Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Noyal-sur-Vilaine

Dossier IA35031862 réalisé en 2004

Fiche

Œuvres contenues

Canton de Châteaugiron

Arrondissement de Rennes

Superficie : 3072 ha

Population 1999 : 4768 h

Cours d´eau : La Vilaine, L´Olivet

263 oeuvres documentées

40 en étude souhaitable

Les conditions de l´enquête

Cet inventaire préliminaire, réalisé d´avril à juin 2004, fait suite a une étude préalable menée en 1974 par Jeannick Le Goux. Les photographies en noir et blanc prises à cette période ont été indexées à la documentation existante. L´enquête actuelle, présentée sous la forme d´un cédérom, vise à établir dans un temps limité un fonds documentaire pertinent sur le patrimoine de la commune antérieur à 1940. Les notices élaborées à partir de la documentation existante et de l´observation in situ sont reliées à un système d´information géographique.

Parmi les oeuvres recensées, certaines ne sont pas documentées mais font l´objet d´une cartographie. Il s´ agit d´oeuvres remaniées ou rénovées dont l´analyse est devenue difficile, même si leur ancienneté est parfois indéniable.

Présentation géographique

Desservie par une voie rapide, la commune de Noyal-sur-Vilaine est située à une dizaine de kilomètres de Rennes. La Vilaine en borde les contours au Nord et forme une frontière naturelle avec la commune voisine d´Acigné. Au cours des années, son territoire a été en partie amputé, d´abord au Nord-Est au profit de Servon-sur-Vilaine, puis au sud. En 1971, le quartier du Bas-Noyal, éloigné du centre, est rattaché à la ville de Châteaugiron.

Quatre principaux axes traversent la commune dont trois sont anciens, ceux qui mènent à Acigné, au bourg et à Brécé. Cette dernière route coupe le centre du bois de Gervis qui forme une masse verdoyante dans cette partie du territoire.

Le relief est vallonné surtout à l´Ouest et le bocage demeure partiellement conservé.

Hormis le bourg, il n´existe pratiquement pas de regroupement notable de l´habitat. Quelques lieux-dits rassemblent néanmoins des maisons ou fermes, sans organisation particulière sinon une cour commune et des parties annexes tels que le four à pain et le puits.

Le contexte historique

La paroisse de Noyal-sur-Vilaine fait partie des plus anciennes paroisses de l´évêché de Rennes. Le château de Châteaugiron a sans doute été construit sur son territoire et la paroisse de Brecé en a été distraite au 12e siècle. L´abbaye Saint-Melaine de Rennes possède, en 1152, l´église de Noyal et crée un important prieuré, dont témoigne encore aujourd´hui le logis prioral, devenu le centre culturel municipal.

Une économie essentiellement rurale

Sous l´ancien Régime, la commune, à l´économie essentiellement rurale, donne son nom à un type de toiles réputées les Noyales. Ces toiles, destinées à la voilure des navires, assurent une relative prospérité à toutes les paroisses du secteur. Le déclin est amorcé dès la fin du 18e siècle et se poursuit au 19e siècle. De nombreux artisans tisserands sont néanmoins encore mentionnés, à cette période, sur tout le territoire et surtout dans la partie sud de la commune au Bas-Noyal. Le travail est réalisé à la ferme dans différentes pièces. Il n´existe pas d´ateliers spécifiques pour le tissage du chanvre. Quelques dépouillements archivistiques, réalisés par l´association « les Noyales », attestent de lieux de production différents, au village de la Touche en 1772, le métier à tisser se situe dans l´étable alors qu´au Vivier en 1785 il est signalé dans "la maison d´enbas". Quelques granges rencontrées à la Garenne, à la Thiaulais ou à la Roche Heulin sont éclairées par de vastes fenêtres qui pourraient également indiquer la présence en ce lieu d´une activité artisanale. La terre de bonne qualité a permis la construction de nombreux bâtiments en bauge, mais a aussi facilité une « agriculture de rapport » qui se perçoit dès la fin du 19e siècle par l´implantation de fermes modèles. Les fermes de la Berthelais et de Gosné sont édifiées, vers les années 1880-1890, par une famille de notables rennais les Métayer qui n´hésitent pas à investir dans l´agriculture. Les bâtiments imposants et organisés de ces fermes reprennent des modèles d´architecture diffusés par les revues spécialisées, telle que le Journal d'Agriculture Pratique et de Jardinage. Les logis spacieux et modernes se détachent de l´architecture vernaculaire par un nombre plus important de chambres et d'espaces privilégiés, tel que le hall d´entrée à la Berthelais qui n´existe pas dans l´architecture rurale traditionnelle.

Une oeuvre majeure, le manoir du Boisorcant

Quelques manoirs méritent une attention particulière, comme le Haut Jussé, le Val Froment, mais c´est avant tout le Boisorcant, situé dans la partie sud de la commune qui se détache du corpus des oeuvres étudiées. Ce manoir fait partie des oeuvres majeures de l´architecture manoriale en Ille-et-Vilaine. Il est inscrit à l´inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis 1994. Le logis du 15e siècle est mis au goût du jour, vers 1490, par Julien Thiery, maître des monnaies de Bretagne. Cet homme fortuné a acheté la seigneurie du Boisorcant en 1475 à la famille du Pé, successeurs par alliance des Orcant. La restauration récente entreprise depuis les années 1990 a réhabilité, entre autre, la hauteur d'origine de ses tours et ses lucarnes. Ce souci de qualité se perçoit dans l'ensemble de la réhabilitation.

Les oeuvres du sculpteur contemporain Etienne Martin sont présentées dans les communs et le parc qui a été redessiné par l'artiste.

Aires d'études Ille-et-Vilaine
Adresse Commune : Noyal-sur-Vilaine

Annexes

  • Liste des lieux-dits avec artisans tisserands ou filassiers, mentionnés principalement à la fin du 18e siècle et au début du 19e siècle. (Dépouillement réalisé par l´association "les Noyales" à partir des registres de naissance)

    Lieu-dit, profession, année de la mention

    Babinais, tisserand, mention en 20 de prairial

    Babinais

    Barre Thébault, tisserand, 15 Ventose an 6

    Basse Rivière

    Beauchêne, tisserand et laboureur, An VIII

    Bédouaudière, tisserand

    Berjoterie (la)

    Bidouasière, tisserand, AN VI, AN VII

    Bois Orcan, tisserand, AN VIII

    Bout de Champagne

    Brulée, tisserand

    Champ Michel, tisserand

    Champ Poirier, tisserand

    Champolain, tisserand, Voir acte notarié

    Chanteloup, tisserand

    Clos Rouault, tisserand, 1793, 1806

    Closeau, tisserand

    Croyal, tisserand, 1793

    Feuges (?), tisserand

    Forges de Noyal, tisserand, 1807

    Fourrerie, tisserand, 1793

    Gosné (manoir), tisserand, 1806

    Gromier, tisserand, 1670

    Haut Jussé, filassier, an VIII

    Haut Posé, filassier et tisserand

    Haut Tatoux, tisserand, an XII

    Hayard, tisserand, an VII

    Heurtelais, tisserand, an VII

    Hidouze, tisserand, 1807

    Hil Baras, filandière, Mention 30 pluviose an II

    Jussé, tisserand

    La Closerie, tisserand

    La Croix Milon, tisserand et laboureur, 1807

    La Derre, tisserand, an VII

    La Grange, tisserand, an II

    La Lande Meillée, filassier, an VII

    La Pampille, tisserand, an VI

    La Planche, tisserand, 1793

    La Rochette, tisserand

    La Rué, tisserand

    Lande auxmoines, tisserand

    Lannay Dehelin, Filanfière, an VI

    Les Landelles, deux tisserands, 1794 an VI, an XII

    Maillerie, tisserand, an III

    Malipasse, marchand de toile

    et marchand de fil, GILET François

    Lesage Pierre

    Mauny, filassier, an VI

    Moinerie (la), tisserand, 1694

    Moncorps, trois tisserands et une filandière, an VIII, an XII

    Pampille (la), tisserand, 1822-1825

    Pati Salé, tisserand

    Patissiaux, tisserand, anVII

    Pâtonais (la), tisserand

    Pilière (la), tisserand, 1825

    Planche au Gaude, tisserand, 1806

    Posée, tisserand, 1793

    Prieuré, tisserand

    Prouris (le), tisserand

    Puy Oray, tisserand, an III

    Rigolet (le), séranceur de philasse

    Rigollet, filandière un séranceur de philasse

    Roche Heulin, tisserand

    Rocomps, tisserand

    Rousselais, tisserand

    Rue au Prévôts, tisserand

    Tesnière, tisserand

    Touche Gratelais, tisserand, 1828

    Val de Croyal, tisserand, 1793

    Vionnay, tisserand.

  • Liste des chronogrammes

    1555, Gosné, manoir

    1603, Le Val Froment, 3ème ferme

    1604, Le Val Froment, 2ème ferme

    1621, Posé, ferme

    1625, 15 rue du Stade, ferme

    1676, Posé, manoir

    1759, La Heurtelais, maison

    1759, Le Houx, ferme

    1803, La Croix Jussé, 3ème ferme

    1853, 27 rue Pierre Marchand, maison

    1856, 1876, 1877, Les Babinais, ferme

    1897, 21 rue Alexis Gefrault, maison

    1898, Gosné, ferme

    1939, Montcorps, minoterie.

Références documentaires

Documents figurés
  • Tableau d'assemblage du plan cadastral parcellaire de la comune de Noyal-sur-Vilaine, canton de Châteaugiron, Arrondissement de Rennes, Département d'Ille-et-Vilaine. Terminé sur le terrain le 16 novembre 1850, sous l'administration de M. Pagès.

Bibliographie
  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    p. 367-375 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. Et augm. Rennes : Molliex, 1845.

    p. 249-250
  • FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine. Plouagat : GP Impressions-Kervaux, 1994.

  • Rennes et pays de Rennes en 1900, 1992. (Coll. Mémoire photographique de notre siècle).

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes. (Le patrimoine des communes de France).

  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)