Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Presbytère, Les Hautes Mares (Saint-André-des-Eaux)

Dossier IA22017313 réalisé en 2010

Fiche

  • Vue générale
    Vue générale
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • cour
    • jardin
    • enclos
    • communs

Dossiers de synthèse

La conservation de l’ensemble, cour close avec ses dépendances et jardin, contribue pour beaucoup à l’intérêt de l’édifice. Du 17e siècle, le logis conserve ses deux pignons en terre, il a été majoritairement reconstruit au 18e siècle en pierre comme l’atteste la rénovation actuelle. Plusieurs campagnes de modifications des ouvertures sont perceptibles. La façade sud donne sur un jardin potager et d’agrément dont le dessin a été conservé et assure un charme indéniable à cet endroit. La porte d’accès au jardin est surmontée d’un christ en croix qui peut également remonter au 17e siècle.

Parties constituantes non étudiées cour, jardin, enclos, communs
Dénominations presbytère
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Saint-André-des-Eaux
Lieu-dit : les Hautes Mares

La commune n´ayant pas de bourg avant la fin du 19e siècle, le presbytère est édifié dans un des hameaux les plus proches de l´ancienne église paroissiale, au Hautes Mares. Cette situation quelque peu éloignée de l´église s´explique par le cours capricieux de la Rance à cette époque, des inondations importantes y sont toutefois mentionnées en 1788. Le logis presbytéral semble situé à cet emplacement depuis le 17e siècle, il a été entièrement reconstruit au 18e siècle et repris aux époques ultérieures. Ce lieu est cité pour avoir abrité l´abbé Julien Egault, professeur de rhétorique de François René de Chateaubriand au collège de Dol.

Période(s) Principale : 18e siècle

L´organisation des bâtiments visible sur le cadastre de 1842 a été conservée. Les communs forment une aile plus basse en retour d´équerre, à l´est un ancien fournil. Le logis à cour fermée présente deux façades différentes qui rendent compte des aménagements successifs. Le gros oeuvre est partiellement en terre (partie ouest du logis, pignon est) et en moellons de calcaire coquillier provenant des carrières locales. Les encadrements des ouvertures sont de matériaux multiples, majoritairement en granite pierre de taille. La distribution a été modifiée, vraisemblablement à l´origine à trois pièces au sol. La salle de l´est conserve sa dalle avec son évacuation d´eau, visible à gauche de la porte d´entrée. A droite de celle-ci, la fenêtre du rez-de-chaussée a été agrandie. L´escalier de maçonnerie contre cette façade est de création récente. La façade sud sur le jardin a été en partie recomposée de travées régulières.

Murs falun
granite
terre
Toit ardoise
Étages 1 étage carré
États conservations bon état, restauré
Techniques sculpture
Représentations Christ en croix
Précision représentations

Christ en croix, porte de l'enclos du jardin.

Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20102211783NUC : Archives départementales des Côtes-d'Armor