Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Trélévern

Dossier IA22009780 réalisé en 2007

Fiche

Œuvres contenues

1- Evolution démographique (1854-1999)  :

Trélévern en 1854, pop. 1 051 habitants (source : Jollivet).

Trélévern en 1946, pop. _ 622 habitants (source : Insee).

Trélévern en 1968, pop. _ 889 habitants (source : Insee).

Trélévern en 1975, pop. 1 017 habitants (source : Insee).

Trélévern en 1982, pop. 1 239 habitants (source : Insee).

Trélévern en 1990, pop. 1 254 habitants (source : Insee).

Trélévern en 1999, pop. 1 309 habitants (source : Insee).

2- Trélévern : principaux repères (Pichouron Patrick) :

Trélévern, Treleven en breton, est une commune littorale du département des Côtes-d'Armor située dans le Trégor à environ dix kilomètres au nord-est de la ville de Lannion. D'une superficie totale de 694 hectares, le territoire, borné au nord par la Manche, est limitrophe des communes de Trévou-Tréguignec à l'est, de Camlez au sud-est, de Kermaria-Sulard au sud et de Louannec à l'ouest [fig. 1].

Paroisse du diocèse de Tréguier issue probablement du démembrement de celle de Louannec et siège de la châtellenie de Kergouanton sous l'Ancien Régime, Trélévern est citée comme telle en 1330 dans l'enquête du procès de canonisation de saint Yves où elle apparaît sous les formes Trieveleveron, Trielevaren, Tresveler, Treslever et Trezlever. Le toponyme, rencontré sous la forme Treleguern en 1395, associe au vieux-breton treb, signifiant "village, lieu cultivé", l'anthroponyme breton meren lénifié, selon Bernard Tanguy, en veren.

Trélévern a élu sa première municipalité au début de l'année 1790, puis, par ordonnance royale du 23 juin 1842, la paroisse a été amputée de l'actuel territoire de Trévou-Tréguignec érigé en succursale de la cure de Perros-Guirec.

3- Trélévern : le patrimoine architectural (Pichouron Patrick) :

La présente enquête a été réalisée au cours du mois d'avril 2007 dans le cadre de l'opération d'inventaire préliminaire à l'étude du patrimoine des communes littorales du département des Côtes-d'Armor menée conjointement depuis février 2002 par le Conseil Général et le Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de Bretagne.

Elle a permis de procéder au repérage de 97 oeuvres, parmi lesquelles 85 relèvent de l'architecture domestique et agricole et 8 de l'architecture religieuse, commémorative et funéraire.

La chronologie des oeuvres repérées est comprise entre le début du 16ème siècle et le 2ème quart du 20ème siècle.

Si aucune oeuvre ne fait l'objet d'une protection au titre de la législation sur les monuments historiques à Trélévern, 4 oeuvres, dont l'ancienne métairie noble de Kerninon, ont cependant fait l'objet d'une proposition de sélection en fonction de critères d'ancienneté, de qualités architecturales, d'unicité ou de représentativité [fig. 3 à 5].

4- Le patrimoine littoral et maritime de Trélévern (Guy Prigent) :

La commune de Trélévern compte près de 4 km de façade maritime où la pression foncière commence à urbaniser le littoral.

Le patrimoine littoral de la commune de Trélévern comprend des oeuvres témoins de la défense des côtes, depuis la batterie de Crec'h Ty Gward (datée de 1817) aux blockhaus, vestiges de la seconde guerre mondiale, architecture ultime du littoral. Pors Spern (Port L'Epine) rappelle que la commune a compté quelques marins-pêcheurs et goémoniers, que l'inspecteur général des pêches, Le Masson du Parc a repérés lors de sa visite des côtes en 1727. Le commerce des engrais marins (goémon et sable) et la pêche aux maquereaux étaient suffisamment importants dans ce petit havre à la fin du 19ème siècle pour que l'administration décide de construire en 1882 un quai à l'usage des marins-pêcheurs. Les pratiques goémonières ont longtemps fait vivre cette paroisse, régulièrement en conflit avec sa voisine Trévou. Cette situation de "guerre du goémon" trouva une solution avec un arrêté municipal du 17 novembre 1850, règlementant définitivement l'usage des goémons de rive et sur les îles. La fête du lichen rappelle chaque été que Pors Spern était encore dans les années 1990, le point de récolte le plus important de la côte Nord Bretagne pour les lichens rouges, où environ 120 tonnes sont récoltées annuellement. Les vestiges d'une pêcherie dans l'anse de Pors Garo apportent la preuve que la pêche à pied et la recherche du pouillen comme affare pour la pêche au maquereau, représentaient une activité vivrière importante au cours des siècles passés. D'autre-part, le faciès particulier de la côte, avec ses nombreux cordons de galets, chicots rocheux et îlots, a fait reculé sur le plateau un habitat rural dispersé. L'agriculture littorale a pu néanmoins s'implanter sur une partie du linéaire côtier et a conservé encore aujourd'hui une place résiduelle sur les nombreux coteaux. L'environnement maritime de la commune représente un atout à la fois patrimonial et touristique pour cette commune, à condition d'éviter toute artificialisation supplémentaire du trait de côte.

Aires d'études Communes littorales des Côtes-d'Armor
Adresse Commune : Trélévern

Annexes

  • 20072208637NUCB : Tableau d'assemblage des plans cadastraux parcellaires de 1819 - Archives départementales des Côtes-d'Armor - 4 num 1/48, Numplan 1.

    20072208640NUCB : Croquis à la plume, 1ère moitié du 20ème siècle - Archives départementales des Côtes-d'Armor - 60 J 198.

    20082205218NUCB : - Collection particulière

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Côtes-d'Armor : 2 O 363/1, bâtiments communaux (1824-1940).

Documents figurés
  • AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/48, plans cadastraux parcellaires de 1819.

    Numplan 1, tableau d'assemblage. Documents consultables sur le site Internet <I>http://archives.cotesdarmor.fr</I>
Bibliographie
  • COUFFON, René. Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier. Saint-Brieuc : Les Presses Bretonnes, 1939.

    p. 561-562
  • FLOHIC EDITIONS. Le patrimoine des communes des Côtes-d'Armor. Charenton-le-Pont : Flohic éditions, 1998, 2.

    p. 838-839
  • JOLLIVET, Benjamin. Les Côtes-du-Nord, histoire et géographie de toutes les villes et communes du département. Guingamp : B. Jollivet, 1854, 4.

    p. 113-115
  • LE SAULNIER DE SAINT-JOUAN, Régis. Dictionnaire des communes du département des Côtes-d'Armor : éléments d'histoire et d'archéologie. Saint-Brieuc : Conseil Général des Côtes-d´Armor, 1990.

    p. 772-773
  • MAHE, Guy. Chroniques de Trélévern des origines à nos jours. Pédernec : Imprimerie Henry, 2001.

  • OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Rennes : Deniel, 1853, 2.

    p. 931
  • TANGUY, Bernard. Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes-d'Armor : origine et signification. Douarnenez : Ar Men-Le Chasse Marée, 1992.

    p. 338