Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Plounérin

Dossier IA22017206 réalisé en 2010

Fiche

Œuvres contenues

Le recensement des éléments bâtis du territoire de la commune de Plounérin, d'une superficie de 25,89 km², a été réalisé en 2009-2010 par le service de l'inventaire du patrimoine culturel de la Région Bretagne. Nombre d'éléments bâtis recensés : 467.

Nombre de dossiers d'études : 42 soit 8,9 % du corpus.

Administration

Plounérin est une commune française, située dans le département des Côtes-d'Armor et la région Bretagne. Elle dépend de la circonscription de Plouaret (arrondissement de Lannion). Appartenant au Pays du Trégor-Goëlo, elle fait partie de la Communauté de communes de Beg ar C'ha créée en 1994.

Étymologie

"Ploenerin" est mentionné dès 1425. Selon Hervé ABALAIN (Les noms de lieux bretons), Plounérin signifie en breton la "paroisse de Nérin". En breton, "plou" signifie la paroisse. Ce terme tire son origine du latin : "plebs, plebis" qui veut dire "peuple", "gens". L´origine de "Nérin" a deux explications : premièrement, le terme ferait référence à une peuplade irlandaise venue d´Erin ; deuxièmement, en référence à Saint-Nérin, évêque du 7e siècle fêté le 15 mai et patron de l´église paroissiale. Plounerin en breton ; les habitants : les Plounérinais, en breton, Plounerinad (Plouneriniz), Plounerinadez (-ed).

Géographie

Située au sud du Trégor, Plounérin a pour communes limitrophes : Plufur et Lanvellec au nord, Plounévez-Moëdec à l´est, Loguivy-Plougras, Plougras et Guerlesquin au sud, Plouégat-Moysan à l´ouest et Trémel au nord-ouest.

Plusieurs cours d´eau délimitent naturellement la commune de Plounérin : au nord, le Yar et le ruisseau de Goaz Meur (avec Plufur) ; à l´est, le ruisseau de Rozanbo (avec Lanvellec) ; au sud, la rivière du Guic (avec Loguivy-Plougras) et un affluent du Guic (avec Guerlesquin).

D´une superficie de 2589 hectares (soit 25,89 km²), 6 km du nord au sud, 7 km d´est en ouest.

Le bourg se situe à 205 m d´altitude. L´altitude minimale est de 105 m, maximale de 247 m.

Cours d´eau : le Yar ; ruisseau de Goaz Meur ; ruisseau de Rozanbo ; rivière du Guic ; affluent du Guic.

Pièces d´eau : l´Etang du Moulin Neuf.

Bassin versant : Baie de Lannion.

Géologie et pédopaysages (analyse des sols)

"Le sol, généralement uni, est de constitution granitique avec quelques roches amphiboliques ; près de la Clarté, on trouve du diorite [roches magmatiques]. Les terres, peu boisées, sont de médiocre qualité ; beaucoup de landes attendent encore le soc défricheur ou la graine de pins qui les rendraient productives" (source : RIGAUD, Jean-Marie. 1890).

Un habitat historiquement dispersé : les hameaux

Selon le Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne de 1853, Plounérin compte 32 hameaux : "Kerensalvy, Quirio, Petit-St-Junay, Grand-St-Junay, Jegou, Ke Nilaouen, Quero, Kermeur, Tudorec, Trevoéa, Kergoat-Bras, les Trois-Grands-Arbres, ar Voern, Tourbajou, ar Pinquer, Quélenec-Bras, ar Gostanot, Crec´h-an-Nec´h, Kerigonen [Kerigonan], Coat-Quis, Mesmeur, Kernioc, ar Voas-Voën, Coat-ar-Roux, Kergus, ar Recho [Ar Réchou], Prigent [Kerprigent], Kerdonan, Rivino, Roudorovoen [Roudouarvoen], Pont-Izé, Bruliec [Bruillac]".

Données démographiques

1793 : 1 558 habitants.

1800 : 1 277 habitants.

1806 : 1 374 habitants.

1821 : 1 320 habitants.

1831 : 1 516 habitants.

1836 : 1 620 habitants.

1841 : 1 675 habitants.

1846 : 1 740 habitants.

1851 : 1 788 habitants.

1856 : 1 700 habitants.

1861 : 1 692 habitants.

1866 : 1 849 habitants.

1872 : 1 913 habitants.

1876 : 1 930 habitants.

1881 : 1 770 habitants.

1886 : 1 719 habitants.

1891 : 1 594 habitants.

1896 : 1 621 habitants.

1901 : 1 500 habitants.

1906 : 1 532 habitants.

1911 : 1 518 habitants.

1921 : 1 454 habitants.

1926 : 1 435 habitants.

1931 : 1 322 habitants.

1936 : 1 182 habitants.

1946 : 1 164 habitants.

1954 : 1 016 habitants.

1962 : 845 habitants.

1968 : 785 habitants.

1975 : 701 habitants.

1982 : 689 habitants.

1990 : 649 habitants.

1999 : 696 habitants.

2006 : 733 habitants.

2008 : 743 habitants.

Densités de population :

1876 : 74,5 habitants au km² (maximum).

1990 : 25 habitants au km² (minimum).

2008 : 28,7 habitants au km² (aujourd´hui).

La paroisse de Plounérin

Plounérin est mentionné comme paroisse de l'évêché de Tréguier dès 1425 par Jean V, duc de Bretagne (1389-1442). Elle dépendait du siège royal de Morlaix. Jean de Penhoët (1360-1448), fils de Guillaume de Penhoët et de Jeanne de Fronsac est seigneur de Plounérin. Il est chevalier, chambellan et amiral de Bretagne. En 1695, la seigneurie de Plounérin passa aux mains du sire de Breilhac ou Bruliec [Bruillac]. La paroisse dépendait en 1789 "de la subdélégation et pour ressort Morlaix. La cure était à l alternative" (source : OGEE, Jean. 1779).

La commune au milieu du 19e siècle

"Sa population est de 1 788 habitants et sa superficie de 2 588 hectares 69 ares, dont :

- 1 242 hectares sous terres labourables,

- 456 sous prés et pâtures,

- 69 sous bois,

- 10 sous verger et jardins,

- 681 sous landes et terres incultes,

- 21 sous étangs.

Elle renferme 364 maisons, 10 moulins. Son revenu cadastral est de 31 846 francs 89 centimes et son revenu vrai de 66 694 francs soit 1/2 pour proportion entre ces deux nombres. [...]

Le territoire de Plounérin forme la limite extrême du département des Côtes du Nord, à l´ouest. En le quittant, on entre dans le Finistère. Il est assez productif en grains et bien cultivé. [...] Son bureau de poste est Belle-Isle-en-Terre ; mais le facteur de la poste aux lettres ne visite la commune que tous les deux jours. [...] Deux écoles communales. Près de la gare, il vient d´en être établi une pour les deux sexes" (sources : OGEE, Jean. 1853 ; JOLLIVET, Benjamin-Philibert. 1856).

"Ecole de garçons, 64 élèves ; de filles, 110 élèves" (source : GAULTIER DU MOTTAY, Joachim. 1862).

Découvertes archéologiques

Un menhir près du hameau de Quinio, à 3 km à l´est du bourg (Néolithique : 5000 à 2000 av. J.-C.).

Découverte de 81 haches en 1864 dans un lieu indéterminée (Age du bronze : 2000 à 700 av. J.- C.).

Stèle à Kerlan (Âge du Fer : 750 à 20 Av. J. C.).

Enclos à Kertanguy (époque indéterminée).

Ensemble d´enclos à Le Cluze (époque indéterminée).

Briques et vases près de la chapelle Saint-Quirio (époque gallo-romaine).

Monuments et sites remarquables

Edifices ou édicules religieux :

Assemblage de trois croix de Pont Hir (haut Moyen Age ; 19e siècle).

Chapelle de Notre-Dame de Bon-Voyage (4e quart 16e siècle - limite 16e siècle 17e siècle)

Oratoire de la chapelle de Notre-Dame de Bon-Voyage (4e quart 16e siècle)

Croix de mission dite "la chaire de Plounérin" (4e quart 16e siècle ; 1861)

Ancien presbytère de Saint-Junay (1ère moitié 17e siècle ; 19e siècle).

Chapelle de la Clarté (17e siècle).

Fontaine de dévotion Saint-Jean, Ar Réchou (17e siècle).

Fontaine de dévotion, Saint-Quirio (17e siècle).

Calvaire de la Trinité (1608).

Croix de chemin, Ar Réchou (1609 ; 1802).

Chapelle de Kerigonan (18e siècle).

Croix de chemin à Le Bot (route de Guerlesquin) (17e siècle).

Ancien presbytère au bourg (1863).

Chapelle Saint-Quirio (1879).

Eglise paroissiale Saint-Nérin (4e quart 19e siècle).

Edifice public :

Monument aux morts (1922).

Logis nobles :

Ar Véot (familles de la Boulaye, La Lande, du Cosquer), ensemble composé de deux manoirs (15e siècle ; 4e quart 16e siècle).

Keraez ou Keraës au bourg (limite 16e siècle 17e siècle ; 19e siècle) (édifice très fortement remanié).

Kergoat (limite 16e siècle 17e siècle).

Lesmoal (famille le Meur, de Cazin, le Rouge) (2e quart 16e siècle).

Enceinte fortifiée de l'ancien manoir de Bruillac (famille du Chastel) (4e quart 16e siècle).

Colombier de l'ancien manoir de Bruillac (famille du Chastel) (16e siècle)

Colombier de Lesmoal (Maurice le Meur, 2ème du nom) (2e moitié 16e siècle).

Maisons et fermes datées :

15 rue de l´église (1619).

Toul Balaven (1651).

Kertanguy (1670).

18 rue de Bon-Voyage (1680).

Maison, Hent Park Nevez (1715).

Kerambail (1734).

Ar Réchou (1808).

Ar Réchou (1810).

Crec´h ar Lay (1810).

Pempoul Vihan (1827).

Garz Bihan (1832).

40 rue de Bon-Voyage (1833).

12 rue de l´église (1834).

Toull Cuz (1836).

36 rue de Bon-Voyage (1840).

Kerdreil (1842).

Roudourarvoën (1842).

Kertanguy (1843).

Poste Neuve (1846).

1 Koad Don (1847).

Roudouarvoen (1848).

19 rue de Bon-Voyage (1849).

Kerguioc´h (1849).

Kersalvy (1857).

20 rue de l´église (1864).

54 rue de Bon-Voyage (1936).

La Fromagerie (1936).

Saint-Junay Bihan (1936).

58 rue de Bon-Voyage (1938).

Kerigonan (1969).

Aires d'études Schéma de cohérence territoriale du Trégor
Adresse Commune : Plounérin

Annexes

  • Saints liés à Plounérin

    "Saint Kirio ou Kiriou (saint Guirec)

    Evêque, confesseur, 9 juillet.

    Invoqué pour la guérison de plaies et panaris.

    Chapelle à Plounérin, maintenant détruite.

    Honoré à Ploujean, à Plounérin, à Trédrez.

    En vêtements pontificaux du 16e siècle, étole, dalmatique et chasuble, mitré, crossé bénissant, à Locquemeau".

    "Saint Nérin Saint Nerinus

    Evêque, 7e siècle, 15 mai.

    En ornements pontificaux, mitré, crossé, bénissant à Plounérin, dont il est patron".

    (Source : GAULTIER DU MOTTAY, Joachim. 1869, p. 55 ; 66).

  • Ancienne noblesse de Plounérin

    1. Selon Pol Potier de Courcy, (Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1862, vol. 1 et 2) :

    "Boulaye (de la), Sr dudit lieu, par. de Plounérin, - de Guernanchanay, par. de Plouaret, réf 1535, par. de Plouaret, év. de Tréguier.

    De sable au cygne d´argent, becqué et membré de gueules, comme du Plessis

    La seigneurie de Guernanchanay a été possédée ensuite par les familles de Kerléau, Le Gualès, Cosquer de Rosambo et Robien".

    "Chastel (du), Sr dudit lieu et de Lezirivy, par. de Plouarzel, - de la Motte-Tanguy, par. de Quilbignon, - baron de Trémazan, par. de Landunvez, - sr de Kerlec´h, par. de Ploudalmezeau, - de Kersimon, par. de Plouguin, - de Coëtivy, par. de Plouvien, - de Lesnen, par. de Saint-Tual, - vicomte de la Bellière, par. de Pleudihen, - sr de du Bois-Raoul, par. de Rénac, - du Juch, par. de Ploaré, - vicomte de Pommerit, par. de Pommerit-le-Vicomte, - sr de Kersalliou, par. de Pommerit-Jaudy, - baron de Marcé en Anjou, sr de Tonquédec, par. de ce nom, - de Mezle, par. de Plounévez-du-Faou, - de Chateaugal, par. de Landeleau, - de Gournois, par. de Guiscriff, - de Bruillac, par. De Plounérin, - de Coëtangarz, par. de Plouzévédé, - de Kerbasquiou, par. de Plouëzal, - de Keranroux, par. de Plufur, - de Keraldanet, par. de Lannilis, - de Keryvot, par de Milizac, - de Kermorin, par. de Saint-Thégonnec.

    Anc. ext. chev., réf. 1671, quatorze gén., réf. et montres de 1427 à 1534, par. de Plouarzel Landunvez et Plourin, év. de Léon, Landeleau et Guiscriff, év. de Cornouailles.

    Fascée d´or et de gueules de six pièces.

    Devise : Da vad é teui (Tu viendras à bien) et Vaillance du chastel. Aliàs : Mar car Doué (S´il plait à Dieu)".

    "Cosquer (du), Sr dudit lieu et de Kerleffrec, par. de Plounévez-Moëdec, - de Kernec´ hriou, par. de Pleudaniel, - de Cabatoux et de Barac´h, par. de Louannec, - de Rosambo et de Goasruz, par. de Lanvellec, - de Guernanchanay, par. de Plouaret, - de la Boulaye, par. de Plounérin, - de Keruzec, par. de Plomeur-Bodou [Pleumeur-Bodou], - de Coëtfrec, par. de Ploubezre, - du Pré, par de Brélévénez, - de Kerimel, par de Kermaria Sulard.

    Anc. ext. chev., réf 1669, dix gén. ;

    Réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Plounévez-Moëdec et Plounérin, év. de Tréguier. Écartelé aux 1 et 4 : d´or au sanglier de sable (sceau 1381), qui est Cosquer ; aux 2 et 3 : contre écartelé d´or et d´azur, qui est Tournemine de Barac´h.

    Devise : Mad ha caër (bon et beau).

    Hugues, croisé en 1248 ; Jean ratifie le traité de Guérande en 1381 ; Briand, épouse en 1400 Marguerite de Kergorlay ; Mathias, élu évêque de Tréguier en 1417.

    Fondu dans le Pelletier en 1688".

    "Cazin (de), Sr dudit lieu et de Lestrenec, par. de Plouigneau, - Poulbrignou, par. de Prat, - de Rosangavet, par. de Plouëzoc´h, - de Kermeur, par. de Plougaznou, - de Lesmoual, par. de Plounérin, - de Quenquizou.

    Anc. ext. réf 1670, cinq gén., réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Plouigneau et Plouëzoc´h, év. de Tréguier.

    D´argent a la fasce d´azur.

    Yves, épouse vers 1540 Renée de Kergoat ; la branche aînée fondue dans Estienne ; la branche de Rosangavet fondue dans Carion.

    Les familles de Cosquerguen, Keraminou, Geoffroy, Kergoz, Kerhallic et Le Levier paraissent avoir la même origine".

    "Kercabin, Sr dudit lieu par de Plouëc, - de Kerlan, par. de Plounérin, - de Kermarquer, par. de Pleubihan, - de Keriavilly, par. de Plouaret, - de Kerbersault, par. de Pléhédel, - du Traon, - de la Villeneuffve, - de Locsény.

    Ext., réf. 1669, cinq gén. ; réf. et montres de 1481 à 1543, par. de Plounérin, év. de Tréguier.

    De gueules a trois croix pattées d´argent.

    Henry, vivant en 1481, épouse Jeanne du Dresnay ; deux conseillers au parlement depuis 1570.

    La seigneurie de Kercabin a été possédée depuis par les Laurent, Lanloup, Lannion et Stapleton".

    "Kerprigent (de), Sr dudit lieu, par. de Plounérin, - de Pratcaric, par. de Plounévez-Moëdec.

    Réf. et montres de 1427 à 1481, par. de Plounérin, év. de Tréguier.

    D´azur à trois pigeons d´or.

    Fondu dans du Perrier puis Quélen".

    "Lan (le), en français Lande (de la), Sr de Guernanchanay, par. de Plouaret, - de Kerbrat, - de Penanvern et du Quenquizou, par. de Plougaznou.

    Réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Plouaret, Plounérin et Plougaznou, év. de Tréguier.

    D´azur au lion couronné d´or, voyez La Lande du Restmeur.

    Alain, époux en 1565 d´Anne de Guingamp, père et mère de Marie, mariée en 1595 à François de Coëtlogon. La branche de Guernanchanay paraît s´être fondue dans la Boulaye".

    "Meur (le), Sr de Kerigonan et de Lesmoual, par. de Plounérin, - de Riventon, - de Goatquau, - de Kerarc´han, par. de Guerlesquin, - de l´Isle, de Kerhuon, pa.r de Tonquédec, - de Ménémeur, - de Rununet, par. de Pluzunet, - de Keranroux, près Lannion.

    Maint. par les commissaires en 1699 et ext., arrêt du parl. de 1773, neuf gén. ; réf. 1543, par. de Plounérin, év. de Tréguier.

    D´argent à la fasce d´azur (G. le B.) ; aliàs : accomp. en chef d´un croissant de gueules. Un écuyer de la petite écurie du Roi, gouverneur de Lannion en 1660, un docteur en Sorbonne, aumônier du Roi, connu sous le nom de Sr de Saint-André l'un des fondateurs des missions étrangères t 1668 deux pages du Roi en 1720 et 1748".

    "Plouézoc´h (de), Sr. dudit lieu par. de ce nom, - du Quélennec, par. de Plounérin, - du Crec´h, par. de Lanmeur, - de Roslogot, par. de Ploumiliau, - de Kergomar, par. de Saint-Michel-en-Grève.

    Réf et montres de 1427 à 1543, par. de Plounérin, Ploumiliau et Saint Michel év. de Tréguier.

    De sable fretté d´or, comme Garrec, Kerbuzic, Perrot et Quenquizou, à la bordure engreslée de gueules".

    "Rouge (le) (ramage des précédents), Sr de Guerdavid, par. de Plouigneau, - de Kervandour, - de Trémoguer, par. de Ploudaniel, - de Kerangroas, - du Closneuf, - de Kervilly, - de la Haye, par. de Plouégat-Moysan, - de Kerahel, par. de Botsorhel, - de Kergoët, - de Rumélégan, - de Penhuidy, - de Lesmoual, par. de Plounérin, - de Kermeur, - de Trébriand, par. de Plestin, - de Lesguern, par. de Lanmeur.

    Anc. ext., réf. 1669, neuf gén. ; réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Plouigneau, Plouégat-Moysan et Plestin, év. de Tréguier.

    D´argent à la fleur de lys de sable surmontée d´une merlette de même, voyez Coëtanlem, Joson et Sugarde.

    François, juveigneur de la maison d´Ancremel, épouse vers 1400, Marguerite de Lescorre, dont Guy, marié à Catherine Le Rouge de la maison du Bourouguel. Plusieurs pages du Roi depuis 1708, dont l´un major garde-côtes de la capitainerie de Plestin au combat de Saint-Cast en 1758".

    2. Selon Benjamin-Philibert JOLLIVET, 1859.

    "Les maisons nobles de la paroisse étaient : en 1280, le château de Bruliec ou Breilhac, à famille du Châtel, et plus tard en 1789, à Madame de la Bédoyère.

    En 1500, Kerprigent appartenait à Jean du Perier, sieur Mené ; le Bezuon, à Guillaume de la Lande ; Coéléon, à Yves du Cosquer dont les armes étaient : écartelé aux 2 et 4 d´or, au sanglier de sable, qui Cosquer, aux 2 et 3 contre écartelé d´or et d´azur, qui est Barach. Huon se croisa en 1248, un du Cosquer fut évêque Tréguier et mourut en 1419.

    Cette famille s est fondue dans le Pelletier.

    Kerlan appartenait à Henri de Kercabin, sieur dudit lieu, en Plouëc, qui portait : de gueules à trois croix pattées d argent.

    Kerigonan était propriété du vicomte de Rohan.

    La haute justice de Kermoal et de Favet appartenait en 1789 à M de Kersauson.

    Le vieux manoir de Quérez, à quelques pas de l´église et d´une croix remarquable, est toujours debout.

    Kerouach, Kermeno, Keragus, le Cosou et Quelennec étaient aussi terres nobles" (Source : JOLLIVET, Benjamin-Philibert. 1859, tome 4, p. 159-161).

  • La ligne ferroviaire de Paris à Brest

    La ligne ferroviaire de Paris à Brest (622 kilomètres) est l'une des principales lignes du réseau français. Ouverte en 1840 jusqu´à Versailles, la voie ferrée atteint Chartres en 1849, Rennes en 1857, Guingamp en 1863 et Brest le 19 avril 1865. C´est suite au voyage à Brest en août 1858 de Napoléon III que la ligne est prolongée jusqu´à la "ville arsenal". C´est également à cette période que la ville de Brest se dote d´un nouveau port de commerce.

    La ligne ferroviaire traverse le territoire de Beg ar C´hra d´est ou ouest sur les communes de Trégrom (1573,90 m), Le Vieux-Marché et Plouaret (7024,10 m), Lanvellec (2874 m) et Plounérin (3465,1 m). Le tracé définitif de cette ligne a été arrêté le 18 décembre 1860 et comprend la construction de trois gares : Belle-Isle-Bégard, Plouaret et Plounérin. Le tronçon de voie entre Guingamp et Plounérin, d´une longueur de 35 kilomètres, est réalisé en seulement quatre ans de 1861 et janvier 1865.

    Plusieurs tronçons demeurent cependant à une seule voie jusqu´aux années 1890. L´électrification de la ligne entre Saint-Brieuc et Brest date de 1989.

    La station de Plouaret (13ème station à 157 kilomètres de Rennes), à l´origine nommée station de Plouaret-Lannion a été mise en service le 26 avril 1865 par la compagnie des chemins de fer de l'Ouest (créée en 1855 et rachetée en 1909 par l'Administration des chemins de fer de l'État). Elle a été construite entre les bourgs de Plouaret et de Le Vieux-Marché et se compose d´un bâtiment voyageur. En 1866, ces deux communes regroupent alors 6 088 habitants (soit 590 habitants de mieux qu´au recensement de 1861). Des véhicules hippomobiles permettrent de rejoindre Lannion. Ce nouveau réseau de transport de personnes et de marchandises entraîne un développement économique (notamment par l´exportation des produits agricoles) et, 20 ans plus tard, le développement des stations balnéaires de la Côte de Granite rose (Perros-Guirec, Trégastel et Trébeurden). La ligne de Plouaret-Trégor à Lannion, d´une longueur de 16 kilomètres, est ouverte en novembre 1881. La station de Plouaret devient alors gare d´embranchement. La ligne Lannion-Perros fonctionnera de 1906 à 1948.

    Le bâtiment des voyageurs de la station de Plounérin (14ème station à 165 kilomètres de Rennes au lieu-dit la Gare) a été détruit mais les trains express régionaux (TER Bretagne) desservent toujours la halte (c´est, en langage technique un "point d'arrêt non géré"). Un passage sous voies y a été inauguré en 2011. Des installations ferroviaires desservent une coopérative agricole (Cooperl-Hunaudaye) et des hangars.

    Sur le territoire de Beg ar C´hra, les trains empruntent plusieurs ouvrages d´art :

    A Trégrom : un viaduc, deux ponts routiers (la Boissière ; sud de Crec'h Allain) et un tunnel piéton à Kervod. Il s'agit de ponts intégrés au remblai aménagés pour le passage de la voie de chemin de fer. Constitués d'une arche en plein-cintre (souvent remplacée par un tablier droit en béton armé) ouvrant la circulation routière et flanqué à l'avant et à l'arrière de murs de soutènement latéraux dont le dénivelé suit celui du remblai.

    A Le Vieux-Marché : un passage à niveau (près de Coat Don Huellan) et trois ponts routiers (nord de Keriot Braz ; route des Sept Saints ; entrée du bourg).

    A Plouaret : un passage à niveau et une maison de garde barrière à la Gare, trois ponts routiers (rue de la Gare ; rue du Général de Gaulle ; Querbastiou) et la galerie de Querbastiou.

    A Lanvellec : deux ponts routiers (sud de Crec'h an Veuzit ; nord de Goas Ninon).

    A Plounérin : un passage à niveau à la Gare et deux ponts routiers (Kernilaouen ; nord de Teirgoën) et un tunnel piéton à C'hastellou.

    L´édifice le plus remarquable se situe sur la commune de Trégrom : un viaduc, construit vers 1860 en pierre de taille de granite, long de 100 mètres et haut de 38 mètres permet de franchir le Léguer. Large de 45 mètres, il est doté de trois arches de 5 mètres d´ouverture. Un passage piéton parallèle au Léguer relie le moulin du Cleuziou au moulin du Vicomte au nord.

    Vers Brest, on compte encore sept stations à Plouigneau, Morlaix, Pleyber-Christ, Saint-Thégonnec, Landivisiau, Landerneau et Kerhuon.

    Durant la seconde guerre mondiale, la Résistance et notamment la compagnie des Francs-tireurs partisans (FTP), la Marseillaise dirigée par Yves Trédant, mènent des actions de sabotage entre Plouaret et Trégrom (4 déraillements à Trégrom, 3 à Plouaret, 3 à Lanvellec, 3 à Plounérin ; au total 24 sabotages du 1er janvier au 9 mai 1944 par la technique du déboulonnage des rails ou à l´aide d´explosif).

    Sept résistants sont arrêtés et fusillés à Ploufragan le 7 mai 1944. En juin 1944, un train est violemment mitraillé et bombardé en gare de Plouaret.

    En 1945-1946, plusieurs scènes du film "la Bataille du rail" de René Clément sont tournées dans le Trégor. La scène du déraillement du train blindé est tournée dans la grande courbe de Trégrom qui enjambe la vallée du Léguer. Le film a reçu le Grand Prix du Festival de Cannes en 1946.

    De 1968 à 1991, plus de 300 manifestations (275 arrêts forcés de trains) ont été organisées par le Comité de Défense des gares de Plouaret et de Lannion. Les manifestants avait trois revendication : l´arrêt des trains grande vitesse (TGV) à Plouaret, l´électrification de la ligne de Plouaret à Lannion (réalisé en 2000) ainsi que l´amélioration des correspondances.

    Un monument commémoratif a été érigé en 2004 sur le parvis de la gare de Plouaret-Trégor en mémoire des "Batailles du rail".

  • 20112205468NUCA : Cadastre - Cadastre ancien, commune de Plounérin, 1 tableau d'assemblage et 14 feuilles, 1834 - Archives départementales des Côtes-d'Armor

    20112205455NUCA : Cadastre - Cadastre ancien, commune de Plounérin, 1 tableau d'assemblage et 14 feuilles, 1834 - Archives départementales des Côtes-d'Armor - A1.

    20112205456NUCA : Cadastre - Cadastre ancien, commune de Plounérin, 1 tableau d'assemblage et 14 feuilles, 1834 - Archives départementales des Côtes-d'Armor - A2.

    20112205457NUCA : Cadastre - Cadastre ancien, commune de Plounérin, 1 tableau d'assemblage et 14 feuilles, 1834 - Archives départementales des Côtes-d'Armor - B1.

    20112205458NUCA : Cadastre - Cadastre ancien, commune de Plounérin, 1 tableau d'assemblage et 14 feuilles, 1834 - Archives départementales des Côtes-d'Armor - B2.

    20112205459NUCA : Cadastre - Cadastre ancien, commune de Plounérin, 1 tableau d'assemblage et 14 feuilles, 1834 - Archives départementales des Côtes-d'Armor - B3.

    20112205460NUCA : Cadastre - Cadastre ancien, commune de Plounérin, 1 tableau d'assemblage et 14 feuilles, 1834 - Archives départementales des Côtes-d'Armor

    20112205461NUCA : Cadastre - Cadastre ancien, commune de Plounérin, 1 tableau d'assemblage et 14 feuilles, 1834 - Archives départementales des Côtes-d'Armor - C2.

    20112205462NUCA : Cadastre - Cadastre ancien, commune de Plounérin, 1 tableau d'assemblage et 14 feuilles, 1834 - Archives départementales des Côtes-d'Armor - D1.

    20112205463NUCA : Cadastre - Cadastre ancien, commune de Plounérin, 1 tableau d'assemblage et 14 feuilles, 1834 - Archives départementales des Côtes-d'Armor - D2.

    20112205464NUCA : Cadastre - Cadastre ancien, commune de Plounérin, 1 tableau d'assemblage et 14 feuilles, 1834 - Archives départementales des Côtes-d'Armor - D3.

    20112205465NUCA : Cadastre - Cadastre ancien, commune de Plounérin, 1 tableau d'assemblage et 14 feuilles, 1834 - Archives départementales des Côtes-d'Armor - E1.

    20112205466NUCA : Cadastre - Cadastre ancien, commune de Plounérin, 1 tableau d'assemblage et 14 feuilles, 1834 - Archives départementales des Côtes-d'Armor - E2.

    20112205467NUCA : Cadastre - Cadastre ancien, commune de Plounérin, 1 tableau d'assemblage et 14 feuilles, 1834 - Archives départementales des Côtes-d'Armor - E3.

    20112205469NUCA : Cadastre - Cadastre ancien, commune de Plounérin, 1 tableau d'assemblage et 14 feuilles, 1834 - Archives départementales des Côtes-d'Armor - E.

    19802201280ZMI : Dessin - Archives départementales des Côtes-d'Armor

Références documentaires

Bibliographie
  • BIZIEN-JAGLIN, Catherine ; GALLIOU, Patrick ; KEREBEL, Hervé. PROVOST Michel (direction scientifique). Carte archéologique de la Gaule. Pré-inventaire archéologique. Côtes d'Armor. 22. Paris, 2002, 407 p.

  • GAULTIER DU MOTTAY, Joachim. Géographie départementale des Côtes-du-Nord. Paris, 1862, 844 p.

  • GAULTIER DU MOTTAY, Joachim. Essai d'iconographie et d'hagiographie bretonne. Saint-Brieuc, 1869, 179 p.

  • JOLLIVET (P.-B.), Les Côtes du Nord : histoire et géographie de toutes les villes et communes du département, (Arrondissement de Lannion, Canton de Plouaret, Plounérin), Guingamp, imprimerie Rouquette, 1859, tome 4, p. 159-161.

  • OGEE Jean. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nantes, tome 3, 1779, 524 p.

  • OGEE Jean (Nouv. éd. rev. et augm. par Marteville A., Varin P). Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Rennes, Deniel, 1853, tome 2, 986 p.

  • POTIER DE COURCY, Pol. Nobiliaire et armorial de Bretagne. Nantes, 2ème édition, tome 1, 1862, 471 p.

  • POTIER DE COURCY, Pol. Nobiliaire et armorial de Bretagne. Nantes, 2ème édition, tome 2, 1862, 495 p.

  • RIGAUD, Jean-Marie (avec le concours de M. Hélary et de plusieurs instituteurs du département ; les cartes ont été dressées par M. Belhomme). Géographie historique des Côtes-du-Nord. Saint-Brieuc, 1890, 509 p.

  • Geobreiz.com, Portail géographique de la Bretagne. (Site internet : http://www.geobreizh.com).

  • Institut national de la statistique et des études économiques. Données locales : un éventail de données localisées du quartier à la région. (Site internet : http://www.insee.fr/fr/bases-de-donnees/default.asp ? page=statistiques-locales.htm).

  • KerOfis : base de données du Service Patrimoine Linguistique de l'Office Public de la Langue Bretonne. KerOfis est la base de données du Service Patrimoine Linguistique de l'Office Public de la Langue Bretonne. Cette base est utilisée quotidiennement par le service pour répondre aux besoins des collectivités bretonnes (Signalisation, traduction, études normatives). Dorénavant, elle permettra à tout un chacun de trouver la forme bretonne de son adresse ainsi que de mener gratuitement des recherches sur la toponymie de la Bretagne. (Site internet : http://www.ofis-bzh.org/).

  • Ma commune, mon environnement. L'accès aux données locales de Bretagne. Les données sur l'environnement de toutes les communes de Bretagne : faune, flore, milieux, qualité de l'eau, qualité de l'air, qualité des sols, géologie, déchets, énergie, risques... (Site internet : http ://communes.bretagne-environnement.org/tregrom).

  • Territoires et Population, deux siècles d'évolution. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui. Ce site est la mise en scène de deux siècles d´évolution des territoires et des populations communales appuyés sur la représentation du paysage français du XVIIIe siècle réalisée par les équipes Cassini. (Site internet : http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/index.htm).

Périodiques
  • GUERNIOU, Jean. "La ligne de chemin de fer Paris-Brest dans le Trégor et la gare de Belle-Isle-Bégard". Les cahiers du Trégor, n° 14, mars 1986, p. 23-33.