Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Pont de Saint-Cado (Belz)

Dossier IA56005462 inclus dans Écart dit Île de Saint-Cado (Belz) réalisé en 2006

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénomination Digue route
Dénominations pont
Aire d'étude et canton Ria d'Etel - Belz
Hydrographies Rivière d'Etel
Adresse Commune : Belz
Lieu-dit : Saint-Cado
Cadastre : 2003 domaine public

La légende attribue la construction d'un pont entre l'îlot et la terre ferme, à saint Cado lui-même, au 6e siècle. Les digues de ce type, construites sous l'Ancien Régime sont difficiles à dater. Celle de Saint-Cado présente de nombreuses reprises de maçonnerie. Cependant, la dimension des pierres de taille aux abords des deux arches et l'appareillage assez frustre de celles qui en constituent les voûtes, laissent à penser qu'elles datent du 17e siècle voire de la fin du Moyen Âge. Toutefois, la description qu'en donne Dubuisson-Aubenay, en 1636, est celle d'une digue percée en deux endroits pour l'écoulement des marées, ces deux percements étant simplement couvert d'un platelage de bois (annexe 1). Les parapets sont de l'époque contemporaine.

Période(s) Principale : Temps modernes

Le pont de Saint-Cado est une digue carrossable à voie unique, longue de près de 100m. Deux arches permettent le passage de l'eau, l'une proche de la terre ferme, la seconde près de l'île. La digue présente des parements de moellons et de gros blocs de granite en soubassement. La première arche est appareillée en pierre de taille et les claveaux du cintre de la voûte présentent une liaison avec le parement extérieur soigné de la digue, à cet endroit. La seconde arche est appareillée de façon plus aléatoire, son cintre est constitué de gros moellons disposés en boutisses, y alternent également quelques pierres de taille. Les deux voûtes sont des berceaux en plein cintre. Les parapets sont en moellons de tailles diverses. La chaussée est actuellement enrobée d'asphalte.

Murs granite
moellon
pierre de taille

Mobilier urbain tel que lampadaires en cuivre, inadapté.

Statut de la propriété propriété publique
Sites de protection abords d'un monument historique

Annexes

  • Description en 1636 par Dubuisson-Aubenay :

    Pont et isle Saint-Cado. Le 3e [passage sur la rivière d'Etel] est un bon quart de lieu encor plus avant dans terre, et s'appelle Saint-Cado. C'est un bourg, à la mode de Bretagne, ou hameau de dix maisons de la paroice de Belz qui est à veue, toute proche. Au bout du hameau, est une chaucée, toute de pierres grosses et entassées sans mortier, et qui est de largeur de 2 à 3 toises, percée en deux endroits planchés de bois, aulte, au dessus de la mer, de 2 piés et longue de 100 ou 150 paz, joignant le susdit hameau à une isle d'environ 300 ou 400 pas de circuit, et dans laquelle il y a une chapelle de Saint-Cado, à l'endroit maisme où le saint de ce nom maina jadis la vie érémitique.

  • 20065604665NUCB : Service départemental de l'architecture et du patrimoine du Morbihan

Références documentaires

Bibliographie
  • CROIX Alain (coord.), La Bretagne, d'après l'itinéraire de monsieur Dubuisson-Aubenay, P.U.R. Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, Rennes, 2006. Publication commentée du manuscrit rédigé lors de son voyage en Bretagne en 1636, conservé à la BNF, Nouvelles acquisitions françaises 4375. A Vannes Dubuisson-Aubenay recopie des manuscrits se rapportant à la vie de saint Cado. Il traverse la rivière d'Etel entre Belz et Plouhinec, sur le trajet de Vannes à Port-Louis. Il décrit la rivière d'Etel, ses franchissements possibles (3), les marais alentours de l'île de Saint-Cado, point de traversée retenu sur son itinéraire bien qu'il soit, dit-il, le plus fascheux, le plus large et aussy le moins fréquenté de tous.

    p. 475