Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Sainte-Marie

Dossier IA35013757 réalisé en 2001

Fiche

Œuvres contenues

Située au nord-est de Redon, la commune de Sainte-Marie s'étend sur 2528 hectares, la rivière de Vilaine marquant la limite sud du territoire et du département. A l'est et au nord, elle est voisine de Renac, à l'ouest de Bains-sur-Oust, toutes deux appartenant également au canton rural de Redon.

Le sous-sol est principalement composé de schiste (schistes et arkoses de Bains, schistes d'Angers), matériau utilisé dans la majorité des constructions et dont la qualité a permis l'exploitation d'ardoisières à la Grée Saint-Jean et à la Roche, occupant une partie de la population au 19e siècle dans la 1ère partie du 20e siècle. La vallée de la Vilaine délimite une large bande de terres alluvionnaires et une importante zone de marais au sud (marais de la Gagnerie, de la Charterie) et surtout à l'est, où l'ancien cours de la rivière forme un coude aux limites communales.

Jusqu'en 1872, le territoire de l'actuelle commune dépend de Bains-sur-Oust ; quelques villages, Germigniac, Prin et Spiluc sont mentionnés dans les textes dès le 9e siècle, tandis qu'au milieu du 19e siècle, les continuateurs de Jean-Baptiste Ogée, Marteville et Varin, mentionnent les Haut et Bas-Bel, la Couplais, la Boulais, Haut-Prain, la Borgnais, le Gravier, l'Aumônerie, Fouy, Saint-Jean-d'Épileur, Tournebride, aujourd'hui sur le territoire de Sainte-Marie, comme principaux villages.

La constitution d'une paroisse indépendante en 1845, puis d'une commune, vient du regroupement des frairies du Haut-de-Prin (ou Haut de Prain), Pont de Renac et Timouy qui construisent, du fait de l'éloignement de l'église paroissiale de Bains, une chapelle dédiée à saint André en 1820 ; érigée en paroisse en 1845, elle prend le nom de Sainte-Marie et une nouvelle église, plus importante, est construite à partir de 1855 à proximité du presbytère existant. Ces deux bâtiments vont former le noyau du bourg actuel.

Le bâti recensé date en majoritairement du 19e siècle (46,5 %) et du 20e siècle (27 %). Une proportion non négligeable date du 18e siècle (22,5 %). Les ouvrages antérieurs à cette époque ne représentent pas plus de 6 %.

Si l'architecture nobiliaire n'est plus représentée sur la commune (seules subsistent les vestiges de l'ancien manoir de Rohignac), le patrimoine religieux recèle un édifice remarquable, la chapelle Saint-Jean d'Épileur, qui renferme un important cycle de peintures murales réalisées au début du 14e siècle.

Aires d'études Ille-et-Vilaine
Adresse Commune : Sainte-Marie

Annexes

  • 20013513915NUC : - Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    20013513916NUC : - Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

Références documentaires

Documents figurés
  • Ille-et-Vilaine. Commune de Bains-sur-Oust. Tableau d'assemblage, plan cadastral napoléonien, 16 octobre 1847, échelle : 1/20 000e. (A.D. Ille-et-Vilaine : 3 P 5245).

  • Ille-et-Vilaine. Commune de Bains-sur-Oust. Tableau d'assemblage, plan cadastral napoléonien, 1817, échelle : 1/20 000e. (A.D. Ille-et-Vilaine : 3 P 5611).

  • Carte de la France, feuille 129, Rennes, plan, par César-François Cassini de Thury, levée vers 1783, échelle : 1/86 400 (A.D. Ille-et-Vilaine).

Bibliographie
  • BANÉAT, Paul. Le Département d'Ille-et-Vilaine Histoire Archéologie Monuments. Rennes : Librairie Moderne J. Larcher, 1927-1929, 4 vol.

    t. 4, p. 23-25
  • GUILLOTIN DE CORSON. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray Libraire-éditeur. Paris : René Hatton Libraire-éditeur, 1882-1886, 6 vol.

    t. 3, p. 258, 622, 652 ; t. 6, p. 9-11
  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 vol. (Le patrimoine des communes de France).

    t. 2, p. 1192-1195
  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

    p. 66-67