Logo ={0} - Retour à l'accueil

Presbytère prioral (Saint-Léger-des-Prés)

Dossier IA35014618 inclus dans Prieuré puis église paroissiale Saint-Léger (Saint-Léger-des-Prés) réalisé en 2001

Fiche

Parties constituantes non étudiéeslogement, grange, remise
Dénominationspresbytère
Aire d'étude et cantonIlle-et-Vilaine - Combourg
AdresseCommune : Saint-Léger-des-Prés
Cadastre : 1982 A 133, 134
Tournant le dos à la rue et au cimetière, le presbytère de Saint-Léger fait partie de l'enclos paroissial, parti qui n'est pas fréquent en Bretagne. Tout laisse penser que l'ancien logis prioral et l'église de Saint-Léger ont été élevés au cours d'une même campagne, au cours du XVIe siècle. L'édifice, qui forme pour ainsi dire comme une aile en retour d'équerre au sud-ouest, est solidaire de la nef par un raccord de toiture et de maçonnerie, preuve qu'il s'agit là d'une disposition originelle. Une porte percée dans la longère. L'allure primitive du logis est aujourd'hui malaisée à restituer car l'élévation a été très remaniée lors de la restauration entreprise par messire Marcel Langlois, recteur de Saint-Léger de 1742 à 1777, lequel a pris soin de faire graver son nom pour mémoire sur un linteau de fenêtre - FAIT.PAR:Ml/LANGLOIS:Pr[être]. - tandis que l'on relève sur un autre la date 1774 dans un cartouche. Mais la distribution ne semble pas avoir été bouleversée à cette occasion. Le logis se compose de quatre pièces habitables et d'une pièce de décharge : au rez-de-chaussée sont disposés du nord au sud un cellier, une chambre sans feu et une salle, tandis que l'étage, desservi par un escalier droit logé dans la travée centrale, est partagé en deux chambres ayant chacune une cheminé. De nombreux éléments plus anciens ont été remployés dans les encadrements des baies : on relève un linteau délardé en accolade repris en guise d'appui de fenêtre, un autre linteau de l'étage décoré de cupules, détails décoratifs qui trahissent le XVIe ou la première moitié du XVIIe siècle. En 1887, un corps de bâtiment en forme de pavillon est accolé au pignon sud à l'initiative de François DATIN qui dessert la paroisse de 1876 à 1883, les initiales F.D. ainsi que la date 1887 sont gravées sur la façade. Ce petit logis indépendant a pu servir de logement au vicaire ou de fabrique et de salle de cathéchisme plus vraissemblablement.
Période(s)Principale : 2e quart 18e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : limite 15e siècle 16e siècle
Dates1774, porte la date
1887, porte la date
Mursgranite
moellon
Toitardoise
États conservationsremanié, restauré
Statut de la propriétépropriété de la commune
Protectionsinscrit MH, 1980/11/13

Annexes

  • 20013516777NUC : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

Liens web