Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Pont du Douron (Plestin-les-Grèves)

Dossier IA22003430 réalisé en 2004

Fiche

Appellations Pont Cornic
Dénominations pont
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Plestin-les-Grèves
Adresse Commune : Plestin-les-Grèves
Cadastre : Domaine public maritime

La construction d'un pont sur le Douron était déjà réclamée en 1865-1867 par le conseil municipal de Plestin-les-Grèves, soutenue par une pétition des habitants. Communes du Finistère proche, Guimaëc et Locquirec s'étaient associées à cette démarche, pour les raisons suivantes : - la circulation des hommes et des munitions pour la défense des côtes - Il y avait encore trois embarcations de passage en 1865, pour un trafic croissant - Toul an Héry était le port de commerce le plus proche de Lanmeur, Saint-Jean, Plougasnou et Locquirec - Les courants à cet endroit du Douron étaient rapides et violents, la présence de sables mouvants rendait la traversée dangereuse. - Locquirec exploitait des carrières de moellons et d'ardoises, nécessitant des moyens de transport entre les deux rives du Douron. - Le transport des amendements calcaires du banc du Douron sur 1 km de long et 500 m de large. - La station la plus proche de la ligne de chemin de fer était Plounérin. Un avant-projet des lieux fut déposé en 1867. Les premières études furent dressés en 1874 par l'agent-voyer Courcoux. On pouvait distinguer sur ces plans le moulin Rochelan (aujourd'hui détruit) et son bief. Le profil du pont suivait la ligne du bac de passage, avec les premiers sondages datant de 1867 (10,30 m en hauteur du chemin vicinal côté Plestin et 8,50 m de hauteur en marée d'équinoxe). Le premier plan de 1874 indiquait un pallier de 226 mètres pour une longueur totale de 575,20 mètres. Le pont avait 16 mètres d'ouverture. En 1875, les sieurs Huon de Pénanster (propriétaire de l'usine de sardines de Locquémeau) et Rochelan (propriétaire du moulin de Rochelan) lançaient une pétition pour réclamer une digue carrossable, de préférence à un pont, pour traverser le Douron et favoriser leur commerce respectif ; mais le Conseil général évaluant le projet trop onéreux opposa un refus et s'engagea à l'étude d'un pont. Les travaux débutèrent pendant l'été 1932 et durèrent 2 ans, dirigés par la Société des entreprises Limousin de travaux publics, spécialisée dans le béton armé. Une voie d'accès fut réalisée côté Plestin, pour raccorder l'axe Morlaix-Lannion. Le pont du Douron en béton fut inauguré le 2 septembre 1934, en présence de Cornic, conseiller général du canton de Plestin (qui donna son nom au pont, suite au vote du Conseil général des Côtes-du-Nord) et de Guillemot, sénateur, conseiller général du canton de Lanmeur, avec Ambroise Guillou, maire de Plestin et Le Lay, maire de Locquirec.

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1934, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Courcoux, agent voyer,

Le pont du Douron est entièrement construit en béton sur dix travées (piles du pont avec des sections en V). Il s'appuie sur des culées en pierres de schiste et de granite sur les deux rives. Il mesure 132 mètres de long et 7,50 mètres de large.

Murs béton
schiste
granite
États conservations bon état
Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Témoignage de R. Lay, maire de la paroisse de Locquirec sur la construction du pont Cornic sur le Douron (Bulletin paroissial de Locquirec n° 124)

    Pour asseoir solidement les bases du pont, il a fallu battre des pieux jusqu'à une profondeur de 8 à 10 mètres dans les sables de l'estuaire. Afin de gagner du temps, les opérations se compliquant du fait du jeu des marées, l'entreprise de travaux publics Limousin organisa des équipes de nuit travaillant à la lumière de forts projecteurs.

    Le pont construit en béton armé, comporte dix travées d'une ligne sobre mais non dépourvues d'élégance. Ses caractéristiques sont les suivantes : longueur 132 mètres, largeur 7,50 mètres. La voie utile, large de 5,50 mètres se trouve bordée de trottoirs de 1 mètre. La traversée totale de l'estuaire est de 915 mètres et se répartit ainsi : 132 mètres de pont, 300 mètres de tranchées profondes, le reste 483 mètres en remblai d'accès ayant nécessité pas moins de 25 000 mètres de matériaux.

    Roger Le Deunff (Centre culturel de Plestin-Les-Grèves).

  • 20042206435NUCB : Collection particulière

    20042206432NUCB : Collection particulière

    20042206431NUCB : Collection particulière

    20042206434NUCB : Collection particulière

    20042206433NUCB : Collection particulière

    20042206448NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, Série S. 165 Sup.

    20042206480NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, Série S. 165 Sup.

    20042206447NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, Série S. 165 Sup.

    20042206444NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, Série S, supl. 165.

    20042206545NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, Série S. 165 Sup.

    20042206479NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, Série S. 165 Sup.

    20042206436NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, Série S. 165 Sup.

Références documentaires

Bibliographie
  • BOUTOUILLER, Jean, GOUAISLIN, Maurice, LE DEUNF, Roger, ROIGNANT, Jacques, THIRIOUX, Isabelle. Le Douron et Toul an Héry. Plestin-les-Grèves : Centre culturel de Plestin-les-Grèves, 1998.

    p. 107-117