Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Lizio

Dossier IA56006519 réalisé en 1986

Fiche

Une enquête d’inventaire

Le territoire

L'approche topographique, en considérant avant tout l'œuvre dans son territoire, fait de l'Inventaire un interlocuteur privilégié des organismes et des responsables locaux chargés de la gestion du patrimoine et de l'aménagement de ce territoire. Partout, la richesse et les particularismes du patrimoine constituent des leviers de développement. Les travaux de l'Inventaire permettent d'accompagner une démarche de reconnaissance culturelle tant dans des secteurs ruraux qu'urbains, et aussi de fournir un outil d'aide à la décision en livrant des arguments essentiels à la compréhension historique et esthétique du territoire.

La restitution des données

La restitution des données découle de la méthode d'analyse. À chaque élément étudié correspond une notice. Chacun de ces éléments fait généralement partie, sur un territoire donné, d'une famille d'édifices (maisons et fermes, manoirs et châteaux, églises et chapelles...) ou d'édicules (croix, fontaines et lavoirs, ponts…) ; leurs paramètres descriptifs sont rassemblés dans un dossier collectif, au niveau communal. Au niveau cantonal, un second dossier cantonal restitue les caractères communs de la famille sous forme d’observations générales.

Certains de ces éléments particulièrement bien conservés, représentatifs d'une famille ou au contraire uniques, sont sélectionnés et font l'objet d'une notice plus approfondie.

Les dossiers sont classés du général ou du collectif au particulier, par lieu-dit ; les objets mobiliers sont reliés à leur édifice contenant par une notice intermédiaire intitulée « Le patrimoine mobilier de l'église... » ou « Le patrimoine mobilier de la chapelle... »

L'enquête sur le patrimoine de la commune de Lizio

Elle s’est déroulée en deux campagnes distinctes :

1) La première enquête s’est échelonnée sur le terrain entre 1983 et 1984 dans un cadre d’études d’inventaire topographique.

Elle a porté sur l'ensemble des éléments bâtis jusqu'en 1950 et sur les objets contenus dans l’église. Elle a abouti, en 1986, à des dossiers « papier ». Les œuvres remarquables ou représentatives du patrimoine, localisées aussi précisément que possible, ont fait alors l’objet d’une notice documentée, accompagnée de photographies et éventuellement de relevés architecturaux.

2) La seconde enquête s’est déroulée en 2010 dans le cadre d’études des communes riveraines du canal de Nantes à Brest.

Après avoir inventorié le réseau du canal (écluses, sites d’écluses, ponts…), il a été décidé d’élargir le champ d’investigation sur une bande de 5 km de largeur totale, de chaque côté du canal, pour mettre en valeur le patrimoine culturel en Bretagne intérieure. Tous les dossiers concernant les communes riveraines ont alors été rassemblés : import des notices électroniques, géoréférencement des œuvres, intégration des illustrations, des notes de lecture et de terrain, mise aux normes d’une bibliographie courante, création des liens entre les notices. Une sélection des œuvres intéressantes du point de vue touristique a été réalisée ainsi que des retours sur le terrain, ne concernant que ces œuvres.

La publication des dossiers permet donc de rassembler des enquêtes issues de cadres d’études différents. Elle est aussi l’occasion de les enrichir : des photographies prises en 1969, et numérisées, en ont rejoint d’autres, prises entre 2010 et 2015, ainsi que quelques œuvres qui n’avaient pas été retenues.

Présentation de la commune de Lizio

« La commune de Lizio est en général cultivée ; ses terres en labour sont fertiles, ses prairies excellentes, et sillonnées de cours d´eau qui contribuent encore à les améliorer ; les landes elles-mêmes sont utilisées par l´élève des moutons. » Voilà le jugement du géographe Jean-Baptiste Ogée, vers 1780.

Le territoire de la commune - 1677 hectares - est cerné au nord par Saint-Servant-sur-Oust, à l´est par Quily et Le Roc Saint-André, au sud par Sérent, à l´ouest par Plumélec et Cruguel. Le moulin à vent signalé autrefois à la Croix Martin a disparu.

L´artisanat du textile, très florissant aux 17e et 18e siècles, a offert aux fermiers des revenus supplémentaires qu´ils ont investis dans de belles maisons encore visibles dans les écarts ou dans le bourg. Des maisons de granite, de belle qualité, qui domine dans tout le sous-sol et y fut exploité sur quelques points.

La commune pourrait tirer son nom soit du breton lis ou lez qui signifie cour, soit d´un glissement du latin glisa, la glaise, la commune possédant des gisements importants de cette terre.

Même si elle ne se traduit pas par des sites préhistoriques importants, la présence humaine est ancienne, attestée par des découvertes au milieu du 19e siècle, d´objets de pierre ou de métal ainsi que des poteries recueillies dans des tombelles, dans le nord de la commune près de l´écart de Praguet. Plus près de nous, beaucoup de briques romaines ont été signalées, vers 1874, près de Mangouër, « la muraille » (aujourd'hui Magois, près de la chapelle Sainte-Catherine).

Sous l´ancien Régime, Lizio relève de la sénéchaussée de Ploërmel et de la seigneurie de Malestroit. Les réformations de la noblesse mentionnent l´hébergement de la Chesnaye [La Chênaye-Morio] à Jean de Trégarenteuc avec une métairie où demeure Perrot Le Metayer, en 1427 ; il est à un autre Jehan de Tregaranteuc en 1513, passe aux Quélen puis aux Bonin de la Villebouquais. L´hébergement du Val [Le Val Jouin] est à Guillaume Jouin avec une métairie où il demeure avec son fils Johanot, en 1427. Seuls les manoirs des Castillez et de la Ville-Guéhard, également cités, sont parvenus jusqu´à aujourd'hui.

En 1790, Lizio est érigé en commune, fait partie du canton de Sérent entre 1793 et 1801, puis passe dans celui de Malestroit.

Lizio, dans le doyenné de Porhoët, faisait partie de la paroisse primitive de Sérent, dont il devient une trève probablement au 16e siècle. Il est érigé en paroisse à part entière en 1802.

La commune, en dehors de l´église paroissiale, compte une chapelle publique à Sainte-Catherine, une chapelle privée au manoir de la Ville-Guéhard et pas moins de quatre maisons de prêtre, deux au village, une au Clos et une au Temple.

De nombreuses croix monumentales, majoritairement en granite, jalonnent les chemins. Les plus anciennes, offertes par un prêtre comme l´indique le calice qui les décore, datent des années 1637-1638.

Écomusée des vieux métiers a rassemblé des outils d´autrefois et des objets anciens, présentés dans des ateliers d´artisans, des boutiques, une école, une ferme... patiemment reconstitués : http://www.ecomuseelizio.com/.

Dans un tout autre genre, "L'univers du Poète ferrailleur" invite dans un "monde fabuleux et unique en son genre" : http://www.poeteferrailleur.com/.

Dans l´écart de la Chênaie Morio, poussent deux cormiers ou sorbiers domestiques de belle taille (hauteur 15 mètres) ; ils sont recensés dans la base des Arbres remarquables de Bretagne (http://www.mce-info.org/arbres-remarquables/liste_arbres.php).

(M. -D. Menant)

Aires d'études Communes riveraines du canal de Nantes à Brest
Adresse Commune : Lizio

Références documentaires

Documents figurés
  • Lizio. Cadastre napoléonien, section C2 du Bourg. Levée par M. Le Petit, géomètre du cadastre, 1829, échelle 1:2500 e.

    Archives départementales du Morbihan : 3 P 160/5
Bibliographie
  • OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. 1ère édition 1778-1780. Nouvelle édition, revue et augmentée par MM. A. Marteville, et P. Varin, avec la collaboration principale de MM. de Blois, Ducrest de Villeneuve, Guépin de Nantes et Lehuérou. Rennes : Molliex, libraire-éditeur, 1843-1853.

    t. 1, p. 511 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • CAYOT-DELANDRE, François-Marie. Le Morbihan, son Histoire & ses Monuments. Vannes : A. Caudéran, édit. 1847, réimp. Auray : éd. du Bastion, 1990.

    p. 300-301 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • ROSENZWEIG, Louis. Répertoire archéologique du Département du Morbihan. Paris : Imprimerie impériale, 1863.

    col. 139 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • ROSENZWEIG, Louis. Dictionnaire topographique du Département du Morbihan comprenant les noms de lieu anciens et modernes. Paris : Imprimerie impériale, 1870.

    p. XII, 164 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • LE MENÉ, Jean-Marie. Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. Vannes, 1891-1894. Reéd. Coop Breizh, 1994.

    t. 1, p. 447-449 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • MENANT, Marie-Dominique, RIOULT, Jean-Jacques. Canton de Malestroit, Morbihan. Rennes : Institut culturel de Bretagne, 1989. (Images du Patrimoine ; n° 60).

    p. 10-11, fig Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)

Liens web