Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Missiriac

Dossier IA56006523 réalisé en 1984

Fiche

Une enquête d’inventaire

Le territoire

L'approche topographique, en considérant avant tout l'œuvre dans son territoire, fait de l'Inventaire un interlocuteur privilégié des organismes et des responsables locaux chargés de la gestion du patrimoine et de l'aménagement de ce territoire. Partout, la richesse et les particularismes du patrimoine constituent des leviers de développement. Les travaux de l'Inventaire permettent d'accompagner une démarche de reconnaissance culturelle tant dans des secteurs ruraux qu'urbains, et aussi de fournir un outil d'aide à la décision en livrant des arguments essentiels à la compréhension historique et esthétique du territoire.

La restitution des données

La restitution des données découle de la méthode d'analyse. À chaque élément étudié correspond une notice. Chacun de ces éléments fait généralement partie, sur un territoire donné, d'une famille d'édifices (maisons et fermes, manoirs et châteaux, églises et chapelles...) ou d'édicules (croix, fontaines et lavoirs, ponts…) ; leurs paramètres descriptifs sont rassemblés dans un dossier collectif, au niveau communal. Au niveau cantonal, un second dossier cantonal restitue les caractères communs de la famille sous forme d’observations générales.

Certains de ces éléments particulièrement bien conservés, représentatifs d'une famille ou au contraire uniques, sont sélectionnés et font l'objet d'une notice plus approfondie.

Les dossiers sont classés du général ou du collectif au particulier, par lieu-dit ; les objets mobiliers sont reliés à leur édifice contenant par une notice intermédiaire intitulée « Le patrimoine mobilier de l'église... » ou « Le patrimoine mobilier de la chapelle... ».

L'enquête sur le patrimoine de la commune de Missiriac

Elle s’est déroulée en deux campagnes distinctes :

1) La première enquête s’est échelonnée sur le terrain entre 1983 et 1984 dans un cadre d’études d’inventaire topographique.

Elle a porté sur l'ensemble des éléments bâtis jusqu'en 1950 et sur les objets contenus dans l’église. Elle a abouti, en 1986, à des dossiers « papier ». Les œuvres remarquables ou représentatives du patrimoine, localisées aussi précisément que possible, ont fait alors l’objet d’une notice documentée, accompagnée de photographies et éventuellement de relevés architecturaux.

2) La seconde enquête s’est déroulée en 2010 dans le cadre d’études des communes riveraines du canal de Nantes à Brest.

Après avoir inventorié le réseau du canal (écluses, sites d’écluses, ponts…), il a été décidé d’élargir le champ d’investigation sur une bande de 5 km de largeur totale, de chaque côté du canal, pour mettre en valeur le patrimoine culturel en Bretagne intérieure. Tous les dossiers concernant les communes riveraines ont alors été rassemblés : import des notices électroniques, géoréférencement des œuvres, intégration des illustrations, des notes de lecture et de terrain, mise aux normes d’une bibliographie courante, création des liens entre les notices. Une sélection des œuvres intéressantes du point de vue touristique a été réalisée ainsi que des retours sur le terrain, ne concernant que ces œuvres.

La publication des dossiers permet donc de rassembler des enquêtes issues de cadres d’études différents. Elle est aussi l’occasion de les enrichir : des photographies prises en 1969, et numérisées, en ont rejoint d’autres, prises entre 2010 et 2015, ainsi que quelques œuvres qui n’avaient pas été retenues.

Présentation de la commune de Missiriac

Sur le tracé d´une ancienne voie romaine, la limite septentrionale de la commune sépare Missiriac de Caro ; à l´est, s´étend Ruffiac ; au sud, Saint-Laurent-sur-Oust et Saint-Congard ; à l´ouest, Malestroit et Saint-Marcel, bordés par l´Oust.

Missiriac fut probablement créée à l'époque mérovingienne comme l´indique la terminaison de son nom. Au fil des textes anciens, on trouve les noms de Misseiriac (1427), Missiriac (1455 et 1464), Messeriac (1477), Messerac (1481) et Misseriac (1513).

Vers 1847, Cayot-Délandre signale, découverte par Charles de la Monneraye, la « présence de briques romaines à crochet dans un champ qui domine [..] le petit village de Bermagois [aujourd'hui Bermagouët] [..] dont le nom pourrait bien venir des mots celtiques bré, colline, et magouër ou mangouër, mur, muraille. » [..] Sur la rive gauche de l´Oust, « en face de l´écluse de Fohenno [..] assez nombreux fragments de briques romaines [..] et sur un développement de 16 à 17 mètres, la partie inférieure de murailles gallo-romaines construites en pierres de petit appareil, [..] nombreux charbons, pierres et ossements d´animaux, longs clous, tessons de poterie grossière et poterie romaine fine [..] ».

Sous l´ancien Régime, Missiriac relève de la sénéchaussée de Ploërmel et de la seigneurie de Malestroit. Plusieurs familles nobles et leurs propriétés apparaissent, notamment dans les textes des réformations de la noblesse. L´hébergement de Blesereuc [Blouzereuil] est à Estienne Chesnaye et sa femme, à cause d´elle, en 1427. Le manoir et hébergement de la Bourdonnaye à Jehan de Beaumanoir, en 1427, avec une métairie ; à Jehan de Launay en 1455 et 1513 et à N. du Boisbic en 1536. Le manoir et hébergement de Coedic [le Couédic] à Jacques le Voier, en 1427, avec une métairie ; à Robert le Vayer, en 1455 et 1513 ; à François le Voyer en 1536. La maison et métairie de la Lande à Ollivier de la Lande « de la maison de Monsieur le Mareschal », à la montre de 1477 et « domestique de Monsieur le Mareschal », à celle de 1481 ; à Gilles de la Lande en 1513 et 1536. Les maison et métairie de Trélan appartenaient aux mêmes. Le manoir de la Prevostaye [la Provostaye] à Phelipot Chesnel, en 1455 ; à Jehan de la Chesnaye, en 1464, 1477 et 1481 ; à Guillaume de la Chesnaye en 1513 et 1536. L´hébergement de la Voyerie [la Verrie] à Guillaume Cheminel, en 1427 ; à Eon Cheminel en 1455 ; puis à Eon de Lesarnent, puis à Eonnet Bouczo ; à Jacques Bouczo en 1513 ; à Yvon et Perrine Bouzo en 1536.

Le manoir de la Morelaye [la Morlaye], cité dans la réformation de 1427, sert de dépendance au château construit à la fin du 18e ; le château du Guen, également du 18e siècle, a été bâti sur la terre d´une seigneurie appartenant à la famille Bouczo.

La réformation de 1427 fait état, au bourg, de « la métayrie de Havard [..] en laquelle demeure Johannet Robinaux dict Huges et sa mère veuve ». La même métairie dont le propriétaire est Richard Labbé est citée lors de l´enquête de 1455, avec le même métayer. En 1513 et 1536, il s´agit de la maison et métairie de Misseriac, situées au bourg qu´autrefois possédait Jehan Le Prestre et Jehanne Havart, sa femme ; et à présent la possède Jehan de Kerouand et sa femme Gillette Le Prestre ; le château de Lourmes, dans le nord du bourg, a été construit au 19e siècle, par la famille de Kerhoent ; il est vraisemblable de penser qu´il occupe le même site qui comprenait un logis, des communs et une chapelle, visibles sur le cadastre de 1840.

En 1790, Missiriac est érigé en commune, fait partie du canton de Pleucadeuc entre 1793 et 1801, puis passe dans celui de Rochefort-en-Terre jusqu´en 1863, date à laquelle il est rattaché au canton de Malestroit.

S´il a fait partie du territoire de la paroisse de Ruffiac, Missiriac en fut très tôt détaché puisqu´il est qualifié de « parrochia » dans un document du prieuré de la Magdeleine de Malestroit, au début du 12e siècle : en 1129, la frange sud-ouest de la paroisse de Miceriac, qui rejoint l´Oust, fut donnée à Malestroit pour la fondation du prieuré de la Madeleine. Faisant partie du doyenné de Carentoir, la paroisse de Missiriac est associée à celle de Malestroit avant 1432 et jusqu´en 1791. Missiriac est devenu paroisse à part entière en 1802.

En dehors de l´église qui remonte essentiellement aux 17e et 18e siècles, il y avait autrefois au bourg une chapelle dédiée à saint Gonnery ou Gouvry, qui a complètement disparu.

Dans l´écart du Haut Couedic, pousse un châtaignier aux dimensions imposantes : hauteur 6 mètres, circonférence : 9 mètres ; il est recensé dans la base des Arbres remarquables de Bretagne (http://www.mce-info.org/arbres-remarquables/liste_arbres.php).

(M. -D. Menant)

Aires d'études Communes riveraines du canal de Nantes à Brest
Adresse Commune : Missiriac

Références documentaires

Documents figurés
  • Missiriac. Cadastre napoléonien, section A1 de la Ville-Neuve. Levée par M. Loaisel, géomètre du cadastre, 1840, échelle : 1/2000e.

    Archives départementales du Morbihan : 3 P 180/3
  • Missiriac. Cadastre napoléonien, section C3 développée du Bourg. Levée par M. Loaisel, géomètre du cadastre, 1840, échelle : 1/1000e.

    Archives départementales du Morbihan : 3 P 180/17
  • Missiriac. Cadastre napoléonien, section E1 du Chêne-Minier. Levée par M. Loaisel, géomètre du cadastre, 1840, échelle : 1/2000e.

    Archives départementales du Morbihan : 3 P 180/23
  • Environs de Malestroit. - MISSIRIAC. - Le Château de Lourmes. Carte postale, collection David, Vannes, [limite 19e-20e siècles].

    Vue générale Archives départementales d'Ille-et-Vilaine : 6 Fi Missiriac
Bibliographie
  • OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. 1ère édition 1778-1780. Nouvelle édition, revue et augmentée par MM. A. Marteville, et P. Varin, avec la collaboration principale de MM. de Blois, Ducrest de Villeneuve, Guépin de Nantes et Lehuérou. Rennes : Molliex, libraire-éditeur, 1843-1853.

    t. 2, p. 35-36 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • CAYOT-DELANDRE, François-Marie. Le Morbihan, son Histoire & ses Monuments. Vannes : A. Caudéran, édit. 1847, réimp. Auray : éd. du Bastion, 1990.

    p. 284-285 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • ROSENZWEIG, Louis. Répertoire archéologique du Département du Morbihan. Paris : Imprimerie impériale, 1863.

    col. 211-212 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • ROSENZWEIG, Louis. Dictionnaire topographique du Département du Morbihan comprenant les noms de lieu anciens et modernes. Paris : Imprimerie impériale, 1870.

    p. XXVI, 181 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • LE MENÉ, Jean-Marie. Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. Vannes, 1891-1894. Reéd. Coop Breizh, 1994.

    t. 1, p. 544-545 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • LAIGUE, René, comte de. La noblesse bretonne aux XVe et XVIe siècles. Réformations et montres. Evêché de Vannes. Vannes, 1902, rééd. Versailles : Mémoires & Documents, 2001.

    t. 1, p. 380-386 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • MENANT, Marie-Dominique, RIOULT, Jean-Jacques. Canton de Malestroit, Morbihan. Rennes : Institut culturel de Bretagne, 1989. (Images du Patrimoine ; n° 60).

    p. 17, fig Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)

Liens web