Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Lieuron

Dossier IA35008529 réalisé en 2000

Fiche

Œuvres contenues

1 - Le cadre naturel

Le territoire communal de Lieuron, qui affecte une forme oblongue, est de dimension modeste : 1671 hectares. Son finage présente un découpage quelque peu haché qui ne correspond pas plus à une ligne de crête qu´au tracé d´un cours d´eau, sauf à l´ouest. Le relief n´est guère contrasté et l´altitude s´abaisse graduellement d´est en ouest, depuis les hauteurs boisées du Parc de la Besnerais et du Bois au Frue (entre 50 et 60 mètres) jusqu´à la vallée du Combs (20 mètres).

Le géographe Ogée décrivait le territoire de la paroisse, qui comptait alors 500 communiants, comme « peu cultivé ; on n´y voit que des landes, dont le sol excellent mérite bien les soins du cultivateur ; mais il ne paraît pas que les habitants s´empressent d´améliorer leur sort en le défrichant. On y remarque beaucoup d´arbres à fruits ». Marteville, qui poursuit au milieu du XIXe siècle l´oeuvre du précédent, donne quelques chiffres : les terres labourables constituent encore 578 hectares contre 680 pour les landes et terres incultes. Par ailleurs, le cadastre de 1831 fait état de deux moulins à vent : le moulin de Denats, qui n´était plus en activité en 1843, et celui de Bas encore utilisé à cette date.

2 - Eléments d'histoire

Un acte du Cartulaire de Redon relate qu'en 843, le mac'htiern Anowareth fit don de l'église d'Anast (aujourd´hui Maure-de-Bretagne) à l'abbaye Saint-Maur de Glanfeuil en Anjou. Lieuron n'est pas citée dans la série des paroisses énumérées dans les confins méridionaux d'Anast, ce qui amena le chanoine Guillotin de Corson à formuler l'hypothèse selon laquelle elle aurait été démembrée de la plebs primitive de Guipry. Toutefois, un appendice du territoire de Maure, entre les lieux-dits Lorensais et le Haut-Brénu, semble enserrer celui de Lieuron à l´ouest, sans qu´aucun accident naturel n´en vienne justifier le curieux dessin. Cette particularité topographique parait désigner Lieuron comme une dépendance originelle de la plebs d´Anast, d´autant qu´elle faisait partie du doyenné ecclésiastique de Beignon, alors que Guipry dépendait de celui de Lohéac. La présence du toponyme « le Moulin Denats » (alias d´Anast), relevé à l´est du bourg de Lieuron renforce encore cette impression.

De fait, la première occurrence de Lieuron n'est attestée qu'en 1338, date tardive, dans le testament de Jean de Maure par lequel ce descendant des seigneurs d'Anast accorde à son épouse Marguerite du Fresnay tout ce qu'il possédait dans la parrochia de Lieuron.

Pourtant, les seigneurs du Plessis-Anger, juveigneurs de la baronnie de Lohéac, sont réputés patrons et fondateurs de l´église de Lieuron, sans doute dès le début du XIVe siècle. S´il l´on en croit Guillotin de Corson, c´est à cette époque qu´ils transfèrent leur résidence au lieu dit le Plessis, à la suite de la destruction du « Château Blanc » qu´ils possédaient dans celle de Guipry. Mais en 1553, le roi Henri II réunissait la terre du Plessis-Anger au comté de Maure en faveur de François de Maure, qui dut laisser alors le château fort tomber en ruine.

Aires d'études Ille-et-Vilaine
Adresse Commune : Lieuron

Annexes

  • 20003520174NUC : - Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    20003520173NUC : - Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan cadastral dit napoléonien, section F dite de la Barre des Féages, 1e feuille, levée par Mr Lebreton, géomètre du cadastre 1831.

  • Plan cadastral dit napoléonien, section B dite du Bourg, 3e feuille, levée par Mr Lebreton, géomètre du cadastre, 1831.

  • CHEDEVILLE, André, TONNERRE, Noël-Yves. La Bretagne féodale XIe-XIIIe siècles. Rennes : Ouest-France, 1987.

    p. 291
Bibliographie
  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. nlle éd[1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

    p. 508-509
  • BANÉAT, Paul. Le Département d'Ille-et-Vilaine Histoire Archéologie Monuments Rennes : Librairie Moderne J. Larcher, 1927-1929, 4 vol.

    t. 2, p. 283-286
  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray Libraire-éditeur. Paris : René Hatton Libraire-éditeur, 1882-1886, 6 vol.

    t. 5, p. 68-72