Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Miniac-sous-Bécherel

Dossier IA35041808 réalisé en 2004

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Aires d'études Rennes Métropole
Adresse Commune : Miniac-sous-Bécherel

L’existence de la paroisse de Miniac-sous-Bécherel est attestée dès le XIIe siècle. La paroisse s’organise dès lors autour de l’église et du cimetière jusqu’à la fin de l’Ancien Régime puis autour de la mairie pour le XIXe siècle. Le bourg est le lieu où se trouve l’autorité religieuse et administrative, c’est le centre de la vie communautaire. Il se situe au carrefour d’un réseau de chemins qui le relie au reste du territoire. Le chemin vers le Nord unit le bourg à la cité de Bécherel tandis que le chemin vers l’Est relit le bourg à « la grande route de Bécherel à Rennes ». Autrefois, le bourg de Miniac-sous-Bécherel était un lieu de commerce et d’artisanat. Les habitants du bourg pouvaient être de simples paysans mais c’est surtout dans les maisons du bourg que logeaient le recteur de la paroisse et autres ecclésiastiques, les veuves aisées, les notaires, les marchands et artisans. Les maisons de bourg sont souvent les plus développées.

La commune a connu une période de prospérité entre le XVe et le XVIIIe siècle grâce à la culture du lin. Dotée de terres riches en limon et de plusieurs étendues d’eau, Miniac-sous-Bécherel put développer la culture du lin et l’artisanat du fil et de la toile. Cette proto-industrie prospère fît la fortune de quelques marchands qui purent se construire de beaux manoirs en pierre et non en terre comme cela est couramment le cas en Pays de Rennes.

Cette période d’abondance connut le début de son déclin au XIXe siècle. La population locale s’est alors tournée vers des activités quasi exclusivement agricoles transformant, au fur et à mesure des besoins, les belles bâtisses d’antan en fermes et autres lieux de stockage. Dès le XIXe siècle, avec la fin des activités liées à la culture du lin et du chanvre, la population commence à diminuer. À partir de la fin du XIXe siècle et au cours du XXe siècle, la population a considérablement chuté pour atteindre en 1990 : 516 habitants. Néanmoins, depuis les années 1990 la population de la commune augmente chaque année, certainement grâce à sa position à mi-chemin entre Saint-Malo et Rennes. Ainsi, le dernier recensement de l'INSEE donnait 762 habitants pour l'année 2013, chiffre en vigueur au 1er janvier 2016.

Aujourd’hui, Miniac-sous-Bécherel reste une commune rurale avec plusieurs exploitations agricoles installées sur le territoire. Cette commune est fortement résidentiel (« commune dortoir ») car une grande partie des actifs exerce un emploi en dehors de la commune.

Située à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Rennes, la commune de Miniac-sous- Bécherel fait partie du canton de Bécherel. D’une superficie de 1 355 hectares, Miniac-sous- Bécherel est traversé par trois cours d’eau : le Romoulin (755 m), au nord, qui sépare Bécherel de Miniac-sous-Bécherel ; le Néal (1 759 m), au sud, qui rejoint la commune d’Irodouër ; le Hac (575 m), à l’ouest, qui rejoint Saint-Pern. Le bourg se trouve à 159 m au-dessus du niveau de la mer ; l’altitude minimum sur la commune étant de 79 m et l’altitude maximum de 183 m.

En ce qui concerne la nature du sous-sol miniacois, trois grandes catégories géologiques sont représentées : le granite, le schiste et le grès. Le granite se retrouve abondamment dans les maçonneries des bâtiments anciens de la commune. Certains bâtiments sont par ailleurs construits en bauge, technique de construction en terre crue qui ne requiert aucun coffrage. La maçonnerie mixte alliant moellons de granite et bauge est également très caractéristique du bâti miniacois.

Annexes

  • Informations complémentaires : dossier d'archivage de 1984 :
  • Synthèse communale :