Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Brusvily

Dossier IA22018085 réalisé en 2012

Fiche

La conduite de l’inventaire

Superficie : 11 km2 83

Population : 977 hab (2007)

Nom des habitants : les brusviliens

Hydrographie : Ruisseau du Guinefort, barrage du Pont-Ruffier

Le patrimoine de la commune

Un saut dans l’histoire

Des tegulae, des céramiques communes trouvées proche de l’étang de Boisreux, indiqueraient une occupation pré romaine du territoire. L’importante voie antique reliant Corseul à Rieux (Morbihan) traversait le nord de la commune. La création de la paroisse est due à un démembrement de la paroisse primitive de Plumaudan. Un texte d’archives atteste en 1156 l’existence de l’église « Saint-Malo de Blusweli » comme possession du prieuré de Léhon. Des vestiges de la période romane se voyaient encore lors de sa démolition en 1867. Quelques croix du début du Moyen Age ponctuent également le territoire et indiquent les anciens chemins encore en place. La croix de l’enclos paroissial présente de face un Christ en croix, tandis que son revers est orné d’un réseau d’entrelacs et de cercles qui évoquent les croix de Plouasne et de Plérin-sur-Mer.

Plusieurs chapelles étaient aussi mentionnées sous l’Ancien Régime, celle du Val Kharo ou Kerharo, située près de l’étang du Val, la chapelle saint Yves dite frairienne, celle de la Roche Desvaux dédiée à Saint Hubert, puis celle du Creux. Il ne reste aucun vestige de ces différents lieux de culte.

En 1400, la maison noble du Quengo appartenait à Rolland du Rocher, sieur du Quengo, du Dilly et de Pargat. Le grand volume à étage du manoir a été reconstruit au 16e siècle. En 1789, cette terre possédait toujours un droit de haute justice seigneuriale. Autre lieu noble de la commune le manoir du Roulais possède plusieurs dates et blasons qui identifient les différentes familles qui se sont succédé en ce lieu, en 1745, les Martin, en 1806 les Rocher du Quengo.

Puiseurs hameaux sont disséminés sur le territoire, au sud du bourg, la Vieux-Ville, la Salle, le Creux, à l’ouest, le Bosreux, au nord, la Pirotais, la Perchais. Dans ces différents lieux l’habitat a été majoritairement reconstruit ou remanié aux lendemains de la Révolution, s’y reconnaissent des formes et des lucarnes particulières mais aussi des mises en œuvre caractéristiques comme l’emploi systématique d’un bandeau peint à la chaux soulignant la toiture.

Le temps des carrières

L’exploitation à grande échelle du granite à la fin du 19e siècle et au 20e siècle a marqué l’histoire de la commune. Deux carrières ont été étudiées lors de l’étude du patrimoine industriel des Côtes-d’Armor, celle des Grandes Landes et la carrière Juhel, du nom de son premier exploitant.

Aires d'études Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Brusvily

Références documentaires

Bibliographie
  • MONIER M.E. Sanctuaires, croix et fontaines. Nouvelles promenades autour de Dinan. Rennes : imprimerie bretonne, 1962.

    Bibliothèque municipale de Dinan
  • Le patrimoine des communes des Côtes-d'Armor. Collection : Le patrimoine des communes de France. Paris : Flohic éditions 1998, 2 tomes.

  • OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. 1ère édition 1778-1780. Nouvelle édition, revue et augmentée par MM. A. Marteville, et P. Varin, avec la collaboration principale de MM. de Blois, Ducrest de Villeneuve, Guépin de Nantes et Lehuérou. Rennes : Molliex, libraire-éditeur, 1843-1853.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • LEMASSON Auguste, abbé. Histoire du Pays de Dinan de 1789 à 1815. Le Pays de Dinan : Dinan, 1989

Multimedia
  • Histoire, patrimoine, noblesse. web master @ infoBretagne.com