Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Port de Coz-Pors (Trégastel)

Dossier IA22007350 réalisé en 2006

Fiche

Parties constituantes non étudiées quai
Dénominations port
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Perros-Guirec
Adresse Commune : Trégastel
Lieu-dit : Coz Pors
Cadastre : Domaine Public Maritime

Le rapport de l'ingénieur Rapilly en 1931 rappelle que le port de Trégastel n'est fréquenté que par 29 bateaux de pêche, armés par un équipage de 35 marins pêcheurs. La flottille totalise 50 tonneaux et débarque une valeur de 130 000 francs. Cependant, les pêcheurs ne fréquentent ce port mal abrité que pendant la belle saison, où ils se livrent à la pêche aux crustacés, aux lignes de fond et aux maquereaux. Le ressac empêche les bateaux de béquiller alors que le port proche de Ploumanac'h est d'échouage plus aisé. Les bateaux sont amarrés le long du quai avec une amarre arrière et un rappel au quai, en oblique. De mai à octobre, les pêcheurs d'Audierne, de Concarneau et de Douarnenez fréquentent ce port pour les grands crustacés. Pendant l'hiver, les bateaux vont s'abriter dans le port de Ploumanac'h. Le quartier sous la Grève Blanche, situé un peu plus à l'ouest, est le quartier où résident les marins-pêcheurs Devant les réticences de l'administration à engager des travaux, la commune de Trégastel, appuyée par les marins pêcheurs, a fait réaliser en 1911 les plans de deux cales et d'une plateforme sur la dune avec des emplacements pour les cabines de bains. Ce projet de port devait servir autant aux touristes, aux ballades en mer qu'aux les pêcheurs côtiers. Le port de Trégastel, appelé Coz Pors, "le mal nommé", ne signifie pas dans la langue bretonne le "vieux port" (il se serait dans ce cas appelé "Pors Coz"), mais "le mauvais port", en tant qu'abri mal protégé des vents de nord, qui s'engouffrent entre les îlots de l'île Dhu et du Dé ; la mer faisant ressac devant l'Île Ronde et provoquant un "méchant" clapot dans l'anse de Coz Pors. Les aménagements portuaires furent réalisées entre 1912 pour la 1ère cale et 1932/33 pour les deux quais. Aujourd'hui les quais ne sont plus utilisés par la pêche professionnelle, inexistante à Trégastel, mais par les vedettes des Sept-Îles et les bateaux des plaisanciers. Le port a conservé sa vocation touristique et balnéaire avec les nombreux bateaux qui mouillent l'été à la plage ouest de Coz Pors. Le site a conservé le pittoresque de ses chaos granitiques, qui ont gommé en quelque sorte les aménagements portuaires discrets, à l'échelle du lieu et de ses contraintes. Seul le front de port a subi des aménagements importants : plateforme en béton pour accueillir les cabanes de plage, promenade, piscine d'eau de mer chauffée, hôtellerie et restauration.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle

Coz Porz est une petite anse sablonneuse, dont la partie portuaire aménagée au cours du 1er quart du 20ème siècle, est enserrée dans un chaos de rochers (chaos granitiques remarquables : "la Sorcière", "la Tête de Veau"), et s'adosse à un front dunaire, très urbanisée. L'abri portuaire se développe sur un espace restreint, soumis au ressac, d'environ 100 mètres de largeur sur une profondeur de 200 mètres entre Enez Forn et l'Île Ronde. Cette anse qui ne couvre qu'à marée haute, se prolonge à l'ouest par une série de plages dunaires, celle de Coz Pors, de la Grève Blanche et de Toull Bihan. A l'est, le promontoire rocheux de Saint-Sauveur et de Beg ar Vir avec les rochers du Gouffre marquent la limite naturelle du port.

États conservations bon état, remanié
Statut de la propriété propriété publique
propriété de la commune

Annexes

  • Extrait du Pilote de Thomassin, 1875

    Trégastel. Cet échouage se trouve au sud de l'Île Rennat à la toucher. Il n' y a pas d'alignement pour faire le chenal (sic). L'entrée de Trégastel se trouve à 1 encablure 1/2 à l'est de la pointe est de l'île Rennat ; à 1/2 mille dans l'ouest du phare de Ploumana'ch ; le chenal court ouest quart sud ouest et varie de 50 à 200 m. Il est considéré par les habitants du pays, comme bien plus facile et plus abordable que celui de Ploumanac'h. La partie sud de l'anse est plus libre et se nomme "anse de Sainte-Anne", du nom de la chapelle qui se trouve dans la partie ouest. Le village de Toull ar Ki se trouve au sud ouest du bassin entre deux mamelons qui le cachent du port, mais on le voit de la mer. Le bourg est à Trégastel. Il y a à Toul ar Ki 30 bateaux de pêche à deux voiles (lougres). Ils font la pêche du homard et des congres, des vieilles et des raies au chalut ou avec des filets.

    Les points remarquables de la côte

    Les points remarquables de la côte que l'on voit le mieux de la mer en élongeant cette côte de Ploumanac'h et en venant de l'est sont :

    La Clarté et le sémaphore du Cribou au nord-nord est d'elle ;

    Le phare, que les marins appellent ordinairement Mine Ruz ;

    Le Castell Bras de Ploumanac'h, bloc grisâtre qui cache le village et se trouve à 400 m au sud ouest quart sud de l'entrée ;

    L'Île Rennat ou Rennote, le long de laquelle se trouve, dans le sud, le port de Trégastel ;

    Lambras ; bloc superposé et blanchi à l'est ;

    la Pierre Pendue, recourbée vers le sud et blanchie à l'est ;

    l'Île Dhu et, au sud-sud ouest d'elle, le corps de garde de Trégastel, bloc de rocher isolé avec une maison appuyée contre lui ;

    le moulin de Kerlavo au sud de la côte, gris, tout en bas ;

    le calvaire de Trégastel, construction massive et nouvelle, qui domine le bourg de Trégastel à moitié hauteur de la terre dans l'intérieur, entre Plemeur et la Clarté. Le village de Bringwiller, le plus près de la mer au sud-sud-ouest de l'Île de Seigle ; on ne voit de la mer que les cheminées et les toits alignés est et ouest sur la pointe Kermen, et à sa droite le Rocher de la Veuve ;

    l'Île de Seigle eu loin dans le sud ouest l'île Goulmédec ;

    Ar Gouirthès, le Cormoran, roche isolée noire et arrondie, qui ne couvre pas.

    Le Fouillé

    L'île Rennat (Rennoth), qui a 1/2 mille d'étendue et paraît former la gauche de l'entrée, est reliée à la pointe du corps de garde, par un large sillon de galets rougeâtres qui couvre à peine dans les grandes marées. Toute l'eau qui arrive dans ce vaste espace, entre par le chenal de Trégastel. La partie située au sud de l'île Rennat et à l'est du corps de garde est parsemée de roches à laisser à peine passer une embarcation. On pourrait cependant y haler un navire. Au nord est du corps de garde de Trégastel se trouve l'anse du Fouillé, au fond de laquelle se trouve une grève qui est au nord-nord est du corps de garde à 400 m. L'alignement est : le moulin de Crec'h Meur vu des deux voiles à droite du corps de garde ; il fait passer sur l'un des plateaux qu'on laisse dans l'est. Cette anse ne peut être utile à un caboteur que pour étaler une marée ou pour faire côte précipitamment. A 2/3 de baissée et dans les mortes-eaux on est à l'abri de tous les vents de la mer.

    Ce chenal qui a 900 m de longueur laisse à babord :

    L'île Dhu, d'environ 200 m de diamètre ; c'est avec Lambras (blanchie à l'est) qui en est à 750 m à l'est-sud-est 1/2 est, les points les plus nord de la pointe ; les marins du pays l'appellent généralement Roc'h Dhu ou la Pierre Noire. La Maison-Neuve (jaune et à rez-de-chaussée), vue par la gauche de la pointe de la baie blanche, fait à peu près parer ces dangers en embardant.

    Costankou Ce petit port naturel est un échouage dans les îles à l'abri de tous les vents et de la mer. Il y monte 6 m d'eau près de l'île du Biwic ou Île Tanguy, et 3, 50 m dans le fond, aux grandes marées. Il se trouve à 2 milles dans l'ouest du phare de Ploumanac'h (feu fixe rouge), et à 2 milles à l'est-nord-est de l'Île Grande. Il y va souvent des gabarres prendre des pierres et quelques caboteurs du pays en relâche. Toute cette côte est basse et l'on reconnaît la place du port au Gros Caillou qui est à 1 mille à l'ouest de la Pierre Pendue. L'entrée du chenal est à 2 encablures à l'ouest-nord-ouest du Cormoran (ar Courthes) et l'alignement est : le moulin de Crec'hmeur entre la droite de l'Île Tanguy et la plus à gauche des cheminées de Brigwiller. Quand on est par le travers de l'Île de Seigle (150 m d'étendue), la première à gauche en entrant, on vient au sud est, le cap sur un bloc de la côte vu par la Clarté, puis on contourne l'Île Tanguy à 1 encablure 1/2, on fait 1 encablure au sud-sud-ouest et l'on mouille. Le moulin de Crec'hmeur est au loin, sur le haut de la côte, le premier à gauche de Plemeur ; il y a une petite ferme à côté.

  • Descriptif du port de Trégastel en 1809

    Ce port est de la même manière constitué par un ensemble de petites anses formant la rade, qui souffre de ses difficultés d'accès et particulièrement du grand nombre de roches affleurantes.

    Suit le port de Trégastel, qui referme 3 petites anses dites de la chapelle Sainte-Anne-du-Maoul, celle de Biguillonic et celle de Crassiene ; on peut aborder ce port avec des bateaux de 8 à 10 tonneaux très difficilement, à cause du grand nombre de petites isles et des rochers qui sont vis à vis : il y a dans les plus grandes marées au plein 8 à 10 pieds d'eau ; La mer s'en retire peu loin et laisse un grève hérissée de rochers parmi lesquels coule un ruisseau formé de l'égout des terres et de plusieurs sources ; ce qui rend la grève difficile à marche (Arch. nat. Mar. D222, f°144 et Arch. Art. 3a 19, f°168).

    La description de 1809 est la suivante : rade de Trégastel, gisement ouest-nord-est, hauteur d'eau de pleine-mer : 4 brasses, de basse-mer : 2 à 3. Quoique la rade de Trégastel soit une rade foraine, elle offre néanmoins dans les gros tems un abri aux navires de 2 à 300 tonneaux et la multiplicité des isles qui s'y trouvent pourraient y former un port d'une certaine importance, si elles étaient réunies au moyen de jetées (AD 22, 11S 1, État indicatif des ports, 1809).

  • 20062209126NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, Série S Supl. 219.

    20062209125NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, Série S Supl. 219.

    20062209263NUCB : Direction départementale de l'Equipement (Côtes-d'Armor)

    20062209218NUCB : Direction départementale de l'Equipement (Côtes-d'Armor)

    20062209129NUCB : Collection particulière

    20062209120NUCB : Collection particulière

    20062209137NUCB : Collection particulière

    20062209136NUCB : Collection particulière

    20062209155NUCB : Collection particulière

    20062209150NUCB : Collection particulière

    20062209135NUCB : Collection particulière

    20062209134NUCB : Collection particulière

    20062209133NUCB : Collection particulière

    20062209132NUCB : Collection particulière

    20062209131NUCB : Collection particulière

    20062209130NUCB : Collection particulière

    20062209573NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 26 Fi, Fonds Henrard.

    20062209128NUCB : Collection particulière

    20062209127NUCB : Collection particulière

    20062209276NUCB : Collection particulière

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série S Supl. 11 S1. Etat indicatif des ports, 1809.

  • AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série S Supl. 219. Plan parcellaire de la baie de Coz Pors vers 1911 : le chemin des goémoniers est parallèle au projet de grande cale.

Documents figurés
  • PINOT, Jean-Pierre. Rapport sur l'évolution du littoral autour de la Baie de Lannion et sur la côte de Granit Rose, SMVM da la Baie de Lannion. Brest : Laboratoire de Géographie de la Mer, UBO, 1993.

    p. 12. 6
Bibliographie
  • LEBERRE, Alain, OMNES, Abel. Toponymie nautique de la côte nord de Bretagne entre le plateau de la Méloine et les Héaux de Bréhat. Paris : Imprimerie nationale, 1973.

    p. 70