Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de la Ville-ès-Nonais

Dossier IA35045315 réalisé en 2006

Fiche

Œuvres contenues

Canton de Châteauneuf-d'Ille-et-Vilaine

Arrondissement de Saint-Malo

Superficie : 584 ha

Population 1999 : 681 hab.

Cours d'eau : La Rance

Nombre total de dossiers documentés en architecture : 223

dont 30 en étude souhaitable.

Les conditions de l'enquête

Cette enquête d´inventaire a été réalisée en juillet 2006, elle fait suite à un précédent recensement de 1969 effectué par M. Suzor sur le patrimoine de la commune. Les photos en noir et blanc prises lors de ce premier repérage ont été intégrées à ce cédérom qui privilégie aujourd'hui´hui l´image couleur. Cet inventaire exhaustif jusqu´en 1940 est avant tout réalisé à partir de l´observation in situ et de la documentation existante, très peu de dépouillements archivistiques ont été effectués en raison du temps relativement court et de la nature même de cette opération. Parmi les oeuvres recensées, 34 ne sont pas documentées mais font l´objet néanmoins d´une cartographie précise. Il s´agit d´oeuvres remaniées ou rénovées dont l´analyse est devenue difficile, même si leur ancienneté est parfois indéniable. Les oeuvres qui méritent d'être signalées portent la mention « étude souhaitable », il peut s'agir d'oeuvres remarquables comme d'oeuvres sérielles représentatives d'une famille d'édifices.

.

Historique

Comme nous le rappelle le chanoine Guillotin de Corson dans son pouillé historique de Rennes, la Ville-es-Nonais dépendait jusqu'au milieu du 19e siècle de la paroisse de Saint-Suliac. En 1100, sur les bords de la Rance près de Port Sablon, un hôpital est construit par les chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Ce port prendra bientôt le nom de Port Saint Jean et jusqu 'au 18e siècle, s'y maintiendra une chapelle dédiée à saint Jean Baptiste. Parallèlement à l'implantation des hospitaliers, un prieuré est fondé à l'emplacement du bourg actuel. En 1161, le pape Alexandre III confirme l'abbaye bénédictine de femmes de Saint-Sulpice-des-Bois, située près de Rennes, dans la possession de l'église Sainte-Marie-d'Establon. C'est ainsi que le bourg prendra par la suite l'appellation de la ville aux nonnes ou la Ville-es-Nonais. Le prieuré des religieuses cesse d'être occupé en 1729 date de leur départ obligé vers la maison mère. La chapelle priorale est, dès lors considérée comme frairienne et sert aux paroissiens de Saint-Suliac habitant ce secteur. Si l'ancienne église priorale était dédiée à la Vierge Marie, elle est invoquée après 1646 sous le patronage de Sainte Anne. Cet édifice n'existe plus aujourd'hui, il a été remplacé par l'église actuelle édifiée en 1846. Jusqu'en 1847, le territoire de la Ville-es-Nonais est rattaché à la paroisse de Saint Suliac. Devenu paroisse, il est érigé en commune en 1850.

La Rance

La situation de la commune en bordure de la Rance donne une identité forte à ce territoire mi maritime et mi rural. Les paysages qui s'y déploient autour du Port-Saint-Jean, vasières, roselières, font partie des plus insolites du département d'Ille-et-Vilaine. L'anse du Vigneux, très échancrée, est dominée par deux pointes abruptes, au nord celle du Mont-Garreau qui culmine à 73 mètres et au sud celle du Port Saint-Jean. Avant la construction du pont Saint-Hubert au début du 20e siècle puis plus récemment du pont Chateaubriand, la traversée de la Rance s'effectuait, dans ce passage plus étroit, depuis des temps immémoriaux par l'intermédiaire d'un bac. Au Moyen Age ce sont les chevaliers hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem qui en détiennent le privilège. Cependant, un droit de passage est détenu au 16e siècle par les seigneurs de Plouër. A cette période la navigation de Rance est propice au commerce du vin, produit dans la Région, des céréales, du lin et du chanvre. Plus tard, au 18e siècle, ce sera le trafic des pommes et du cidre qui fera la renommée des ports de Rance. Au 19e siècle, à partir des années 1860, les bateaux à vapeur des cales de Dinard et de Saint-Malo offriront aux voyageurs de passage la remontée de l'estuaire. La construction d'un nouveau quai à Port-Saint-Jean en 1897 facilitera dorénavant à marée montante, les débarquements et embarquements de voyageurs mais aussi de marchandises. Cette animation d'antan a fait place aujourd'hui à la navigation de plaisance, à la pêche mais aussi à l'observation tranquille et solitaire du milieu qui présente la plus vaste zone d'herbus de l'estuaire de La Rance. Les oiseaux migrateurs y trouvent un hivernage propice et protégé. La qualité paysagère et esthétique de ces abords, leurs intérêts également ornithologiques ont été reconnus en 1967 par une inscription sur la liste supplémentaire des sites pittoresques puis en 1995 par un nouvel arrêté de classement faisant de ce site un territoire départemental protégé.

Aires d'études Ille-et-Vilaine
Adresse Commune : Ville-ès-Nonais (La)

Annexes

  • Recensement de la population, 1851, (A.D.Ille-et-Vilaine : 6 M665)

    Agriculture

    Propriétaires cultivateurs : 50

    Fermiers : 8

    Fermiers propriétaires : 4

    Fermiers faisant en même temps un autre état : 12

    Journaliers : 108

    Journaliers propriétaires : 15

    Journaliers faisant en même temps un autre état : 22

    Grande industrie ou manufactures

    Fabrication des tissus de coton, lin, chanvre etc. : 4

    Industrie du bâtiment : 5

    Industrie de l'habillement : 10

    Industrie de l'alimentation : 12

    Industrie des transports : 9

    Employés des communes : 2

    Militaires et marins : 200

    Ecclésiastiques : 2.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Ille-et-Vilaine : Série 2 O 361. Biens et bâtiments communaux.

Documents figurés
  • Tableau d'assemblage, et sections cadastrales, de la Ville-es-Nonais, terminés sur le terrain le 21 août 1848, par M. Lesné, géomètre en chef, M.Lupin, géomètre du cadastre. (A.D.Ille-et-Vilaine : série P).

Bibliographie
  • AUFFRET, abbé. Histoire de Sainte-Anne-sur-Rance. VILLE-es-NONAIS. Pedernec : copie 22, 1957.

  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    p. 324-327 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • COURTOIS, Béatrice. Mémoire en Images. Les Bords de la Rance Maritime. Rennes : Alain Suton, 1995.

  • GICQUEL Roger, AUFFRET Max. La Rance de rives en îles, de cales en ports. Rennes : Ouest France, 2003.

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    p. 353-355, 474-476 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • LEGORGEAU, G. Etude du passage de la Rance entre le Port Saint-Jean et le Port Saint-Hubert. Le Carrouge, n°87. Dinan : imprimerie Du Guesclin, 2004.

  • MOTROT, Louis. Mémoire en Images. Saint-Malo et le Clos Poulet. Saint-Cyr-sur-Loire : Alain Suton, 1994.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).

    p. 426-431