Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Poudrières de l'Île des Morts, Roscanvel (Crozon)

Dossier IA29004191 réalisé en 2007

Fiche

Appellations Île des Morts
Parties constituantes non étudiées édifice logistique, caserne, cale, cimetière, digue
Dénominations poudrière
Aire d'étude et canton Bretagne - Crozon
Adresse Commune : Crozon
Lieu-dit : baie de Roscanvel
Cadastre : WY 1

A l'origine utilisée comme terrain agricole, l'Île des Morts, d´une superficie de 7 hectares et située dans la Baie de Roscanvel, entre le fort de Quélern et l´Île-Longue, fut réquisitionnée par l´armée dès 1690. Les marins malades mis en quarantaine sur l'Île Trébéron voisine étaient enterrés dans des fosses communes creusées dans la partie méridionale de cette île lorsqu'ils mouraient. Au début du 19e siècle, elle fut choisie, à l´initiative du Ministre de la guerre Truguet, pour abriter la nouvelle poudrière que réclamait la Marine. En effet, depuis le 18e siècle, l'approvisionnement en poudre de l'Arsenal de Brest se faisait depuis la poudrerie de Pont-de-Buis depuis l'île d'Arun, à l'embouchure de l'Aulne. Ainsi, entre 1808 et 1814, On confia à l´ingénieur Jean-Nicolas Trouille la direction des travaux. Ce chantier d´importance imposa de niveler le sommet microgranitique de l´île pour y établir trois magasins à poudre. On fit venir du bagne de Brest plusieurs centaines de forçats astreints à la « grande fatigue ». La Marine construisit également une caserne, plusieurs cales (entre 2 et 6 selon les sources) et une digue en pierre. On combla aussi la grève du côté est pour créer une zone portuaire ou s´opéraient le chargement et le déchargement de la poudre venue de la poudrerie de Pont-de-Buis. En 1868, avec l'arrivée du chemin de fer à Brest, la Marine décide la construction d'une nouvelle poudrière à Saint-Nicolas, à Guipavas. L'île des Morts reste toutefois utilisée pendant les deux guerres mondiales. Ainsi, durant la Seconde guerre mondiale, les Allemands réoccupent le site pour le stockage des munitions. Des vestiges de voie ferrée « Decauville » datant de cette époque sont encore présents. En 1960, les installations sont déclassées. Quelques années plus tard, l'île entre dans le périmètre de protection érigé autour de l'Île Longue et est interdite d'accès.

Période(s) Principale : 4e quart 18e siècle
Secondaire : 19e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Dates 1808, daté par source

Les trois magasins à poudre mesurent chacun 45 m de longueur pour 12 m de large, sur deux niveaux. Ils sont protégés par un mur d'enceinte et forment un ensemble architectural très homogène. La qualité des matériaux utilisés (granite et grès jaune de l´Île-Longue, l'utilisation du métal était proscrite pour éviter toute explosion) a assuré leur pérennité jusqu'à aujourd'hui. Interdite d'accès, l'île est entretenue a minima, dans l'optique d'une éventuelle mise en valeur des vestiges. Ainsi, depuis Quélern, on distingue bien les trois poudrières, qui sont de plus en plus envahies par la végétation.

États conservations mauvais état, désaffecté, inégal suivant les parties

Données complémentaires architecture PATMAR

THPA Défense militaire des côtes
MENA abandon ou état de ruines induisant un risque de disparition
PMEN Ce terrain militaire est coûteux à entretenir.
DREC moyennement citée
INGP intérêt de mémoire ; intérêt paysager et pittoresque
PING Ces bâtiments témoignent de l'implantation militaire en rade de Brest et de son intérêt stratégique.
RECO S´agissant d´un site militaire, aucune recommandation particulière à apporter, si ce n´est, à l´instar des personnes interrogées, réhabiliter l´île et permettre éventuellement l´accès des civils, au moins quelques journée dans l´années à l´occasion de manifestations.
Statut de la propriété propriété de l'Etat

Annexes

  • Ce dossier électronique a été réalisé par l´Observatoire du patrimoine maritime culturel de Bretagne du laboratoire Géomer (UBO) dans le cadre d´une étude thématique régionale sur le patrimoine maritime culturel. Un autre dossier, complémentaire de celui-ci, a été rédigé dans le cadre d´une étude thématique régionale sur les fortifications littorales de Bretagne-nord :

    Voir aussi enquête thématique régionale (fortifications littorales) - 2004 - Guillaume Lecuillier : Ensemble de trois magasins à poudre (poudrières) et édifices logistiques : .

Références documentaires

Bibliographie
  • Entretien avec Marcel Burel, en 2007.

Périodiques
  • GALIFOT, Agnès. Les Mystérieuses de Roscanvel. Crozon : Le presqu´îlien, n° 51, 1998.

    p. 12
  • BUREL, Marcel. L´île des Morts et l´île Trébéron.Crozon : Le Presqu´îlien, n° 111, 2003.

    p. 20-21