Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Chauvigné

Dossier IA35049722 réalisé en 2012

Fiche

Á rapprocher de

Introduction

Chauvigné est une commune française située dans la région Bretagne, dans le département d'Ille-et-Vilaine. Elle appartient à l'arrondissement de Fougères et dépend de la communauté de communes « Antrain Communauté ». Située à 38 km au nord-est de Rennes, la proximité avec cette dernière est accentuée par la présence très proche de la départementale D 175. Chauvigné se trouve donc à 40 minutes de Rennes, 30 minutes de Fougères et 30 minutes du Mont-Saint-Michel. La commune est traversée par la rivière la Minette et présente une superficie de 17,710 km². Sa population est d´environ 750 habitants. Son sol est essentiellement granitique. Aussi, l´agriculture intensive n´a-t-elle pas pu se développer, ce qui a permis de conserver une trame bocagère intacte. Le bourg de Chauvigné est la seule agglomération de la commune. Le reste de l´habitat est dispersé, ce qui se traduit par des fermes isolées sur le territoire ou des regroupements d´habitations en hameaux ou en alignements. L´architecture agricole prédomine, avec des fermes et des dépendances. Les matériaux utilisés dans la construction sont le granite, l´ardoise, parfois la tuile et le bois.

Les premières traces écrites mentionnant Chauvigné remontent au 11e siècle. L´église, « Ecclesia Caliviniaci », contemporaine de cette période y est mentionnée à propos du château voisin dont elle dépendait. Il faut cependant noter le passage des Romains sur les terres communales. En effet, la voie romaine qui allait de Condate (Rennes) à Legedia (Avranches) traversait le nord-ouest de Chauvigné ainsi que la voie secondaire qui arrivait de Rimou en passant par le lieu-dit le Châtel. Du 11e siècle au 12e siècle, Chauvigné était divisé en plusieurs fiefs et seigneuries elles-mêmes rattachées à d´autres seigneuries plus importantes. Ainsi, durant le 11e et le 12e siècle, la châtellenie de Chauvigné est une baronnie, dépendant des seigneurs d´Aubigné. Au début du 12e siècle, les deux tiers des dîmes perçues par le seigneur de Chauvigné sur ses terres sont cédés aux religieux du Prieuré de Saint-Sauveur-des-Landes. Du 12e siècle au 17e siècle, la châtellenie changea régulièrement de famille pour être enfin rattachée à la seigneurie de Bonnefontaine en Antrain au cours du 17e siècle. Durant cette période, la paroisse de Chauvigné était divisée en quatre : Brimblin, la Moisondaie, la Rouairie et Couvy.

La seigneurie de Chauvigné possédait plusieurs fiefs et arrières fiefs en diverses paroisses. Le siège primitif de cette seigneurie est supposé se situer au Châtel à l´emplacement de l´actuel château d´eau. Au 18e siècle, elle s´étendait encore sur les manoirs de Brimblin, à Chauvigné ; de Vaublin et de Lourmays en la paroisse de la Fontenelle ainsi qu´au manoir de la Coquillonnaye en Tremblay. En 1782, à la veille de la Révolution, Monsieur de la Blanchardière Poinçon, seigneur de la Maison Neuve en Chauvigné acquit le manoir de Brimblin, ses retenues et métairies, ses dépendances, ses moulins à blé et à papier, ses bois ainsi que les fiefs de la Chevallaie, de l´Augeardière et du Rocher Rond comme en atteste l´acte de vente de la même année publié dans le Travouil n°49. Huit ans plus tard, le Conseil Municipal de Chauvigné se créé, et Monsieur Poinçon, le plus riche propriétaire terrien de la commune, est nommé maire. En 1793, après avoir donné sa démission pour rejoindre son nouveau poste de commandant en chef du bataillon de la garde nationale du canton d´Antrain, il sera remplacé par Monsieur Faucheux et assassiné quelques mois plus tard par des révolutionnaires vendéens. Au cours du 18e siècle, les abords de l´église du bourg de Chauvigné vont se densifier et accueillir de nouveaux édifices, notamment son presbytère et deux maisons privées. Mais c´est au 19e siècle que l´expansion du bourg est la plus notable. Environ la moitié des édifices actuels datent de cette époque. Le Château de la Maison Neuve (et l´actuelle ferme auberge) sont également construits durant ce siècle. Le développement de la commune est tel qu´en 1874, la municipalité décide de faire construire une maison d´école. Par ailleurs, le cimetière jusqu´alors situé autour de l´église paroissiale étant devenu trop petit, est déplacé sur une parcelle nouvellement acquise à l´entrée nord-ouest du bourg. Au cours du 20e siècle, l´expansion du bourg ralentit, les différentes guerres et l´industrialisation favorisant l´exode rural au profit des grandes agglomérations. Ce n´est que depuis la fin du 20e siècle que la tendance s´inverse. Le coût du foncier dans les grandes villes rendant difficile l´accession à la propriété alors que le développement des moyens de communication permet de parcourir plus rapidement de longues ou moyennes distances. Chauvigné voit ainsi depuis la fin des années 1990 sa population s´accroître honorablement chaque année.

Aires d'études Pays de Fougères
Adresse Commune : Chauvigné

Annexes

  • Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    20083505003NUC : Cadastre, 1823 - Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    20083505014NUC : Cadastre, 1823 - Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    19883500152XB : Carte postale - Archives départementales d'Ille-et-Vilaine - Fonds Lagrée, 8 Fi.

Références documentaires

Documents figurés
  • Extrait de la section D de la Moisondaie. Plan cadastral parcellaire de la commune de CHAUVIGNE, Canton d'Antrain, Arrondissement de Fougères, Département d'Ille-et-Vilaine. Terminé sur le terrain le 15 Juillet 1823, sous l'administration de Mr le Comte de la Villegontier, Préfet, Mr Coine, Maire, et sous la direction de Mr Levaillant, directeur des contributions, Mr Naylies, Géomètre en chef. Par Maunoury, géomètre du cadastre. Papier, encre, aquarelle, échelle 1 : 10000e. (A.D. Ille-et-Vilaine).

  • Tableau d'assemblage du plan cadastral parcellaire de la commune de CHAUVIGNE, Canton d'Antrain, Arrondissement de Fougères, Département d'Ille-et-Vilaine. Terminé sur le terrain le 1er Mai 1823, sous l'administration de Monr le Comte de la Villegontier, Préfet, Mr Coins, Maire. Sous la direction de Mr Levaillant, directeur des contributions, Mr Naylies, Géomètre en chef. Par Mr Monoury, géomètre du cadastre. Papier, encre, aquarelle, échelle 1 : 10000e. (A.D. Ille-et-Vilaine).

  • Chauvigné. Section D de la Moisondais, en 1 feuille, par Monoury, géomètre du cadastre. Papier, encre, aquarelle, [1823], échelle 1 : 1250 e. (A.D. Ille-et-Vilaine).

  • CHAUVIGNE (I.-&-V.) - Château de la Guérinais. Carte postale, Tremblay : Tual, édit. [s. d.]. (A.D. Ille-et-Vilaine, 8 Fi).

Bibliographie
  • BADAULT, Dominique. CHEVRINAIS, Jean-Claude. ANTRAIN et son canton. Chronique de la vie quotidienne 1880-1950. Editions Danclau, 1996.

  • BANÉAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1927 ; reprint, Mayenne : Editions Régionales de l´Ouest, 1994.

    t. 1, p. 399-402
  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1883, 1884, 1886.

    t. 4, p. 409-416
  • L'architecture traditionnelle dans le canton d'Antrain. Association pour la Promotion du Patrimoine d'Antrain et de son Canton, 1985.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic Editions, 2000. (Le patrimoine des communes de France).

    p. 52-55