], vers 1824. Ech. 10.7cm. pour 250 toises, papier, encre de chine, lavis couleur, 53.5 L.X 38.5 l.

    Archives départementales du Morbihan : 1 Fi 84
  • A. D. Morbihan 2 Fi 530. Août 1859. La pointe de Celin, dessin de Le Roch.

    Archives départementales du Morbihan : 2 Fi 530
  • A. D. Morbihan, 1 Fi 975, Plan de la ville et des environs de Vannes. Estampe, plan masse par Bassac E. (géomètre), Caudéran A. (éditeur), Klein E. (graveur), 1885. Ech. 1 : 5000 .

    Archives départementales du Morbihan : 1 Fi 975
  • A. M. Vannes. Fonds Saint-François-Xavier. Plan de la ville et des environs de Vannes. Estampe, plan masse par Bassac E. (géomètre), Caudéran A. (éditeur), Klein E. (graveur), 1850. Ech. 1 : 5000.

    Archives municipales de Vannes : Fonds Saint-François-Xavier
  • A. M. Vannes. Plan de la ville et des environs de Vannes. Estampe, plan masse par Bassac E. (géomètre), Caudéran A. (éditeur), Klein E. (graveur), 1869. Ech. 1 : 5000, carton, lithographié, 58,7 L ; X 43,4 l.

    Archives municipales de Vannes
  • A. M. Vannes. Plan de la ville de Vannes et des environs. Estampe : plan masse par Léchard (agent-voyer d'arrondissement), veuve Lafolye (graveur-éditeur), 1897. Ech. 1 : 5000, carton, lithographié, crayon de couleur, 84,7 L. X 99,4 H.

    Archives municipales de Vannes
  • A. M. Vannes. Plan de la ville et des environs de Vannes. Estampe, plan masse par Bassac E. (géomètre), Caudéran A. (éditeur), Klein E. (graveur), 1898. Ech. 1 : 5000, carton entoilé, lithographié ; crayon rouge, 75,4 L ; X 56,1 l.

    Archives municipales de Vannes
  • A. M. Vannes. Plan de Vannes, 2e quart 20e siècle.

    Archives municipales de Vannes
  • A. D. Morbihan. 1 Fi 382 1-5, Pl. 4. Plan topographique régulier [de la commune de Vannes]. Estampe : plan par Guillerminet, ministère de la Reconstruction, 1947-1948. Ech. 1 : 2000e, papier, imprimé couleur, 105 Lx 67.5 l.

    Archives départementales du Morbihan : 1 Fi 382
Bibliographie
  • La Bretagne, d'après l'itinéraire de Monsieur Dubuisson-Aubenay. Suivi de Profil de la Bretagne, par Jean-Baptiste Babin (1663). Coordonné par Alain Croix. Presses universitaires de Rennes ; Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, Rennes, 2006.

  • DUHEM, Gustave. Les églises de France, Morbihan. Paris : librairie Letouzey et Ané, 1932. 237p., 18,5 cm.

  • GAUTHIEZ, Bernard. Espace urbain. Vocabulaire et morphologie. Coll. Principes d'analyse scinentifique. Editions du Patrimoine, 2003.

  • LAIGUE, Cte R. de. La noblesse bretonne aux XIVe et XVe siècles. Evêché de Vannes. Rennes, 1902. Rééd. 2001., p. 558-562.

    p. 834-847
  • LALLEMAND, Alfred. Les origines historiques de la ville de Vannes. Imprimerie Galles. Vannes.1904.

  • LE DUC, Anne. Les croix et calvaires des trois cantons de l'arrondissement de Vannes. Université de Rennes II, 1981-1982.

  • LEGUAY, sous la direction de Jean-Pierre. Histoire de Vannes et de sa région. Toulouse : éditions Privat. Pays et villes de France, 1988. 320p. ; 23,5 cm.

  • LE MENE, Joseph-Marie. Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. Genève-Spézet, Slatkine-Coop Breizh, 1994, réédition de Vannes : imprimerie Galles, 1891-1894. Vol. 1 : 552p ; vol. 2 : 538p. In 8°.

    P. 431-529
  • LE MENE, Joseph-Marie. Histoire du diocèse de Vannes. Vannes, 1889. T. II.

  • LE MENE, Joseph-Marie. Topographie historique de Vannes. Vannes, Galles, 1897.

  • Le manoir en Bretagne, 1380-1600. Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France. Paris : Imprimerie Nationale, 1993. (Cahiers de l'Inventaire ; 28).

  • MAHE, chanoine J. Essai sur les antiquités du département du Morbihan. Vannes, Galles, 1825.

  • MOISAN, Joseph. La propriété écclésiastique dans le Morbihan pendant la période révolutionnaire. Vannes, imprimerie Lafolye frères, 1911.

  • OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. 1ère édition 1778-1780. Nouvelle édition, revue et augmentée par MM. A. Marteville, et P. Varin, avec la collaboration principale de MM. De Blois, Ducrest de Villeneuve, Guépin de Nantes et Lehuérou. Rennes, 1843.

    p. 940-961
  • ROBIEN, Christophe Paul Sire de. Histoire ancienne et naturelle de la province de Bretagne. Description historique, topographique et naturelle de l'ancienne Armorique. Mayenne : Joseph Floch imprimeur-éditeur, 1974, 1ère édition, 1756. 386 p. ; 32 cm.

  • TAYLOR J., NODIER Charles, DE CAILLEUX Alph. Voyages pittoresques dans l'ancienne France. Paris : Firmin Didot frères imprimeurs. 1845. 259 p. ; in folio.

  • THOMAS-LACROIX, Pierre. Le vieux Vannes. Malestroit, presses de l'Oust, 2e édition, 1975.

Périodiques
  • DEGEZ, Albert. Le colombage vannetais. Essai de classification et de datation des maisons en pan de bois à Vannes. Vannes, Impr. Galles. In : Bulletin de la Société polymathique du Morbihan. 1980, tome 107.

  • GUYOT-JOMARD, Alexandre. La ville de Vannes, ses murs, ses abords, ses fauxbourgs, voies, chemins et routes. In : Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, 1887 et 1888. Vannes, impr. Galles, 1889.

  • MARSILLE Henry. Vannes au Moyen-Age. Vannes, I. O. V. In : Bulletin de la Société polymathique du Morbihan. 1982, t. 109, 149p.