Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Binic

Dossier IA22007903 réalisé en 2006

Fiche

Œuvres contenues

1- Binic : principaux repères : (Patrick Pichouron)

Binic est une commune littorale du département des Côtes-d'Armor située sur la côte du Goëlo, au nord-nord-ouest de Saint-Brieuc, à l'entrée de la rivière d'Ic. D'une superficie totale de 596 hectares, elle est bordée par la Manche à l'est et limitée par les communes de Pordic au sud, d'Etables-sur-Mer au nord et de Lantic à l'ouest. Le sous-sol est principalement constitué de schiste et de granite.

Selon Bernard Tanguy, le nom, qui résulte de la position géographique du lieu, est formé à partir d'un terme breton correspondant au cornique "ben", au gallois "bôn" et à l'irlandais "bun", signifiant "pied, base, racine", d'une part, et d'un hydronyme probablement d'origine préceltique, d'autre part.

Les vestiges du Néolithique (7 000 - 2 000 av. J.-C.), tout comme les traces d'activités protohistoriques et les thermes gallo-romains de la Banche, attestent l'ancienneté de l'implantation humaine sur cette partie du littoral costarmoricain.

L'actuelle commune de Binic faisait partie de la paroisse d'Etables sous l'Ancien Régime. Elle apparaît sous la forme "Benic" en 1419, puis "Binic" en 1545 et "Bennic" en 1565. Lieu des audiences de la cour du duché de Penthièvre aux juridictions du comté de Plourhan et de la seigneurie de la Rochesuhard dès 1632, le "haffvre de Bynic" (1564) était un des tous premiers ports de pêche morutière à Terre-Neuve à la fin du Moyen-Age.

Elle a été érigée en trève de la cure d'Etables par ordonnance épiscopale du 13 juillet 1790, mais cette décision adoptée au lendemain de la Constitution civile du clergé ne devint jamais effective. Chapelle annexe de la cure d'Etables en 1814, elle a été érigée au titre d'église succursale de la cure de Lanvollon par ordonnance du 16 mars 1820, puis à partir du 5 décembre 1821 de celle d'Etables. A l'initiative de François Le Saulnier de Saint-Jouan, relayé dans son action par la duchesse d'Angoulême, elle a reçu le titre de commune par ordonnance du 22 août 1821 en raison de son dynamisme économique, puis a été agrandie, par ordonnance du 16 mai 1836, sur la rive droite de l'Ic, d'une fraction de Pordic comprenant les villages de la Ville-Avoine, la Roche-Martin, Sainte-Marguerite, la Tourelle, la Ville-Louais, la Ville-Hulin, l'Echaussée, le Petit-Quartier et Courtel. Binic a été classée station de tourisme par décret du 15 avril 1921.

2- Binic : le patrimoine architectural : (Patrick Pichouron)

La présente enquête a été réalisée au cours des mois de février et mars 2006 dans le cadre de l'opération d'inventaire préliminaire à l'étude du patrimoine des communes littorales du département des Côtes-d'Armor. Elle a permis de procéder au repérage de 294 oeuvres, parmi lesquelles 271 relèvent de l'architecture domestique et agricole, 9 de l'architecture religieuse, commémorative et funéraire, 5 de l'architecture du génie civil, 4 de l'architecture des équipements publics et 4 de l'architecture commerciale. Le cinéma a également fait l'objet d'un répérage. La chronologie du corpus est comprise entre la 1ère moitié du 16ème siècle et le 2ème quart du 20ème siècle, incluant une très forte proportion d'oeuvres datant de la 2ème moitié du 19ème siècle et de la 1ère moitié du 20ème siècle. Au sein de ce corpus, 20 oeuvres ont fait l'objet d'une proposition de sélection pour des raisons d'ancienneté, de qualités architecturales, d'unicité ou de représentativité.

Le patrimoine maritime de la commune de Binic : (Guy Prigent)

La commune de Binic se distingue de la côte du Goëlo par son riche passé maritime, comparable à celui de Paimpol et de Plouézec, qui repose sur la Grande Pêche à Terre-neuve et à Islande, mais aussi sur une forme de tourisme balnéaire à la fois populaire et de qualité, qui a laissé des traces dans le paysage foncier et l'habitat littoral. La maritimité de Binic s'exprime aujourd'hui dans la belle plaisance, représentée par 10 bateaux à signaler, dont 9 bateaux de plaisance (le "Rigel", classé MH) et 1 bateau de charge (la "Fée de l'Aulne", classé MH), régulièrement présents dans le bassin à flot. La centralité portuaire de Binic est un atout de son identité urbaine et maritime.

Il faut aussi signaler 7 objets particuliers sélectionnés, témoins du passé maritime de Binic :

- une coffre de marin Terre-Neuvas

- un livre de bord de terre-neuvier

- un bateau ex-voto et l'autel de l'église paroissiale

- une octant

- compas de route (Musée de Binic)

- un outil de cordier (ancienne corderie de Binic).

D'autres objets, propriétés du Musée de Binic, sont à signaler : un groupe à incendie, un livre liturgique, un carillon, un moulin à grains et une armoire à lin.

L'architecture portuaire de Binic est à conserver et à valoriser, en particulier le vieux port (avec ses vieux quais et son échelle à marée) et le magasin des Ponts et Chaussées, oeuvres à étudier. Il faut encore signaler le fanal de Binic et la jetée de Penthièvre, dans l'avant-port, dont l'historique mériterait une attention particulière et un panneau d'interprétation.

Le Musée des traditions populaires de Binic mériterait également d'être valorisé, avec une orientation à la fois rurale et maritime, selon un projet scientifique encore à définir. Les usages sociaux du patrimoine littoral et maritime de Binic s'expriment en particulier dans les manifestations locales comme "la fête de la morue" venue remplacer l'ancien pardon des Terres-Neuvas.

Aires d'études Communes littorales des Côtes-d'Armor
Adresse Commune : Binic

Evolution démographique (1854-1999)  : Binic en 1854 : 2 407 habitants (source : B. Jollivet). Binic en 1946 : 2 241 habitants (source : Insee). Binic en 1962 : 2 212 habitants (source : Insee). Binic en 1975 : 2 326 habitants (source : Insee). Binic en 1982 : 2 602 habitants (source : Insee). Binic en 1990 : 2 798 habitants (source : Insee). Binic en 1999 : 3 110 habitants (source : Insee).

Annexes

  • Suzanne Joret, ancienne maire de Binic : (Guy Prigent)

    Mademoiselle Suzanne Joret est née le 18 février 1904 à Lanvollon. Petite fille de l'armateur Verry, elle a consacré sa vie au travail bénévole, fondant et animant pendant 20 ans la Maison pour enfants de Binic. Elle s'est investie dans la vie publique et la gestion de la commune pendant plus de 38 ans, d'abord comme conseillère municipale, adjointe aux affaires scolaires, avant d'être élue maire en 1970 à 1977. Durant ses différents mandats, elle a oeuvré pour de multiples réalisations : le transport scolaire, le chauffage du groupe scolaire, l'assainissement de la commune, l'aménagement du nouveau port et de la Banche, la piscine d'eau de mer. Mademoiselle Joret détient plusieurs décorations : chevalier de l'ordre national du Mérite, croix de chevalier des palmes académiques et médaille d'honneur de la ville de Binic. Elle est encore aujourd'hui la doyenne des maires honoraires de France.

  • Louis Massignon : personnalité illustre de Binic : (Guy Prigent)

    Le souvenir de Louis Massignon (1883-1962) reste attaché à la commune de Binic et de Pordic, à travers deux maisons : la villa "Les Roseraies" et la Ville-Evêque. En 1901, sa rencontre avec Huysmans, un ami de son père le sculpteur Pierre Roche, influencera profondément le parcours de sa vie. C'est aussi la date de son premier voyage à Alger. Sa rencontre avec l'Islam remonte à 1905, en Égypte, mais c´est deux ans plus tard lorsque, prisonnier à bord d´un vapeur turc, en Irak, il est visité par l'"Étranger", qu´il trouve sa vocation, au " terrain de contact spirituel entre le christianisme et l´islam ". Désormais, il n´aura de cesse de chercher des points de convergence entre les deux religions, à travers certaines figures exemplaires : Mansûr Hallâj, fameux soufi, condamné à mort et crucifié à Bagdad, en 922, Abraham, bien sûr, le Père de tous les croyants monothéistes, Salmân al-Farisi, un chrétien converti et compagnon persan du prophète de l'Islam, Fâtima, les Sept Dormants d´Éphèse, enfin, saints et martyrs chrétiens dont l´histoire est rapportée dans le saint Coran (sourate al-Kahf). Son oeuvre scientifique a durablement fondé, jusqu'à nos jours, l´islamologie. Les amitiés de Louis Massignon sont innombrables, à commencer par celle de Charles de Foucauld qui fit de lui son exécuteur testamentaire en 1917, après l´avoir vainement attendu au désert pour lui succéder. A sa retraite du Collège de France, il fut de tous les combats pour la décolonisation, soutenant la cause des "opprimés " au sein du Comité France-Maghreb et du Comité Chrétien d´entente France-Islam, en Égypte, à Madagascar, au Maroc (il fera libérer Sidi Mohammed V). En 1954, il crée le pélerinage des Septs Dormants d'Ephèse au Vieux-Marché dans les Côtes-d'Armor. A sa mort, le 31 octobre 1962, Louis Aragon écrira : " Un des hommes qui signifient la France vient de disparaître ". Il a été inhumé dans la commune de Pordic (Côtes-d'Armor). Une bibliographie exhaustive se trouve dans : Youakim Moubarac, "L'oeuvre de Louis Massignon", Pentalogie islamo-chrétienne, Beyrouth, 1972.

  • 20062210320NUC : Tableau d'assemblage des plans cadastraux parcellaires de 1822 - Archives départementales des Côtes-d'Armor - 4 num 1/20, Numplan 1.

    20072206600NUCB : - Mairie de Binic

    20072206601NUCB : - Mairie de Binic

    20072206603NUCB : - Mairie de Binic

    20072206602NUCB : - Mairie de Binic

    20072206599NUCB : - Mairie de Binic

    20072206304NUCB : - Archives départementales des Côtes-d'Armor - Fi, Fonds Joël.

    20072206279NUCB : - Archives départementales des Côtes-d'Armor - Fi, Fonds Joël.

    20072206598NUCB : - Collection particulière

    20072206597NUCB : - Collection particulière

    20072206474NUCB : - Collection particulière

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Côtes-d'Armor : B 933 (1632-1633), juridiction de la Roche-Suhart.

  • AD Côtes-d'Armor : 1 E 1220 (1547-1749), duché de Penthièvre, juridiction de la Roche-Suhart.

  • AD Côtes-d'Armor : 1 E 1236 (1553-1636), duché de Penthièvre, paroisse d'Etables.

  • AD Côtes-d'Armor : 1 E 1239 (1482-1545), duché de Penthièvre, paroisse d'Etables.

  • AD Côtes-d'Armor : 1 E 1241 (1583), duché de Penthièvre, paroisse d'Etables.

  • AD Côtes-d'Armor : 1 E 1242 (1583), duché de Penthièvre, paroisse d'Etables.

  • AD Côtes-d'Armor : 1 E 1243 (1602-1624), duché de Penthièvre, paroisse d'Etables.

  • AD Côtes-d'Armor : 1 E 1246 (1625-1646), duché de Penthièvre, paroisse d'Etables.

  • AD Côtes-d'Armor : 1 E 1249 (1674), duché de Penthièvre, paroisse d'Etables.

  • AD Côtes-d'Armor : 1 E 1250 (1674-1682), duché de Penthièvre, paroisse d'Etables.

  • AD Côtes-d'Armor : 1 E 1251 (1690-1691), duché de Penthièvre, paroisse d'Etables.

  • AD Côtes-d'Armor : 1 E 1252 (1692-1740), duché de Penthièvre, paroisse d'Etables.

  • AD Côtes-d'Armor : 1 E 1253 (1419-1727), duché de Penthièvre, paroisse d'Etables.

  • AD Côtes-d'Armor : 1 E 1258 (1763-1766), duché de Penthièvre, paroisse d'Etables.

  • AD Côtes-d'Armor : 2 O 7/3.

    bâtiments communaux (1860-1940)
Documents figurés
  • AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/20, plans cadastraux parcellaires de 1822.

    Numplan 1, tableau d'assemblage. Documents consultables sur le site Internet <I>http://archives.cotesdarmor.fr</I>
Bibliographie
  • COUFFON, René. Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier. Saint-Brieuc : Les Presses Bretonnes, 1939.

    p. 41-42
  • DAVID, L. L'érection de Binic en commune. In Mémoires de la Société d'émulation des Côtes-du-Nord, 1954, 82.

    p. 95-101
  • FLOHIC EDITIONS. Le patrimoine des communes des Côtes-d'Armor. Charenton-le-Pont : Flohic éditions, 1998, .

    p. 309-312
  • JOLLIVET, Benjamin. Les Côtes-du-Nord, histoire et géographie de toutes les villes et communes du département. Guingamp : B. Jollivet, 1854, 1.

    p. 94-97
  • LE DIUZET, Alain. Binic : son histoire, images d'autrefois. Saint-Brieuc : Imprimerie Guivarch, 1978.

  • LE SAULNIER DE SAINT-JOUAN, Régis. Dictionnaire des communes du département des Côtes-d'Armor : éléments d'histoire et d'archéologie. Saint-Brieuc : Conseil Général des Côtes-d´Armor, 1990.

    p. 101-104
  • OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Rennes : Deniel, 1853, 1.

    p. 271
  • QUERRE, Christian. Binic, port du Goëlo. Histoire des origines à nos jours. Saint-Brieuc : éditions du Dahin, 1981.

  • QUERRE, Christian, LERIBAUX, Philippe. Souvenirs de Binic (1900-1960). Binic : éditions du Dahin, 2004.

  • RAISON DU CLEUZIOU, Jacques. Binic : notes sur son érection en paroisse. In Mémoires de la Société d'émulation des Côtes-du-Nord, 1979, 108.

    p. 112-128
  • RUFFELET, l'Abbé. Annales briochines ou abrégé chronologiques de l'histoire de ecclésiastique, civile et littéraire du diocèse de Saint-Brieuc. Saint-Brieuc : imprimerie de L. Prud'homme, 1850.

  • TANGUY, Bernard. Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes-d'Armor : origine et signification. Douarnenez : Ar Men-Le Chasse Marée, 1992.

    p. 24