Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de La Chapelle-Caro

Dossier IA56006517 réalisé en 1986

Fiche

Œuvres contenues

Une enquête d’inventaire

Le territoire

L'approche topographique, en considérant avant tout l'œuvre dans son territoire, fait de l'Inventaire un interlocuteur privilégié des organismes et des responsables locaux chargés de la gestion du patrimoine et de l'aménagement de ce territoire. Partout, la richesse et les particularismes du patrimoine constituent des leviers de développement. Les travaux de l'Inventaire permettent d'accompagner une démarche de reconnaissance culturelle tant dans des secteurs ruraux qu'urbains, et aussi de fournir un outil d'aide à la décision en livrant des arguments essentiels à la compréhension historique et esthétique du territoire.

La restitution des données

La restitution des données découle de la méthode d'analyse. À chaque élément étudié correspond une notice. Chacun de ces éléments fait généralement partie, sur un territoire donné, d'une famille d'édifices (maisons et fermes, manoirs et châteaux, églises et chapelles...) ou d'édicules (croix, fontaines et lavoirs, ponts…) ; leurs paramètres descriptifs sont rassemblés dans un dossier collectif, au niveau communal. Au niveau cantonal, un second dossier cantonal restitue les caractères communs de la famille sous forme d’observations générales.

Certains de ces éléments particulièrement bien conservés, représentatifs d'une famille ou au contraire uniques, sont sélectionnés et font l'objet d'une notice plus approfondie.

Les dossiers sont classés du général ou du collectif au particulier, par lieu-dit ; les objets mobiliers sont reliés à leur édifice contenant par une notice intermédiaire intitulée « Le patrimoine mobilier de l'église... » ou « Le patrimoine mobilier de la chapelle... ».

L'enquête sur le patrimoine de la commune de La Chapelle-Caro

Elle s’est déroulée en deux campagnes distinctes :

1) La première enquête s’est échelonnée sur le terrain entre 1983 et 1984 dans un cadre d’études d’inventaire topographique.

Elle a porté sur l'ensemble des éléments bâtis jusqu'en 1950 et sur les objets contenus dans l’église. Elle a abouti, en 1986, à des dossiers « papier ». Les œuvres remarquables ou représentatives du patrimoine, localisées aussi précisément que possible, ont fait alors l’objet d’une notice documentée, accompagnée de photographies et éventuellement de relevés architecturaux.

2) La seconde enquête s’est déroulée en 2010 dans le cadre d’études des communes riveraines du canal de Nantes à Brest.

Après avoir inventorié le réseau du canal (écluses, sites d’écluses, ponts…), il a été décidé d’élargir le champ d’investigation sur une bande de 5 km de largeur totale, de chaque côté du canal, pour mettre en valeur le patrimoine culturel en Bretagne intérieure. Tous les dossiers concernant les communes riveraines ont alors été rassemblés : import des notices électroniques, géoréférencement des œuvres, intégration des illustrations, des notes de lecture et de terrain, mise aux normes d’une bibliographie courante, création des liens entre les notices. Une sélection des œuvres intéressantes du point de vue touristique a été réalisée ainsi que des retours sur le terrain, ne concernant que ces œuvres.

La publication des dossiers permet donc de rassembler des enquêtes issues de cadres d’études différents. Elle est aussi l’occasion de les enrichir : des photographies prises en 1969, et numérisées, en ont rejoint d’autres, prises entre 2010 et 2015, ainsi que quelques œuvres qui n’avaient pas été retenues.

Présentation de la commune de La Chapelle-Caro

La rivière d´Oust constitue la limite ouest de la commune de La Chapelle-Caro, la séparant du Roc Saint-André puis de Sérent ; Saint-Abraham et Caro s´étendent au sud, suivis de Monterrein, à l´est et de Ploërmel et Montertelot, au nord. Les 1614 hectares qui constituent son territoire sont, nous dit le géographe Ogée vers 1780, mêlés « de bonnes et de mauvaises terres ; les landes y sont néanmoins peu étendues, et la récolte y est communément abondante. »

La commune fut indifféremment nommée La Basse-Chapelle, La Chapelle près Ploërmel ou La Chapelle-sous-Ploërmel jusqu´en 1985, où elle prend le nom de La Chapelle-Caro.

Au nord-est de la commune, entre Saint-Méen, le Bignon, la Grée et la Ville au Voyer, de nombreux mégalithes - petit tumulus, menhirs de taille modeste, allée couverte ou dolmen - témoignent d'une occupation ancienne.

Sous l´ancien Régime, l'histoire de La Chapelle-Caro s'est longtemps confondue avec celle de la famille qui lui a laissé son nom, et dont l'un des ancêtres, Thomas de la Chapelle, fut croisé en 1248. Elle fit d´abord partie de la vicomté de Porhoët, puis dépendit du domaine ducal à partir de 1168. Érigée en vicomté en 1576, puis en comté au début du 17e siècle en faveur de la famille de Rosmadec, elle est réunie en 1630 à la seigneurie du Crévy.

En dehors de celle du Crévy, les différentes réformations de la noblesse - en 1426, 1513 et 1679 - signalent les seigneuries de La Chapelle, Villeneuve, La Ville-Dené, La Ville-au-Voyer, La Bagottaye, Codenay, Tréviguet et La Bouère.

En 1790, La Chapelle est érigée en commune ; elle fait partie du canton de Caro entre 1793 et 1801, puis passe dans celui de Malestroit.

Ancienne trève de Ploërmel, La Chapelle devint elle-même paroisse en 1802. Son église du 17e siècle, remaniée en 1711, fut remplacée en 1868 par un édifice de style néogothique.

Mise à part l´église, il existait deux chapelles, l´une privée, dépendant du manoir de Villeneuve et bénite au début du 18e siècle ; la seconde, publique, subsiste encore ; il s´agit de Saint-Méen, dans le nord de la commune.

Tout près de l'église pousse un if commun, haut de 18 mètres et au tronc mesurant 6, 80 mètres de circonférence, âgé de 600 ans ; il est recensé dans la base des Arbres remarquables de Bretagne (http://www.mce-info.org/arbres-remarquables/liste_arbres.php).

(M. -D. Menant)

Aires d'études Communes riveraines du canal de Nantes à Brest
Adresse Commune : Chapelle-Caro (La)

Références documentaires

Documents figurés
  • La Chapelle-Caro. Cadastre napoléonien, section B1 de Tréviguet. Levée par M. Thébaud, géomètre du cadastre, 1829, échelle 1:2500 e.

    Archives départementales du Morbihan : 3 P 123/6
  • La Chapelle-Caro. Cadastre napoléonien, section C1 du Bourg. Levée par M. Thébaud, géomètre du cadastre, 1829, échelle 1:2500 e.

    Archives départementales du Morbihan : 3 P 123/9
Bibliographie
  • OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. 1ère édition 1778-1780. Nouvelle édition, revue et augmentée par MM. A. Marteville, et P. Varin, avec la collaboration principale de MM. de Blois, Ducrest de Villeneuve, Guépin de Nantes et Lehuérou. Rennes : Molliex, libraire-éditeur, 1843-1853.

    t. 1, p. 405-406 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • CAYOT-DELANDRE, François-Marie. Le Morbihan, son Histoire & ses Monuments. Vannes : A. Caudéran, édit. 1847, réimp. Auray : éd. du Bastion, 1990.

    p. 302-303 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • ROSENZWEIG, Louis. Répertoire archéologique du Département du Morbihan. Paris : Imprimerie impériale, 1863.

    col. 139 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • LE MENÉ, Jean-Marie. Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. Vannes, 1891-1894. Reéd. Coop Breizh, 1994.

    t. 1, p. 158-163 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • MENANT, Marie-Dominique, RIOULT, Jean-Jacques. Canton de Malestroit, Morbihan. Rennes : Institut culturel de Bretagne, 1989. (Images du Patrimoine ; n° 60).

    p. 8-9, fig Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)

Liens web