Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Locunolé

Dossier IA29001983 réalisé en 2004

Fiche

Aires d'études Arzano
Adresse Commune : Locunolé

L'enquête

L´inventaire topographique du patrimoine architectural et mobilier de la commune de Locunolé a été réalisé en 2004 par le service régional de l'Inventaire ; l´opération a été soutenue par le Conseil général du Finistère et la communauté des communes du pays de Quimperlé (mise à disposition du cadastre vectorisé). L´inventaire a porté sur l'ensemble des édifices bâtis avant 1940. Les dossiers qui suivent sont classés du général ou du thématique (dossiers collectifs), au particulier (dossiers individuels).

Parmi les 410 immeubles recensés par l'INSEE en 1999 (65 sont antérieurs à 1915), 23 sont documentés individuellement, et environ 80 collectivement, c´est-à-dire mentionnés et illustrés dans un dossier collectif.

En ce qui concerne les objets mobiliers, les oeuvres uniques ou au contraire représentatives, à valeur patrimoniale intrinsèque et revêtant un intérêt à l'échelon communal, sont traitées dans un dossier individuel. Parmi les 62 objets mobiliers recensés, conservés dans les édifices religieux et appartenant à la commune, 27 ont fait l´objet d´un dossier individuel.

La restitution des données découle de la méthode d'analyse. A chaque élément sélectionné correspond une notice. Cependant, pour appréhender les familles d'édifices représentés en grand nombre (les maisons par exemple), il a été procédé à une sélection raisonnée d'unités à étudier, les caractères communs à chaque famille étant restitués dans un dossier collectif. En ce qui concerne les objets produits en série, ils ont été simplement mentionnés dans des listes supplémentaires. A l´échelle nationale, l´accès aux données est possible via les bases de données MERIMEE (architecture) et PALISSY (objets mobiliers) du ministère de la Culture.

Note de synthèse

Situé dans la partie nord du canton d´Arzano, à la limite avec le département du Morbihan (Berné, Meslan) et faisant partie de la communauté des communes du pays de Quimperlé, Locunolé s'étend sur 1678 hectares et compte, en 1999, 898 habitants. Le territoire à caractère rural, marqué par un paysage bocager, est bordé, à l´est, par la vallée de l´Ellé qui constitue aussi la limite naturelle avec les communes de Guilligomarc´h et d´Arzano. A l´ouest, il touche les communes de Querrien (canton de Bannalec) et Tréméven (canton de Quimperlé).

La vallée de l'Ellé (les Roches du Diable) se situe dans un site inscrit le 12.12. 1932 qui s'étend sur plusieurs communes. Le bassin versant de l'Ellé est également répertorié, par le ministère de l'Environnement, dans une ZNIEFF (zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique) et fait aussi partie des sites "Natura 2000".

Ce territoire, surtout dans la partie est et nord, est marqué par la vallée de l´Ellé, réputée pour le pittoresque de ses abords fortement encaissés. Le site des Roches du Diable est un lieu renommé pour l´activité et les compétitions au niveau national et international, du canoë-kayak.

La situation géographique et les évolutions féodales, ecclésiastiques et administratives sont à l´origine d´une histoire complexe dont témoigne également le patrimoine local.

Au 11e siècle, le lieu « consacré à Guénolé » fait partie d´un vaste territoire connu sous le toponyme de Niuliac (ou Yuliac) incluant plusieurs paroisses dont celle de Querrien ; détachée de celle-ci, Locunolé fait partie de l´évêché de Cornouaille entre 1667 et 1801, puis est rattachée à celui de Vannes et au département du Morbihan jusqu´en 1857. A cette date, après une redéfinition de son territoire par rapport à celui de Querrien dont témoigne le cadastre de 1828, Locunolé devient une commune du Finistère et une paroisse de l´évêché de Quimper et de Léon.

Marquée par le recul de l´agriculture, la commune, proche du bassin d´emploi de Quimperlé, Locunolé développe aujourd´hui des secteurs à vocation résidentielle, tout en accueillant des activités liées au tourisme rural.

A côté de trois édifices religieux et d´un certain nombre d´objets mobiliers de qualité, Locunolé conserve des éléments patrimoniaux liés à l´exploitation de la rivière, notamment moulins et vestiges d´anciennes pêcheries.

Annexes

  • 20042905251NUCA : - Archives départementales du Finistère - 3 P 201.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Finistère, 3 P 201. Cadastre de 1828, tableau d'assemblage.

Bibliographie
  • CASTEL, Yves-Pascal. Atlas des croix et calvaires du Finistère. Société archéologique du Finistère, 1980, Quimper.

    p. 158-159
  • MAZINGUE, Bernard. Les cahiers de Locunolé et de Querrien. Cahiers Généalogiques n°1. Locunolé, 2001.

    d
  • OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. 1ère édition 1778-1780. Nouvelle édition, revue et augmentée par MM. A. Marteville, et P. Varin, avec la collaboration principale de MM. De Blois, Ducrest de Villeneuve, Guépin de Nantes et Lehuérou. Rennes, 1843.

    p. 523
  • TANGUY, Bernard. Dictionnaire des noms de communes, trêves et paroisses du Finistère. Douarnenez : Ar-Men - Le Chasse-Marée, 1990.

    p. 123-124