Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Domalain

Dossier IA35021633 réalisé en 2003

Fiche

Œuvres contenues

L'orthographe moderne Domalain autant que la forme latine Domnus Alanus inclinerait à penser

qu'un vénérable personnage nommé Alain était le patron primitif de la paroisse. Arthur de la Borderie déja s'était attaché à résoudre cette difficulté toponymique. Saint Melaine, évêque de Rennes et fondateur de l'abbaye qui lui est dédiée, fut toujours le protecteur éponyme de Domalain. Le nom actuel, fruit d'une latinisation approximative, devait être originellement Dom Melain, alias Dominus Melanus, qui par contraction donna Domalain. Ce préfixe en dom qui indique une antiquité certaine, était jadis employé pour sanctus, particularité que l'on retrouve à Dompierre, autre paroisse de l'ancien évêché de Rennes. Les occurences archivistiques sont cependant tardives : Domalain n'est cité explicitement comme paroisse qu'à l'occasion du mariage de Thomasse de Pouancé avec le baron André de Vitré en 1240. Geoffroy de Pouancé, seigneur de la Guerche abandonne alors en dot à sa fille divers petits fiefs, entre autres in burgo et parochia de Donno Alano à l'exception du burgo de Carqueron, molendinis et situ stangni. Le hameau de Carcraon qualifié de bourg, ses moulins et son étang est déja cité en 1198, puis encore en 1210 lorsque Guillaume, seigneur de la Guerche fait donation à l'abbaye Saint-Georges de Rennes d'une rente destinée à améliorer l'ordinaire des bénédictines le jour de leur fête patronale.

Au temporel, Domalain relevait de la seigneurie du Désert, énorme fief qui s'étendait sur une bonne partie de l'archidiaconé du même nom, et que Jean de Laval divisa en deux parts. Guy XVII, baron de Vitré fit l'acquisition de la moitié orientale en 1542, puis la seigneurie passa à François de Coligny, seigneur d'Andelot que ses successeurs conservèrent jusqu'à la Révolution. Si leur justice s'exerçait au bourg de Domalain où se trouvait l'auditoire, les ceps et colliers, les puissants seigneurs du Désert ne semble jamais avoir résidé dans la paroisse : la seule maison noble connue de la châtellenie se trouvait au lieu dit la Rivière-du-Désert en Visseiche.

L'histoire mouvementée des marches de Bretagne ne semble pas avoir marqué la paroisse de quelques événements dramatiques ou terribles. Une découverte fortuite survenue lors de travaux de voirie près d'un carrefour nommé la Cornouaille mit au jour plusieurs tombeaux contenant des ossements et des fragments d'armures que Marteville attribue à des hommes d'armes morts lors du siège de la Guerche, sans précisions de date. Lointain écho des troubles de la Révolution, un combat opposa en 1832 sur la lande de la Touche-Enault une centaine de soldats de ligne et de garde nationaux à un parti d'insurgés, baroud d'honneur de la chouannerie soulevée une dernière fois à l'appel de la duchesse de Berry contre l'usurpateur Louis-Philippe.

Lorsque vers 1780 le géographe Ogée rédige des notices sur les paroisses de la province à la demande de ces messieurs des Etats de Bretagne, il ne tarit pas d'éloge sur Domalin dont les terres sont fertiles en grains et fruits, et assez bien cultivées. A croire qu'il a lui-même visité la contrée, il en retire l'impression d'une paroisse populeuse - estimée à 2000 communiants - et prospère : c'est un pays couvert, fort peuplé de hameaux et maisons de remarque. Marteville, son continuateur, qui écrit vers 1845, rapporte lui qu'il se fait en Domalain quelque commerce de chanvre et de lin, et n'est pas moins avare en compliments lorsqu'il affirme que Ce territoire produit en outre une quantité considérable de cidre de bonne qualité. Il ne dit mot en revanche de ce qui semble avoir constitué une activité importante dans le pays, peut être parce que le phénomène s'est manifesté tardivement : l'élevage, bovin surtout ; la vocation d'embouche du pays vitréen ne semble pourtant pas neuve.

Aires d'études Ille-et-Vilaine
Adresse Commune : Domalain

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan cadastral napoléonien Tableau D'assemblage De la Commune De Domalain A L'échelle d'1 à 10.000. sans date (1810)..

Bibliographie
  • BANÉAT, Paul. Le Département d'Ille-et-Vilaine Histoire Archéologie Monuments. Rennes : Librairie Moderne J. Larcher, 1927-1929..

    t.2, p. 526-530
  • GUILLOTIN DE CORSON. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray Libraire-éditeur. Paris : René Hatton Libraire-éditeur, 1882-1886..

    p. 523-529
  • GUILLOTIN DE CORSON. Les grandes seigneuries de Haute-Bretagne. reprise de l'édition de 1898, Le Livre d'histoire, Paris, 1999.

    t.1 p. 203
  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. nlle éd[1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

    p. 253-254