Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Pont, Madeleine (la) ; Port de Dinan (Dinan-Lanvallay)

Dossier IA22132371 réalisé en 2013

Fiche

La Rance resserrée à cet endroit a permis la construction d'un pont à l'époque médiévale, la première mention de celui-ci apparaît vers 1070, lors de la fondation d'un prieuré sur sa rive droite.

Dénominations pont
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Lanvallay
Lieu-dit : Madeleine (la), Port de Dinan
Adresse :

Une origine médiévale

Les premières mentions du pont sont liées à la fondation du prieuré vers 1070. Celui qui est en place de nos jours n'est pas aussi ancien. Il a été transformé, détruit en partie, puis reconstruit. A l'origine la Rance était plus large et il fallait cinq arches pour enjamber le lit de la rivière. La première arche, côté Dinan, actuellement comblée par une terrasse est la plus ancienne, la seconde peut remonter au 15e ou au 16e siècle, la troisième a été reconstruite plusieurs fois. La dernière modification importante a été réalisée après la guerre par l'architecte Raymond Cornon qui rétablit une arche marinière en pierre suffisamment large pour le passage des péniches et autres bateaux à moteur.

Les moulins du Pont

Avant la canalisation de la Rance, le pont était accosté de deux moulins à eau, dont un nommé le Grand Moulin appartenait à la veille de la Révolution aux seigneurs de Dinan et l'autre qualifié de “petit moulin “ était le bien du prieuré de la Madeleine. Ces moulins étaient mus à la fois par l'eau douce de la Rance et par la marée qui supplée aux temps de sécheresse à l'eau douce. L'eau était conduite vers les roues du petit moulin par une chaussée en pierre qui gênait la navigation, d'où la décision de la détruire ainsi que le petit moulin. Un acte réalisé en 1824 avant sa démolition rendait compte de son parfait état de marche.

Période(s) Principale : Moyen Age, Epoque contemporaine
Murs granite moellon
pierre de taille

Annexes

  • Le petit moulin du prieuré de la Madeleine (Lanvallay)

    Analyse et documents retranscrits par Yvon le Corre

    « François Carillet le petit moulin du prieuré de la Madeleine du Pont à Dinan...estant jouxte le pont à Dinan sur la rivière de Rance , de son père Julien, demeurant au moulin de Léhon, qui l'avait acheté aux enchères à la bougie, comme bien national provenant de la communauté des bénédictins de Noirmoutier, le 2 septembre 1791, pour la somme de 4500 livres. » « Il se situait sur le pont et mesurait, en 1824, 11m20 en longueur hors œuvre (parallèlement au pont), 7,26m en largeur (perpendiculairement au pont) et avait 16 m de hauteur depuis le fond du coursier jusque sous le faîte du comble. Le bâtiment contenant le mécanisme est dit alors « d'une solidité qui exempt toute réparation ».

    Les deux meules neuves de 2,20 m de diamètre chacune (en 1824) et

    autres équipements se trouvaient au rez-de-chaussée, l'étage servant de demeure au meunier, beau grenier au-dessus, le tout desservi par un escalier. Des pierres de taille de granit d’excellente qualité formaient la partie inférieure sur 4m de hauteur. Au-dessus, la maçonnerie était composée de très beaux moellons jusque sous le comble de 4m35 de hauteur couvert en ardoise. Les planchers sur poutrelles étaient en châtaignier. Le moulin en 1824, avant sa destruction, était donc en excellent état. Le texte le confirme : les murs ont été construits « il y a près de 60 ans ». Le moulin existait auparavant, en 1730 il logeait Pierre le Corre et son épouse Jeanne Lemétayer qui accusent en justice l'abbé du prieuré de la Madeleine, qualifié sieur abbé Le Maître, demeurant à Paris « pour logements inhabitables non seulement par défaut de réparation mais parce qu'il y avoit des cellez apposez dans deux appartements de la maison, les meules du moulin usées ».

Références documentaires

Bibliographie
  • LE CORE Yvon. Le quartier de la Madeleine sous l'Ancien Régime. Le pays de Dinan, 1999, p.327

Liens web